Ki no Yoshimochi

Ki no Yoshimochi
Naissance Inconnu
Décès
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Japonais
Genres

Ki no Yoshimochi (紀 淑望, Ki no Yoshimochi?) (mort en 919) était un poète japonais, à la fois de waka et de kanshi (poésie japonaise et chinoise, respectivement). Il a également composé les préfaces (mana-jo) de l'anthologie waka du Xe siècle, le Kokin wakashū. Il a étudié les lettres classiques au Daigaku-ryō (Université impériale), avant de tenir divers postes de savant à la cour.

BiographieModifier

La date de naissance de Ki no Yoshimochi est inconnue[1]. Il était le fils premier-né de Ki no Haseo (紀 長谷雄)[1] et le frère aîné de Ki no Yoshihito (紀 淑人) et Ki no Yoshimitsu (紀 淑光)[1]. Il pourrait avoir été le fils adoptif de Ki no Tsurayuki[1].

En Kanpyō 8 (896), il est entré à l'Université impériale comme étudiant de chinois (文章生 monjōshō)[1]. En 906 (Engi 6), il a atteint le cinquième grade, de rang inférieur[1], et en 912, a été promu au cinquième grade, de rang supérieur[1], étant devenu directeur de l'université (大学頭 daigaku-no-kami[1] et enseignant des Classiques pour le prince de la couronne (東宮学士, tōgū-gakushi)[1]. En 913, il est devenu Vice-gouverneur de Shinano (信濃権介 Shinano pas gon-no-suke[1].

Il est mort en 919[1],[2], soit Engi 19[1].

TravauxModifier

Les Nihongi Kyōen Waka (日本紀竟宴和歌), Kokin Wakashū et Shin Kokin Wakashū comprennent chacun un waka (poème japonais) qui lui sont attribués[1]. Il semble que ses écrits en chinois aient été tenus en haute estime[1]. Le Wakan rōeishū ouvre l'un de ses livres avec un kanshi (poème Chinois)[1], et il a été choisi pour écrire la préface en chinois du Kokin Wakashū (voir ci-dessous)[1].

Écrits en ProseModifier

Il a écrit la préface en chinois (mana-jo) du Kokin Wakashū[2], dans lequel il exprime que toute poésie a sa source dans l'émotion humaine[3]. Ce point de vue était populaire en Chine (y compris dans la principale source de sa préface, les préfaces du Classique des vers[3]) et le Japon[3], reflétant l'attitude classique en Asie vis-à-vis de la poésie, non partagée dans d'autres parties du monde où la majeure partie de la poésie a souvent été inspirée par des batailles, des héros, des dieux, et la communication de vérités morales[3]. La préface date du quatrième mois de 905[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p Kigoshi 1983, p. 157.
  2. a et b Keene 1999, p. 245.
  3. a b c et d Keene 1999, p. 246.
  4. Keene 1999, p. 272, note 16.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier