Ouvrir le menu principal

Killing Eve

Série télévisée britannique
Killing Eve
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original de la série.
Genre Série dramatique et thriller
Création Phoebe Waller-Bridge (développement)
d'après la série littéraire de Luke Jennings
Production Sid Gentle Films
Endeavour Content
Acteurs principaux Sandra Oh
Jodie Comer
Musique David Holmes
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Chaîne d'origine BBC America
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 16
Durée 42 minutes
Diff. originale en production
Site web http://www.bbcamerica.com/shows/killing-eve

Killing Eve est une série télévisée américano-britannique développée par Phoebe Waller-Bridge et produite pour la chaîne américaine BBC America qui la diffuse depuis le [1]. Au Royaume-Uni, elle est diffusée depuis le sur BBC One[2].

La série est une adaptation de la série littéraire Codename Villanelle de Luke Jennings.

En France, elle est diffusée depuis le sur Canal+, en Belgique sur Be Séries, et au Québec depuis le sur le Club Illico[3].

Sommaire

SynopsisModifier

Eve Polastri est une agente du MI-5 chargée d'enquêter et d'arrêter la terrible et talentueuse Villanelle, une assassin psychopathe. Mais les deux femmes vont commencer à être obsédées l'une par l'autre. Commence alors un sombre jeu du chat et la souris.

DistributionModifier

Source et légende : Version française (VF) sur DSD Doublage[4].

ProductionModifier

DéveloppementModifier

En , la société britannique Sid Gentle Films annonce l'acquisition des droits d'adaptation de la série de roman Codename Villanelle de Luke Jennings. La chaîne américaine BBC America commande alors une première saison de huit épisodes et choisie Phoebe Waller-Bridge comme showrunner de la série[5].

En , la série est sélectionné pour faire partie de la compétition officielle de la première édition du festival Canneséries[6].

En , BBC America annonce le renouvellement de la série pour une deuxième saison[7], diffusée au printemps 2019.

Le , au lendemain du début de la deuxième saison, la série est renouvelée pour une troisième saison[8], prévue pour 2020.

Distributions des rôlesModifier

En , Sandra Oh rejoint la distribution de la série pour le rôle titre d'Eve Polastri[9]. Elle est suivie en fin de mois par Jodie Comer qui signe pour le rôle de l'assassin Villanelle[10].

Au cours de l'été 2017, Kirby Howell-Baptiste signe pour le rôle d'Elena Felton, l'assistante d'Eve[11].

TournageModifier

La production de la série a démarrée en et s'est déroulée dans plusieurs villes et pays dont Paris, la Toscane, Berlin, en Roumanie, à Cheshunt, à Londres et au studio de West London[12].

ÉpisodesModifier

Première saison (2018)Modifier

Composée de huit épisodes, elle a été diffusée entre le et le .

  1. Un si joli visage (Nice Face)
  2. Ne jamais remettre à plus tard (I'll Deal with Him Later)
  3. On se connaît ? (Don't I Know You?)
  4. Toutes mes excuses (Sorry Baby)
  5. Invité surprise (I Have a Thing About Bathrooms)
  6. Derrière les murs (Take Me to the Hole!)
  7. Libération (I Don't Want to Be Free)
  8. Intense fatigue (God, I'm Tired)

Deuxième saison (2019)Modifier

Elle est diffusée depuis le sur BBC America[13].

  1. Do You Know How to Dispose of a Body?
  2. Nice and Neat
  3. The Hungry Caterpillar
  4. Desperate Times
  5. Smell Ya Later
  6. I Hope You Like Missionary!
  7. Wide Awake
  8. You're Mine

Troisième saison (2020)Modifier

Note : Pour les informations de renouvellement voir la section Production.

Elle est prévue pour le printemps 2020.

Réception critiqueModifier

Saison 1Modifier

La première saison reçoit un accueil très positif de la part de la critique américaine. Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, elle recueille 97 % de critiques positives, avec une note moyenne de 8,35/10 sur la base de 76 critiques collectées[14].

Le consensus critique établi par le site résume que Killing Eve est séduisante et surprenante. Pour les critiques, la vision de l'intrigue « espion contre espion » de la série offre un divertissement audacieux qui fait bon usage du talent de Sandra Oh[14]. Sur Metacritic, la saison obtient la note de 83/100 basée sur 22 critiques collectées[15].

Jenna Scherer écrit dans Rolling Stone que Killing Eve est « hilarant, sanglant et inclassable », « une histoire élégante d'obsession et de psychopathie pleine de vie et d'une chaleur désarmante », ajoutant que la série « ébranle toutes les règles de la télévision » par son « humour pince-sans-rire, sa tension au fil du rasoir, son sex-appeal et sa violence latente ». Elle décrit également la série comme une prise de pouvoir féminine sur un genre traditionnellement masculin[16] Hanh Nguyen écrit dans IndieWire que l'un des aspects les plus attrayants de la série est la façon dont elle contredit les attentes du spectateur, menant à « une surprise et un ravissement constants »[17]. Troy Patterson écrit dans The New Yorker que l'histoire se passe des conventions du genre et que la série triomphe à « réconcilier l'excentrique et l'intime », ajoutant que « l'évitement du postulat de base dans le style de Jason Bourne, infléchi par un ton pour le moins étrange, produit une nouvelle représentation de la peur et du chagrin »[18].Au moment où Sandra Oh était désignée meilleure actrice dans une série par le magazine Vulture, en juin 2018, Matt Zoller Seitz écrit qu'il n'existe pas de précédent de série poussant autant à l'extrême la comédie et le thriller[19]. Mike Hale reconnaît dans le New York Times que « les scènes et les personnages ont un rendu différent que ce à quoi l'on est habitué », avec un style comique différent. Il déclare également, en désaccord avec la plupart des critiques, être « autant conscient de la convergence [de la série] avec les exemples du genre que de ses différences », tout en citant Berlin Station, Nikita, Covert Affairs ou encore Homeland[20].

Scherer décrit par ailleurs la série comme une prise de pouvoir féminine sur un genre traditionnellement masculin[16]. Dans la même veine, Melanie McFarland écrit dans Salon que la série « colle parfaitement à l'ère MeToo » en « comblant le désir de chacun de voir des porcs misogynes recevoir ce qu'ils méritent » tout en s'intéressant à la problématique de la confiance entre les femmes en montrant « les dangers et la puissance de la solidarité féminine mais aussi sa complexité et son absence de garanties »[21]. Willa Paskin écrit également dans Slate que la série raconte « les véritables danger qu'il y a à sous-estimer les femmes : ne pas voir la femme qui peut tuer, sous-estimer la femme qui peut l'arrêter ». Elle ajoute que « le coeur de la série est la façon dont le style et le sexe de Villanelle, sa féminité, empêche nos cerveaux acculturés d'être aussi terrifiés par elle qu'ils devraient l'être »[22]. Dans le New Yorker, Jia Tolentino a rappelé que même si les femmes substituent les hommes dans tous les rôles importants, et que ces derniers sont stéréotypés, les personnages féminins sont profondément étranges. Elle fait cependant valoir que Killing Eve « n'est pas construite autour de l'idée de la femme, mais autour de ces deux personnages féminins, qui sont différentes des autres par leur étrangeté intérieure et leurs fluctuations ». Elle rajoute qu'un point marquant de la série est son changement constant de ton et de rythme, l'intérêt venant alors plutôt « du schéma que de sa résolution »[23].

Ben Goldberg écrit dans Into que la série « ne définit pas catégoriquement la sexualité de ses personnages, mais contrairement aux séries pratiquant du queerbaiting sur son public, Killing Eve n'a pas besoin mettre une étiquette sur la relation entre Eve et Villanelle pour qu'elle soit identifiable », ajoutant que la série « ne cherche pas à éviter l'attirance sexuelle entre ses deux personnages principaux, mais complique cette narration à chaque évolution de l'intrigue »[24]. Hannah Giorgie écrit dans The Atlantic que l'une des plus grandes réussites de la série est « à quel point elle parvient à rendre son personnage de méchant attirant, pour Eve comme pour le public », ajoutant que « le personnage de Villanelle subvertit les stéréotypes féminins en se découpant une place à part dans le modèle canonique du serial killer »[25].

Saison 2Modifier

Sur Rotten Tomatoes la deuxième saison de Killing Eve reçoit 94% de critiques positives sur la base de 40 votes, avec une moyenne de 8,22/10. Le consensus critique indique notamment qu'avec « son titillant jeu du chat et de la souris toujours chevillé au corps, Killing Eve revient dans une seconde saison captivante qui met la barre encore plus haut, avec un humour noir hilarant et une dynamique fascinante entre ses protagonistes, consolidant sa position parmi les meilleurs thrillers d'espionnage du moment »[26]. Sur Metacritic, la série obtient une note moyenne de 87/100 basée sur 19 critiques[27].

