Kepler(s)

Kepler(s)

Genre thriller
Création Jean-Yves Arnaud
Yoann Legave
Production En Voiture Simone
Acteurs principaux Marc Lavoine
Sofia Essaïdi
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine France 2
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 6
Durée 52 minutes
Diff. originale

Kepler(s) est une série télévisée française de six épisodes en 52 minutes, créée par Jean-Yves Arnaud et Yoann Legave et réalisée par Frédéric Schoendoerffer, diffusée depuis le sur RTS Un en Suisse, et depuis le sur France 2 en France.

SynopsisModifier

Samuel Kepler est commandant de police et atteint de troubles dissociatifs. Trois passagers cohabitent dans son cerveau et prennent parfois le contrôle. À Paris, l'un d'eux est à l'origine d'une bavure, qui a mené Samuel à un poste de bureau, à Calais. La disparition de Lucie, la fille du patron de sa femme, le conduit à nouveau sur le terrain. Aidé par Alice Haddad, il va enquêter sur cette disparition dans le contexte divisé entre défenseurs et opposants aux migrants. Et si tout cela était lié[1] ?

DistributionModifier

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Distribution des rôlesModifier

TournageModifier

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

ÉpisodesModifier

  1. Ailleurs ou autre part
  2. À l'âme en secret
  3. L'Embrasement
  4. Sous le projecteur
  5. Au bord de l'abîme
  6. Au pays qui te ressemble

PersonnagesModifier

Le personnage de Samuel Kepler, interprété par Marc Lavoine, constitue toute l'originalité de la série. Atteint de troubles dissociatifs, il est habité par trois « passagers » qui prennent régulièrement le contrôle. Le comédien interprète donc en même temps le rôle du commandant de police mais aussi du policier contrôlé par ses passagers, parmi lesquels un enfant. Le titre Kepler(s) avec le S marquant le pluriel entre parenthèses fait références aux troubles dissociatifs du personnage central[5].

Il travaille avec Alice Hadad, interprétée par Sofia Essaïdi, dans un rôle physique auquel l'actrice n'est pas habituée[5].

DistinctionModifier

RécompenseModifier

Accueil critiqueModifier

Moustique résume son avis en deux mots : « prenant et impressionnant »[1]. Pour Le Temps, c'est « l'une des grandes séries de France 2 de l'année ». Le journaliste salue la mise en scène : « Frédéric Schoendoerffer met en scène son personnage multiple avec une grande sobriété, dans une bulle d’obscurité percée par un projecteur. Comme une sobre scène de théâtre. Le héros qui erre en lui-même fabrique sa pièce, son drame, en s’incarnant dans ses divers visages. Le visage anguleux, cisaillé même, de Marc Lavoine sert la mise en scène du policier fragmenté. ». Le personnage d'Alice, incarné par Sofia Essaïdi, qui « tranche avec les figures télévisuelles hexagonales, arrimées à la bien-pensance ambiante » est également apprécié du journaliste[7]. Soir Mag parle d'« un polar noir, assurément, qui risque de glacer le sang des spectateurs ». La journaliste salue également la prestation de Marc Lavoine qui « porte avec brio ce rôle d'homme à l'esprit dérangé » et de Sofia Essaïdi qui le seconde « avec talent » ainsi que le choix de Calais et sa jungle, « une toile de fond très actuelle qui permet une plongée étonnante dans ce monde si particulier des camps de réfugiés »[5].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Yannic Duchesne, « Un homme en pièces », Moustique, no 4857,‎ , p. 104.
  2. http://www.francetvpro.fr/france-2/communiques-de-presse/keplers-8659555
  3. « « Maman a tort », « Aux animaux la guerre » et « Kepler(s) » en sélection officielle au festival Séries Mania 2018 », sur France Télévisions (consulté le 4 mars 2019)
  4. https://www.programme-television.org/series-tv/drame/kepler-s
  5. a b et c Sophie Lagesse, « Un duo de flics atypique », Soir Mag, no 4523,‎ .
  6. Carine Didier et Stéphanie Guerrin, « Notre palmarès de Séries Mania », sur Le Parisien, (consulté le 4 mars 2019)
  7. Nicolas Dufour, « «Kepler(s)», Marc Lavoine en policier multiple », sur Le Temps, (consulté le 23 mars 2019).

Liens externesModifier