Kawai Sora

Sora
曾良
Description de cette image, également commentée ci-après
La tombe de Sora à Iki
Alias
Kawai Sora
Naissance
Province de Shinano Drapeau du Japon Japon
Décès
Province d'Iki Drapeau du Japon Japon
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture japonais
Genres

Kawai Sora (河合 曾良?, - ), plus connu sous son seul prénom de plume Sora (曾良?), est un poète japonais du XVIIe siècle (début de l'époque d'Edo). Il a été l'un des disciples de l'un des quatre maîtres classiques du haïku japonais : Matsuo Bashō.

BiographieModifier

Kawai Sora naît en 1649 dans l'ancienne province de Shinano (actuelle préfecture de Nagano). Adolescent, il se rend à Edo, alors capitale du Japon, pour étudier les préceptes du shintoisme et l'art de la poésie japonaise, le waka en particulier[1]. Plus tard, il rencontre le poète Matsuo Bashō dont il devient un disciple puis un compagnon de voyage/ Suivant son maître dans son périple épique à travers le Japon féodal, il développe son art poétique[2].

Il est mort le dans la province d'Iki (actuelle préfecture de Nagasaki).

ŒuvresModifier

 
Emaki d'Yosa Buson : Bashō à dos de cheval, suivi par Sora.

Son carnet de voyage, écrit de 1689 à 1691, durant ses voyages à travers le Japon en compagnie de Bashō, constitue son œuvre maîtresse[2]. Redécouvert et publié en 1943, le Journal de voyage de Kawai Sora (曾良旅日記, Sora Tabinikki?) livre des notes de voyage factuelles qui constrastent parfois fortement avec les évocations poétiques de son maître[3]. Par exemple, lors de leur visite de la cité de Nikkō, Sora rapporte dans ses mémoires qu'il pleuvait alors qu'un haïku du carnet de voyage de Bashō, La Sente étroite du Bout-du-Monde, évoque l'inspiration que lui procure la lumière du soleil[3].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) University of Pittsburgh, « Kawai Sora » (consulté le ).
  2. a et b Louis Frédéric (trad. Käthe Roth), Japan encyclopedia, Cambridge, Harvard University Press, , 1102 p. (ISBN 0-674-00770-0, OCLC 48943301), p. 497
  3. a et b William Theodore Bary, Finding Wisdom in East Asian Classics, New York, Columbia University Press, , 432 p. (ISBN 0-231-52719-5, OCLC 693812398), p. 298-299

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :