Komet (croiseur auxiliaire)

navire de guerre

Komet (HSK 7)
Image illustrative de l’article Komet (croiseur auxiliaire)
Dessin du Komet
Autres noms Ems (précédemment)
Type Croiseur auxiliaire
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany (1938–1945).svg Kriegsmarine
Lancement 1937 en tant que cargo
Armé le en tant que croiseur auxiliaire
Équipage
Équipage 356 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 115,5 m
Maître-bau 15,3 m
Tirant d'eau 8,2 m
Déplacement 7500 tonnes
Vitesse 16 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d'action 35 100 milles marins
Aéronefs 2 Arado Ar 196 sur catapulte
Pavillon Troisième Reich
Localisation
Coordonnées 49° 44′ 00″ nord, 1° 32′ 00″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Komet (HSK 7)
Komet (HSK 7)

Le Komet (HSK 7), pour « comète » en allemand, est un croiseur auxiliaire de la Kriegsmarine utilisé comme navire corsaire au cours de la Seconde Guerre mondiale. Construit sous le nom d’Ems en 1937 en tant que cargo, il a été réquisitionné par la marine de guerre allemande au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et transformé en croiseur auxiliaire sous le nom de Komet ou Schiff 45. Son nom de code à la Royal Navy était Raider B.

Construction et reconversionModifier

 
Komet

Le navire fut construit dans les chantiers navals de la DeSchiMAG à Brême pour le compte de la Norddeutscher Lloyd (NDL) sous le nom d’Ems.

Il fut réquisitionné au début de la Seconde Guerre mondiale en 1939 par la Kriegsmarine, transformé en croiseur auxiliaire dans les chantiers de la Howaldtswerke-Deutsche Werft à Hambourg. Il fut de nouveau lancé en mer sous le nom de Komet le . Le navire d'un tonnage de 3 287 tonnes mesurait 115,5 m de long, 15,3 m de large, avait un tirant d'eau de 6,5 m. Il était propulsé par deux moteurs diesel lui donnant une vitesse de 16 nœuds (30 km/h).

Son armement était constitué de six canons de 150 mm, d'un de 75 mm, un autre de 37 mm, quatre de 20 mm, 6 tubes lance-torpilles, 30 mines, une vedette rapide de 15 tonnes afin de poser des mines et un hydravion Arado Ar 196. Son équipage était composé de 274 membres[1].

Première campagne d'opérationsModifier

Sous le commandement du Kapitän zur See (plus tard Konteradmiral) Robert Eyssen le croiseur partit pour sa première campagne d'opérations de Gotenhafen le . Avec l'accord de l'Union soviétique signataire du pacte germano-soviétique, le Komet traversa l'océan Arctique avec l'assistance des brise-glaces Lénine puis Joseph Staline (service qui fut payé 950 000 reichsmarks) et entra dans l'océan Pacifique en [2]. Il fut ainsi le premier navire de guerre de surface non-soviétique où russe à franchir le passage Nord-Est jusqu'au BSAH Rhône français en 2018[3].

Il rejoignit l'Orion et le Kulmerland dans l'atoll de Lamotrek situé dans les îles Carolines orientales incluses dans le mandat des îles du Pacifique sous autorité japonaise.

Fin de carrièreModifier

Découverte de l'épaveModifier

L'épave fut découverte par le chasseur d'épaves Innes McCartney au large du cap de la Hague en et fut examinée en 2007. Elle est retournée et rompue en deux morceaux[4].

Navires coulésModifier

 
Carte des mouvements et des attaques perpétrées par les croiseurs auxiliaires allemands dans l'ouest de l'océan Pacifique.
  • 14/08/1941 : Australind - 5 020 tjb
  • 17/08/1941 : Kota Nopan - 7 322 tjb
  • 19/08/1941 : Devon - 9 036 tjb

Coulés en collaboration avec l’Orion :

  • 25/11/1940 : Holmwood - 546 tjb
  • 27/11/1940 : RMS Rangitane - 16 712 tjb
  • 6/12/1940 : Triona - 4 413 tjb
  • 7/12/1940 : Vinni - 5 181 tjb
  • 7/12/1940 : Komata - 3 900 tjb
  • 8/12/1940 : Triadic - 6 378 tjb
  • 8/12/1940 : Triaster - 6 032 tjb

Notes et référencesModifier

  1. « Hilfskreuzer Komet », sur www.scharnhorst-class.dk (consulté le 24 février 2007)
  2. (en) Tobias R. Philbin III, The Lure of Neptune : German-Soviet Naval Collaboration and Ambitions, 1919-1941, Columbia, University of South Carolina Press, , p. 140-141.
  3. http://www.opex360.com/2018/10/02/londres-annonce-une-nouvelle-strategie-pour-larctique-ou-un-navire-militaire-francais-vient-de-mener-une-mission-inedite/
  4. « The Armed Merchant Raider HK KOMET », (consulté en février 24)

Lien interneModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Paul Schmalenbach, German Raiders 1895–1945, Cambridge, P Stephens, , 144 p. (ISBN 978-0-85059-351-8)
  • (en) August Karl Muggenthaler, German Raiders of World War II, Londres, R. Hale, (ISBN 978-0-7091-6683-2)
  • (en) Stephen Roskill, The War at Sea 1939–1945 Volume I,
  • (en) Stephen Roskill, The War at Sea 1939–1945 Volume 2,