Ouvrir le menu principal

Kongōbu-ji
Image illustrative de l’article Kongōbu-ji
Le temple Kongōbu-ji
Présentation
Nom local 金剛峯寺
Culte Bouddhisme Shingon
Site web www.shukubo.netVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Japon
Ville Mont Kōya
Coordonnées 34° 12′ 51″ nord, 135° 35′ 03″ est
Jardin de pierre Banryūtei du temple.

Le Kongōbu-ji (金剛峯寺?) est le temple principal du Bouddhisme Kōyasan Shingon-shū Shingon, situé sur le mont Kōya (高野山, Kōya-san?), préfecture de Wakayama au Japon.

Sommaire

PrésentationModifier

 
Abords du Kongōbu-ji.

« Kongōbu-ji » signifie « Temple de la Montagne du Diamant ». Ce temple bouddhique fait partie des sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les monts Kii de la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le Kongōbu-ji est d'abord construit en tant que temple Seigan-ji en 1593 par Toyotomi Hideyoshi à la mort de sa mère[1], reconstruit en 1861 et reçoit son nom actuel en 1869. Il contient de nombreuses portes coulissantes aux panneaux peints par Kanō Tannyū (1602-1674) et des membres de l'école Kanō de Kyoto.

Le moderne jardin de pierre Banryūtei (蟠龍庭?) du temple est le plus grand du Japon (2 340 m2), avec cent quarante pierres de granit disposées de façon à suggérer une paire de dragons émergents des nuages pour protéger le temple.

Le quatre cent douzième et actuel abbé est son Éminence Yukei Matsunaga, qui est aussi le suprême archevêque de la secte Koyasan Shingon.

Notes et référencesModifier

  1. « Kongôbu-ji, maison mère au pied du mont »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Vivre le Japon (consulté le 10 août 2018).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Alison Main, Newell Platten, The Lure of the Japanese Garden, W. W. Norton & Company, 2002, page 46. (ISBN 0-393-73091-3).
  • Dorothy Perkins, Encyclopedia of Japan: Japanese History and Culture, from Abacus to Zori, Kongobuji, Facts on File, 1991, page 182. (ISBN 0-8160-1934-7).