Chitra Ramaswamy écrit dans The Guardian que la série « déterre les vieux tropismes sexistes des thrillers d'espionnage pour les rempoter sous la forme de plaisanteries féministes, foutage de gueule adressé au patriarcat, meurtres de mauvais goût et efflorescences d'alchimie sapphique »[28]. En décrivant comment Villanelle « fait ce qu'elle sait faire de mieux, exploiter la misogynie de la société en s'en faisant passer pour une victime », Emily Nussbaum écrit dans le New Yorker que le concept fort qui sous-tend la série est que « la féminité est par essence une forme de sociopathie qui, si elle est bien maîtrisée, peut devenir une source de pouvoir ultime »[29]. Natalie Adler défend cependant dans BuzzFeed que « le thème de la série n'est pas le pouvoir de la féminité, mais celui de la fem, sa cruauté, sa traîtrise, un pouvoir explicitement queer, qui ne ne supporte pas les hommes cisgenre »[30].

Angelica Jade Bastien écrit dans Vulture qu'avec la nouvelle scénariste et showrunner Emerald Fennell, « la deuxième saison échange l'intelligence mordante et acérée de sa créatrice, Phoebe Waller-Bridge, contre quelque chose de plus criard et effrayant », décrivant la consommation effrénée de vêtements et de nourriture comme une sublimation du désir « s'intégrant à ce que la série offre de plus proche d'une vraie relation sexuelle entre les deux femmes ». Elle note également que « Killing Eve doit beaucoup au genre du film noir, dont la pierre angulaire est la façon donc les gens en proie au désir perdent leur âme, mais ici on a un film noir avec la substance d'un conte de fées »[31].

ClassementsModifier

Début décembre 2018, le site Metacritic annonce que Killing Eve est la série ayant été comptabilisée le plus de fois dans les Top 10 de l'année 2018 effectués par des critiques indépendants[32].

En novembre 2018, Killing Eve est ainsi classée meilleure série de l'année 2018 par le Time magazine, Judy Berman y écrivant que « les personnages sont multidimensionnels mais incomplets, leur obsession mutuelle étant nourrie par le sentiment que chacune des deux femmes possède quelque chose de crucial qui fait défaut à l'autre »[33]. Le New York Post en fait quant à lui sa troisième meilleure série de l'année 2018 pour son écriture brillante et son interprétation nuancée[34]. Le magazine Paste classe la série deuxième des 25 meilleures séries de l'année 2018 et la nomme « meilleure nouvelle série de l'année »[35].

En décembre 2018, le Guardian nomme Killing Eve meilleure série 2018 en la décrivant comme « un exercice funambule de détournement qui trompe les attentes d'un genre éventé », et ajoute que la série « mélange les genres - thriller d'espionnage, comédie, action, chronique professionnelle, et... mascarade, le tout sans tomber dans la confusion »[36]. Le New York Times a ajouté la série à sa liste des meilleures séries télévisées de 2018, ajoutant que la série est « imprégnée du brio d'une comédie noire bien que la longueur de ses épisodes la rattache plutôt au genre policier »[37]. Le magazine classe également le jeu des deux actrices principales à sa liste des meilleures performances de l'année en notant que « ces deux femmes sont inventives dans leur façon d'être drôle dans un thriller » et « rendent l'humiliation ordinaire plus mortelle qu'une balle »[38]. La chaîne NPR ajoute la série à sa liste des meilleurs séries de l'année, en faisant « le récit le plus étrange et fascinant sur l'attirance des opposés à la télévision cette année »[39].

Le Washington Post classe Killing Eve troisième meilleure série de l'année la qualifiant de « succès inattendu parfaitement rythmé »[40]. USA Today la classe cinquième, faisant remarquer que « la série prend complètement le spectateur par surprise, de son écriture à son jeu d'acteur, sa direction et ses têtes d'affiche »[41]. Vulture la classe septième au classement des 10 meilleures séries de 2018 soulignant l'audace et l'énergie féminine de la série[42]. TV Guide classe les performances d'actrices de Sandra Oh et Jodie Comer deuxièmes sur sa liste des meilleures performances de l'année dans une série, ajoutant que Killing Eve est présente sur toutes les listes des meilleures séries de l'année 2018[43]. Vanity Fair classe la série deuxième des meilleures séries de l'année, ajoutant que « regarder Killing Eve est l'équivalent d'une vaporisation de désinfectant anti-tropismes éventés de séries dramatiques directement dans le cerveau », invitant les spectateurs à « venir pour la comédie noire et rester pour le style »[44].

