Kim Ok (hangeul : 김옥), née le , est une musicienne nord-coréenne, secrétaire personnelle, puis épouse du dirigeant de la RPDC Kim Jong-il depuis les années 1980 jusqu'à sa disparition en 2011.

Kim Ok
SD William Cohen meets with Jo Myong Rok in the Pentagon.jpg
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
김옥Voir et modifier les données sur Wikidata
Romanisation révisée
Gim OkVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Kim OkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Pyongyang University of Music and Dance (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Autres informations
Parti politique
Distinction
Ordre de Kim Jong-il (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Kim Ok est née le en Corée. Considérée comme la « Première dame du pays », elle serait devenue la maîtresse du dictateur quelque temps après la disparition de sa troisième épouse, Ko Young-hee, d'un cancer du sein en 2004.

Kim Ok était une musicienne, pianiste diplômée de l'Université de Musique et de Danse de Pyongyang[1], qui avant sa rencontre avec Kim Jong-il faisait partie de l’orchestre Wang Chae San[2].

Sa première apparition publique intervient au cours d’un voyage en Chine en tant qu’assistante de Kim Jong-il en janvier 2006[2].

Le , les médias sud-coréens annoncent le quatrième mariage de Kim Jong-il : celui-ci aurait épousé Kim Ok dans le plus grand secret, au cours d'une simple cérémonie, ayant pour cadre la Résidence Ryongsong, la villa du dirigeant de la Corée du Nord.

Kim Ok est apparu de nombreuses fois pendant des voyages en Corée du Nord aux côtés du chef suprême, ainsi qu'à l'occasion de visites diplomatiques, comme lors de sa rencontre en 2006 avec le président chinois Hu Jintao.

Selon Radio Free Asia, Kim Ok a été internée dans un camp de prisonniers un an après le décès de son mari[1].

Arbre généalogiqueModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b La veuve de l'ancien leader nord-coréen Kim Jong-il aurait été victime d’une purge juillet 2016
  2. a et b Philippe Pons, Corée du Nord, un État-guérilla en mutation, Paris, Gallimard, coll. « La Suite des temps », , 720 p. (ISBN 978-2-07-014249-1), page 379

AnnexesModifier

Articles connexesModifier