Karine Bénac-Giroux

Karine Bénac-Giroux
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
Nationalité
Formation
Activité

Karine Bénac-Giroux ou Karine Bénac, née le , est maîtresse de conférence habilitée à diriger les recherches (HDR) en littérature française et arts du spectacle, et chercheuse-artiste. D'origine réunionnaise par son grand-père maternel (engagé dans les tirailleurs sénégalais), elle est issue de l'immigration algérienne par son père.

Elle est spécialiste des questions de subjectivité et identité personnelle chez Marivaux et dans la comédie du XVIIIe siècle. Elle est également poète, autrice, nouvelliste, artiste peintre autodidacte, metteuse en scène, chorégraphe et interprète de pièces de théâtre et théâtre/danse universitaires[1].

Ses travaux de recherches portent également, depuis 2013, sur la poétique de l'altérité et les stéréotypes raciaux et genrés du XVIIIe au XXIe siècle, dans la littérature postcoloniale et la danse contemporaine.

BiographieModifier

Karine Bénac passe son baccalauréat en 1989, en Guadeloupe. Elle poursuit ses études en lettres modernes à Toulouse. En 1995, elle agrégée. En 1999, elle soutient son doctorat à l’université de Paris III, sous la direction du professeur René Démoris[2].

De 2002 à 2007, elle est maîtresse de conférence en Guadeloupe. De 2007 à 2011, elle exerce à l’université de Franche-Comté. En 2010 elle obtient son HDR a l'université de Toulouse 2 Jean-Jaurès, sous le parrainage du professeur Jean-Noël Pascal.

De 2008 à 2011, elle assure la co-direction et co-rédaction de la revue de théâtre Coulisses.

Depuis 2011, Karine Bénac-Giroux est maîtresse de conférence HDR de littérature française à l'université des Antilles. Elle coordonne les travaux du GESCA (Genre et société dans la Caraïbe) axe 3 de l’équipe FRACAGE (Frontières, Représentations, Genre dans la Caraïbe) du LC2S-UMR 8053.

Formée à la danse, elle ouvre à partir de 2015 un nouveau champ de recherches : stéréotypes raciaux et genrés dans la danse contemporaine et la performance martiniquaises[3].

En 2017, elle organise des journées d'études Discriminations raciales et genrées dans la danse contemporaine et la performance martiniquaises auxquelles participent la chorégraphe Agnès Dru, la Cie Art&fact (Jean-Hugues Miredin et Laurent Toudart) et la performeuse Annabel Guérédrat[4].

De 2013 à 2021 elle a co-organisé 4 colloques internationaux et 4 journées d'études en ligne sur manioc.org. Le colloque DOM et francophonie : femmes intellectuelles et artistes d’expression française, , université Paris Nanterre, 18e édition du CIRFF, a notamment été subventionné par le Ministère des Outre-Mer ainsi que par la Déléguée Régionale aux droits de la femme et à l'égalité, Josette Augustin. Ce colloque a constitué le fruit d'une collaboration entre universitaires, artistes des DOM et de l'international, et la photographe Anja Beutler.

A partir de 2006 en Guadeloupe, puis de 2015 à 2022 en Martinique, elle a créé 7 spectacles universitaires de théâtre et danse-théâtre, en ligne sur manioc.org. En 2019 elle a mis en scène sa pièce[5] parue chez Epiderme Théâtre, 2018, Demain je pars pour Tlemcen[6]. Elle a été jouée au campus de Schoelcher et à l'université de Haute-Alsace[7],[8].

Depuis 2019 elle est membre du comité de pilotage du projet de recherche international « Matrimoine afro-américano-caribéen », Chaire Interuniversitaire d’Études Caribéennes (AUF – Agence Universitaire de la Francophonie), Axe : Mémoire collective et résilience. Le projet a constitué une plateforme scientifique et pédagogique numérique réunissant des textes, des vidéos, des expositions photographiques en réalité augmentée, des pavillons en réalité virtuelle, des activités pédagogiques ainsi qu’une bibliographie active et passive sur la notion de matrimoine notamment le Matrimoine afro-américano-caribéen et ses usages dans la production contemporaine. Il est porté par l’École d’Infotronique d’Haïti, dont le directeur est Patrick Attié. Ce projet est subventionné par l'AUF, la DAC Martinique et le Ministère des Outre-Mer[9].

En 2020 elle est lauréate de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, rubrique culture, pour son projet de recherche-création Des Veuves créoles, 3 représentations en 2022[10]. Obtention d'un label et d'une subvention[11].

PublicationsModifier

  • Dossier spécial "Recherche doctorale et droit au bonheur", coordonné par Karine Bénac, Lise Gillot et Morgane Le Guyader, La Revue juridique du Bonheur n°4, dir. Carine David, 2022. https://www.oib-france.com/la-revue-juridique-du-bonheur/
  • Jeffrey M. Leichman and Karine Bénac-Giroux eds., Colonialism and slavery in performance : theatre and the eighteenth century French Caribbean, Oxford University Studies of Enlightenment, Liverpool, Liverpool University Press, 2021.
  • Poétique et politique de l’altérité. Colonialisme, esclavagisme, exotisme, XVIIIe – XXIe siècles, dir. Karine Bénac-Giroux, Classiques Garnier, collection « Rencontres », Série Le Dix-Huitième siècle, n° 31, dirigée par Jacques Berchtold et Catriona Seth, novembre 2019, 602 p.
  • Karine Bénac, Demain je pars pour Tlemcen, suivi de Chemins d'une contrebandière : femme, beure, chercheure, Epiderme Théâtre, 2018, 92 p.
  • Karine Bénac, Télépathie ventrale suivi de Au chevet des corps, Epiderme Funambule, 2018, 94 p.
  • Karine Bénac, Destouches masques et métamorphoses du moi, Paris, Presses universitaires de Rennes, , 336 p.
  • Karine Bénac, Serre-tête et autres fredaines, Saint-Estève, les Presses littéraires, , 39 p. (Avec Hélène Harmat)
  • Karine Bénac, L'inconstance dans la comédie du XVIIIe siècle, Paris, l'Harmattan, , 291 p.
  • Karine Bénac, Ariane et moi, Paris, Bénévent, , 108 p.
  • Karine Bénac, Convois, Paris, Fajoles, , 42 p.
  • Karine Bénac, "Les fausses confidences", Marivaux, Paris, Hatier, , 127 p.
  • Karine Bénac, Marivaux, Paris, Ellipses, , 124 p.
  • Karine Bénac -Giroux, Le statut du sujet de la parole dans l'oeuvre de Marivaux, Thèse publiée en l'état, Presses Universitaires du Septentrion, 1999.

Notes et référencesModifier

  1. « Accueil », sur Karine Bénac Giroux (consulté le )
  2. « Karine Bénac-Giroux | CIELAM, Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA4235 », sur cielam.univ-amu.fr (consulté le )
  3. « Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales (UMR 8053) - BENAC-GIROUX Karine », sur www2.univ-ag.fr (consulté le )
  4. Roland Sabra, « Discriminations raciales et genrées dans la danse martiniquaise », Artincidence,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Équipe de recherche Fabula, « Demain je pars pour Tlemcen de Karine Bénac, utopies du détour (Université des Antilles) », sur CIRRAS (consulté le )
  6. « « Demain, je pars pour Tlemcen » : vers une relève théâtrale ! – Madinin'Art » (consulté le )
  7. « Manioc : Audio-Vidéo | Tlem-2803-1 », sur www.manioc.org (consulté le )
  8. « Manioc : Audio-Vidéo | Tlem-0310-1 », sur www.manioc.org (consulté le )
  9. « Matrimoine », sur Matrimoine (consulté le )
  10. « En images : les étudiants du campus brûlent les planches - Journal France-Antilles - Toute l'actualité de votre région en Martinique - FranceAntilles.fr », sur France-Antilles Martinique (consulté le )
  11. « Manioc : Audio-Vidéo | Veuv-2904 », sur www.manioc.org (consulté le )

Liens externesModifier