Le magazine Rolling Stone classe la série quatrième meilleure série 2018, la décrivant comme « excitante et terrifiante, tout en laissant de la place au badinage et à de fines observations sur la façon dont les femmes interagissent entre elles »[45]. IndieWire classe Killing Eve quatrième meilleure série de l'année, ajoutant qu'en « explorant l'identité et les désirs inavoués, la série fait ressortir des pulsions qu'elle ne manque jamais de pousser à l'extrême » et que « l'humour noir outrancier et souvent décalé ne fait que davantage ressortir le charme transgressif de la série »[46]. Livingly Media classe la série troisième de sa liste des séries de l'année, la disant « remplie de dialogues badins et d'observations acérées sur les interactions féminines dans un environnement de plus en plus destructeur »[47]. Mashable classe quant à lui la série quatrième meilleure nouvelle série 2018, louant les deux actrices principales et ajoutant que la série est « exactement le délire psychosexuel bizarre dont 2018 avait besoin »[48].

AudiencesModifier

Saisons Diffusion Nombre
d'épisodes
Lancement Final Téléspectateurs
(en moyenne)
Date Téléspectateurs Date Téléspectateurs
1 Dimanche, 20 h 8
423 000[49]
701 000[49] 491 000[49]

DistinctionsModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

RécompensesModifier

NominationsModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Stéphane Guerrin, « Si c'est réussi, c'est grâce à elle. C'est l'un de nos coups de cœur de la rentrée. La série Killing Eve, dont la première saison s'achève ce soir, doit son succès aux actrices Sandra Oh et Jodie Comer, ainsi qu'à la créatrice Phoebe Waller-Bridge », Aujourd'hui en France no 6165, Editions Le Parisien Libéré, Paris, 4 octobre 2018 p. 34, (ISSN 1247-4282)

RéférencesModifier

  1. (en) « BBC America Announces Premiere Date and Reveals First Look Photos for Killing Eve », sur The Futon Critic, .
  2. (en) « BBC acquires Phoebe Waller-Bridge’s Killing Eve for BBC One and BBC Three », sur BBC, .
  3. Quentin Delahaye, « Ce mois-ci sur Club illico - Décembre 2018 », sur Forum Vidéotron, .
  4. (en) « Fiche du doublage français de la série », sur DSD Doublage (consulté le 18 septembre 2018).
  5. (en) Denise Petski, « BBC America Greenlights Dark Thriller Series Killing Eve From Fleabag Creator », sur Deadline, .
  6. « Canneséries : dix séries internationales en compétition au premier festival de séries TV », sur Le Monde.fr, .
  7. (en) « BBC America Renews Killing Eve for Second Season Days Before Season One Premiere », sur The Futon Critic, .
  8. (en) « BBC America Renews Killing Eve for Third Season », sur The Futon Critic, .
  9. (en) Denise Petski, « Sandra Oh To Star In titre Role Of Killing Eve BBC America Series », sur Deadline, .
  10. (en) Denise Petski, « Killing Eve: Jodie Comer Cast As Lead In BBC America Series », sur Deadline, .
  11. (en) Denise Petski, « Killing Eve: Kirby Howell-Baptiste Cast As Series Regular In BBC America Drama », sur Deadline, .
  12. (en) « BBC America’s New Thriller Killing Eve Starts Filming in Europe », sur BBC America, .
  13. (en) Rebecca Iannucci, « Killing Eve Season 2 to Premiere in April », sur TVLine, .
  14. a et b (en) « Killing Eve saison 1 », sur Rotten Tomatoes (consulté le 18 septembre 2018).
  15. (en) « Killing Eve saison 1 », sur Metacritic (consulté le 18 septembre 2018).
  16. a et b Jenna Scherer, « 'Killing Eve': The Cracked Female Spy-Thriller Buddy Comedy of the Year » [archive du ], sur Rolling Stone,
  17. Hanh Nguyen, « Killing Eve: TV's Newest Assassin Subverts Storytelling Cliches, Which Makes Her Scary as Hell » [archive du ], sur IndieWire,
  18. Troy Patterson, « Why "Killing Eve" Is Not the Show It First Appeared to Be », The New Yorker,‎ (lire en ligne[archive du ])
  19. Matt Zoller Seitz, « The Best Actress on TV Is Killing Eve's Sandra Oh » [archive du ], sur Vulture,
  20. Mike Hale, « Review: In Killing Eve, Female Spy Hunts Female Assassin », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  21. Melanie McFarland, « Feminist thriller "Killing Eve" has proven a perfect show for the #MeToo era » [archive du ], sur Salon,
  22. Willa Paskin, « Killing Eve Makes Murder Dangerously Fun » [archive du ], sur Slate,
  23. Jia Tolentino, « The Pleasurable Patterns of the Killing Eve Season Finale », The New Yorker,‎ (lire en ligne[archive du ])
  24. Ben Goldberg, « The Queer Ambiguity of Killing Eve », Into,‎ (lire en ligne[archive du ])
  25. Hannah Giorgis, « Killing Eve and the Riddle of Why Women Kill » [archive du ], sur The Atlantic,
  26. « Killing Eve: Season 2 (2019) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 15 mai 2019)
  27. « Killing Eve: Season 2 », sur Metacritic (consulté le 17 avril 2019)
  28. Chitra Ramaswamy, « From fridging to nagging husbands: How Killing Eve upturns sexist cliches », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  29. Emily Nussbaum, « Chick Magnets on Gentleman Jack and Killing Eve », The New Yorker,‎ (lire en ligne[archive du ]) April 29, 2019 print edition.
  30. Natalie Adler, « Season 2 Of Killing Eve Killed The Queer Subtext, And All The Fun Along With It », BuzzFeed News,‎ (lire en ligne[archive du ])
  31. Angelica Jade Bastién, « The Decadent, Visceral Pleasures of Killing Eve » [archive du ], Vulture (New York magazine),
  32. Jason Dietz, « Best of 2018: Television Critic Top Ten Lists » [archive du ], sur Metacritic,
  33. Judy Berman, « The 10 Best TV Shows of 2018 », TIME,‎ (lire en ligne[archive du ])
  34. Alex Zalben, « Best TV Shows of 2018 », Decider.com (New York Post),‎ (lire en ligne[archive du ])
  35. Paste Staff & TV Writers, « The 25 Best TV Shows of 2018 » [archive du ], sur Paste,
  36. Lucy Mangan, « The 50 best TV shows of 2018: No 1 – Killing Eve », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  37. James Poniewozik, Mike Hale et Margaret Lyons, « The Best TV Shows of 2018 », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  38. Wesley Morris, « The Best Performances of 2018 », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  39. Linda Holmes, Eric Deggans et Glen Weldon, « NPR's Favorite TV Shows Of 2018 » [archive du ], NPR,
  40. Hank Stuever, « Best of 2018 / Best Shows », The Washington Post,‎ (lire en ligne[archive du ])
  41. Kelly Lawler, « USA TODAY's 25 best TV shows of 2018 », USA Today,‎ (lire en ligne[archive du ])
  42. Jen Chaney, « Jen Chaney's 10 Best TV Shows of 2018 » [archive du ], sur Vulture,
  43. TV Guide Editors, « These Are the 25 Best Performances on TV in 2018 » [archive du ], sur TV Guide,
  44. Sonia Saraiya, « The 10 Best TV Shows of 2018 » [archive du ], sur Vanity Fair,
  45. Alan Sepinwall, « The 20 Best TV Shows of 2018 » [archive du ], sur Rolling Stone,
  46. Ben Travers, Hanh Nguyen, Steve Greene et Liz Shannon Miller, « The Best New TV Shows of 2018 » [archive du ], sur IndieWire,
  47. Areeba Abid, « The 10 Best TV Shows Of 2018 » [archive du ], sur Zimbio.com, Livingly Media (consulté le 10 décembre 2018)
  48. Alexis Nedd, « The 8 best new TV shows of 2018 » [archive du ], sur Mashable,
  49. a b et c (en) « Killing Eve: Season One Ratings », tvseriesfinale.com,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018).

Liens externesModifier