Jules Lachelier

philosophe français

Jules Esprit Nicolas Lachelier est un philosophe français, né le à Fontainebleau, et mort le dans la même ville.

Jules Lachelier
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Père
Esprit Lachelier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Henri Lachelier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Mouvement
Maître
Influencé par
Distinctions

Parcours et enseignementModifier

Lauréat du Concours Général en 1850, Jules Lachelier entre major à l'École normale supérieure en 1851. Il est agrégé de lettres en 1855 (Rang 1er), et de philosophie en 1863 (rang 1er)[1]. Il est docteur en lettres en 1871[2] en soutenant comme thèse principale 'Du fondement de l'induction' qu'il conclut ainsi : « L'expérience la mieux faite ne sert qu'à nous apprendre au juste comment les phénomènes se lient sous nos yeux : mais, qu'ils doivent se lier toujours et partout de la même manière, c'est ce qu'elle ne nous apprend point, et c'est cependant ce que nous n'hésitons pas à affirmer. » Il tentera de montrer dans quelles mesures nous sommes capables d'une telle affirmation.

Jules Lachelier est chargé de cours de rhétorique au lycée de Sens (1854-1856) avant d'être nommé professeur suppléant de rhétorique au Lycée de Toulouse (1857-1858), puis au lycée de Caen (1858-1861). Il est pour un mois, de septembre à octobre 1861, professeur de logique au lycée d'Angers[3]. Il est ensuite nommé professeur suppléant en philosophie au lycée Bonaparte de Paris de 1863 à 1864 avant d'obtenir un poste de maître de conférence de philosophie à l'École normale supérieure qu'il occupe de 1864 à 1875. Il aura alors notamment comme élève Jules Lagneau.

Nommé inspecteur de l'académie de Paris en , il est promu le inspecteur général de l'instruction publique. Alphonse Darlu sera son successeur en 1902. Il est élu à l'Académie des Sciences morales et politiques (section philosophie) au fauteuil de Barthélemy Saint-Hilaire[4].

Il meurt en son domicile à Fontainebleau le [5]

Professeur réputé pour sa rigueur et sa grande discrétion, Lachelier brûle, à la fin de sa vie, nombre de ses papiers et interdit la publication de ses lettres personnelles après sa mort. Un fonds est néanmoins constitué à la Bibliothèque Mazarine, alimenté par les destinataires qui souhaitent coopérer. En 1933, un recueil de 214 pages limité à 200 exemplaires a été édité par les Imprimeries Girard à Paris.

PhilosophieModifier

Se définissant comme intellectualiste, Lachelier s'était donné pour mission de perpétuer la philosophie de Kant. Un article de lui est resté célèbre, Psychologie et Métaphysique, où, se distinguant de Victor Cousin, il donne les jalons de sa philosophie à tendance spiritualiste :

« L'être tel que nous le concevons n'est pas, d'abord une nécessité aveugle, puis une volonté, qui serait enchaînée d'avance par la nécessité, enfin une liberté, qui n'aurait plus qu'à constater l'existence de l'une ou de l'autre. Il est tout entier liberté, en tant qu'il se produit lui-même, tout entier volonté, en tant qu'il se produit comme quelque chose de concret et de réel [...] »[6].

Lachelier est influencé par Félix Ravaisson, à qui il reprend le vocable de « réalisme spiritualiste » pour désigner sa philosophie[7]. Henri Bergson dédie à Jules Lachelier son Essai sur les données immédiates de la conscience. Émile Meyerson discute sa théorie de l'induction[8].

ŒuvresModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Répertoire 1809-1960 des agrégés de l'enseignement secondaire
  2. « Ressources numériques en histoire de l'éducation, Détails d'une fiche, LACHELIER (Jules Esprit Nicolas) », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le 18 août 2020)
  3. curriculum vitae sur le site de la Légion d'Honneur.
  4. Dictionnaire national des contemporains.
  5. Archives de la Seine-et-Marne, commune de Fontainebleau, acte de décès no 24, année 1918 (vue 8/175)
  6. Psychologie et métaphysique, p. 170.
  7. Cf. Henri Gouhier, Bergson et le Christ des Évangiles, Paris, Vrin, 1999, ch. 1.
  8. Cf. Émile Meyerson, Du Cheminement de la pensée, Paris, Vrin, 2011, p. 144.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier