Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kikuyu.
Kikuyus
Description de cette image, également commentée ci-après
Une femme kikuyu en costume traditionnel

Populations significatives par région
Drapeau du Kenya Kenya 6 622 576 (2009)[1]
Autres
Régions d’origine Afrique Centrale, Afrique des Grands Lacs
Langues Kikuyu, kiswahili, anglais
Religions Christianisme, religion traditionnelle
Ethnies liées Swahilis, Kambas
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de répartition

Les Kikuyus sont un peuple d'Afrique de l'Est. C'est le groupe ethnique le plus nombreux du Kenya (6 622 576 lors du recensement de 2009[1]).

Les Kikuyus cultivent les montagnes centrales fertiles et sont également l'un des groupes ethniques les plus économiquement actifs au Kenya.

Ils sont à l’origine de la révolte des Mau Mau dans les années 1950. Dirigée contre les colons qui monopolisaient les Hautes Terres blanches au sein d'un système politique très inégal, la rébellion est partie des milieux paysans sans terres, des anciens combattants abandonnés et des ouvriers syndiqués. L'état d'urgence instauré par le gouvernement britannique permet aux autorités coloniales de regrouper de force des dizaines de milliers de Kikuyus dans des camps, de faire placer 76 000 personnes en détention arbitraire et de recourir à la torture et aux exécutions sommaires. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont tuées jusqu'à l'écrasement de l'insurrection[2].

Près de Nairobi, la bordure du pays kikuyu est encore jalonnée de plantations de café parfaitement agencées et de vastes demeures de pierre, aux toits de tuile. Peu d'espaces coloniaux ont été à ce point préservés, contrastant avec l'entassement humain de ce que l'on appelait il y a 40 ans les « réserves » ethniques.

Après la contestation par l'opposition des résultats de l’élection présidentielle du 27 décembre 2007, les Kikuyus, traditionnels soutiens du président kényan Mwai Kibaki, ont été pris à partie à travers le pays. Dans la vallée du grand rift, plus de 70 000 d'entre eux ont dû fuir et les violences ont fait plusieurs centaines de victimes[3].

Les Kikuyus sont évoqués dans le livre La Ferme africaine de la femme de lettres danoise Karen Blixen, qui inspira le film Out of Africa, ainsi que le livre Les larmes du crocodile de l'auteur Anthony Horowitz

Dans le roman Congo et son adaptation cinématographique, les héros engagent une douzaine de porteurs Kikuyus en Tanzanie pour aller explorer la région des Virungas du Congo.

Sommaire

EthnonymieModifier

Selon les sources et le contexte, on rencontre plusieurs variantes : Agekoyo, Agikuyu, Aikuyu, Akikuyu, Gekoyo, Giguyu, Gikikuyu, Gikuyu, Kikouyou, Kikouyous, Kikuyus, Wakikuyu[4].

« Kikuyu » est la transcription la plus utilisée, mais eux-mêmes s'appellent plutôt Agikũyũ.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Kenya Census 2009 : Ethnic affiliation [1]
  2. Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsita, KAMERUN !, La Découverte,
  3. « Les rivalités ethniques alimentent les violences au Kenya », Le Monde, 2 janvier 2008.
  4. Source RAMEAU, BnF [2]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Silvana Bottignole, Kikuyu traditional culture and Christianity : self examination of an African church (trad. de l’italien), Heineman Educational Books, Nairobi, 1984, 233 p.
  • Yvan Droz, « Genèse d'une 'ethnie' : le cas des Kikuyus du Kenya central », in Canadian Journal of African Studies / Revue Canadienne des Études Africaines, 32:2 (1998), p. 261-84
  • Yvan Droz, Des pratiques sociales à l'imaginaire : Migrations kikuyus, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris, 1999, 464 p. (ISBN 9782735108213)
  • Yvan Droz, « L’idéal du mûramati (homme accompli) parmi les Kikuyus du Kenya central », Anthropos, 2000, n° 95 (1).
  • Pierre Gourou, « Les Kikuyu et la crise Mau-Mau : une paysannerie au milieu du XXe siècle », Les Cahiers d'outre-mer, 1954, t. 7, p. 317-341
  • (en) William K. Karanja, Hallowed be Mt. Kenya : the history of Agikuyu culture in Kenya, Gacuiro Publishers, Ruyru (Kenya), 2003, 105 p. (ISBN 9966803122)
  • (en) Jomo Kenyatta, Facing Mount Kenya : the tribal life of the Gikuyu, Secker and Warburg, Londres, 1938, 339 p.
  • (en) H. E. Lambert, Kikuyu social and political institutions, International African Institute, Oxford University Press, Londres, New York, 1956, 149 p.
  • Paul Lester, Contribution à l'anthropologie de l'Afrique orientale : Les Tourkana et les Kikouyou, Editions du Muséum, Paris, 1944, 55 p.
  • Hervé Maupeu, Identités ethniques et christianisme vernaculaire : l'exemple des Kikuyu et des Meru du Kenya, Université de Pau : 1991, 594 p.
  • John Middleton, Les Kikouyou et les Kamba du Kenia : étude scientifique sur les Mau Mau, (trad. Hélène Leconte), Payot, Paris, 1954, 158 p.
  • (en) E. N. Mugo, Kikuyu people : a brief outline of their customs and traditions, Kenya Literature Bureau, Nairobi, 1982, 44 p.
  • (en) Godfrey Muriuki, People round Mount Kenya : Kikuyu, Evans Bros., Nairobi, Londres, 1985 (2e éd.), 36 p. (ISBN 0237509172)
  • Jérôme Ndzoungou, Idéologies et changements sociaux chez les Kikouyou du Kenya de la période coloniale à l’indépendance : étude historique suivie d’illustrations prises dans l’œuvre littéraire de Ngugi Wa Thiong’o, Université de Montpellier 3, 1980 (thèse de 3e cycle)
  • (en) David P. Sandgren, Christianity and the Kikuyu : religious divisions and social conflict, P. Lang, New York, 1989, 201 p. (ISBN 0820407321)
  • (en) Gerald Joseph Wanjohi, The wisdom and philosophy of the Gĩkũyũ proverbs : the kĩhooto world-view, Paulines Publications Africa, Nairobi, 1997, 271 p. (ISBN 9966212868)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :