Kathryn Hess

mathématicienne américaine

Kathryn Hess est une mathématicienne qui est connue pour ses travaux en théorie de l'homotopie, théorie des catégories et en topologie algébrique, pures et appliquées. En particulier, elle applique les méthodes de la topologiques algébrique pour mieux comprendre la neurologie, la biologie du cancer et la science des matériaux[1]. Elle est professeure ordinaire (le plus haut rang) à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) depuis 2019[1].

Kathryn Hess
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
David J. Anick (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

BiographieModifier

Kathryn Hess est née le à Bryn Mawr, aux États-Unis. Elle commença à s'intéresser aux mathématiques en 1979 grâce au Mathematical Talent Development Project et à l'Association for High Potential Children, tous deux fondés par ses parents. Après une licence de mathématiques de l'Université du Wisconsin à Madison, elle obtint son doctorat en mathématiques au Massachusetts Institute of Technology en 1989 sous la direction de David J. Anick, avec une thèse intitulée A Proof of Ganea's Conjecture for Rational Spaces[1],[2].

TravauxModifier

Kathryn Hess a réalisé de nombreux travaux en topologie algébrique, et notamment en théorie de l'homotopie, sur les catégories de modèles et en K-théorie algébrique. Elle a également utilisé des techniques de topologie algébrique et de théorie des catégories pour étudier des problèmes de descente et d'extensions de Hopf-Galois. Elle a en particulier généralisé ces structures aux spectres en anneaux et aux algèbres différentielles graduées. Depuis 2015, elle collabore avec le projet Blue Brain en utilisant la topologie algébrique pour étudier des problèmes de neurologie et de science des matériaux[3].

PrixModifier

En 2013, Kathryn Hess a reçu la Polysphère d'Or pour récompenser son enseignement à l'EPFL. Elle devient membre individuelle de l'Académie suisse des sciences techniques en 2016[4]. L'année suivante, en 2017, elle fut nommée fellow de l'American Mathematical Society pour ses « contributions à la théorie de l'homotopie, ses applications de la topologie à l'analyse de données biologiques, et son service à la communauté mathématique »[5]. Également en 2017, elle fut distinguée en tant qu'oratrice par la Société Mathématique Européenne[6].

RéférencesModifier

  1. a b et c (en-GB) « Prof. Kathryn Hess Bellwald – UPHESS » (consulté le 9 janvier 2020)
  2. « Kathryn Hess - The Mathematics Genealogy Project », sur www.genealogy.math.ndsu.nodak.edu (consulté le 9 janvier 2020)
  3. Pascaline Minet, « Kathryn Hess, la boss des maths », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 9 janvier 2020)
  4. Markus Ohler, « Membres », sur www.satw.ch, (consulté le 9 janvier 2020)
  5. (en) « List of Fellows of the American Mathematical Society », sur American Mathematical Society (consulté le 9 janvier 2020)
  6. (en) « EMS Distinguished Speakers », sur euro-math-soc.eu (consulté le 9 janvier 2020)

Liens externesModifier