Ouvrir le menu principal
Louis Dominique Jules Gavarret
Description de cette image, également commentée ci-après
GAVARRET (Jules Louis Dominique), in Corlieu A.: Centenaire de la Faculté de Médecine de Paris (1794-1894), F. Alcan (Paris), 1894.
Naissance
Astaffort (France)
Décès (à 81 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Domaines Physique médicale
Diplôme École Polytechnique, Doctorat en médecine
Renommé pour avoir développé la méthodologie statistique en médecine
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur à (1885)

Louis Dominique Jules Gavarret (ou parfois Louis Denis Jules Gavarret) (né le à Astaffort en Lot-et-Garonne et mort le à Paris) est un médecin français.

BiographieModifier

Il fait ses études à l’École Polytechnique, puis fait son service militaire comme officier d'artillerie. En 1833, il démissionne et commence ses études avec Gabriel Andral (1797-1876).

Il devient professeur de physique médicale à la Faculté de médecine de Paris[1]. Il entre à l'Académie de Médecine le [2] et en devient Président en 1882.

Il dirigera la revue Anthropologie[1].

TravauxModifier

Gavarret est connu pour avoir systématisé et développé la méthodologie statistique en médecine à la suite des travaux de Pierre Charles Alexandre Louis (1787-1872). Son objectif était de faire de la médecine une science exacte, notamment en ce qui concerne le diagnostic, mais aussi de réfuter l'« approche inductive » qui prévalait à l'époque. Gavarret est un fervent partisan de la méthode statistique, et un précurseur de la médecine fondée sur les faits.

En 1840, Gavarret et Gabriel Andral furent les premiers à montrer que composition sanguine varie en fonction de l'état pathologique du sujet. Leurs recherches ont démontré l'importance de la chimie du sang comme moyen de confirmer un diagnostic[3].

D'autre part, dans la mesure où Andral fut un des premiers à s'intéresser à la mesure de la température des patients, Gavarret et lui réalisent pour la première fois en 1839 la description de 6 cas de fièvre intermittente[4].

BibliographieModifier

  • Sur les modifications des propriétés de quelques principes du sang (fibrine, globules, matériaux solides du sérum, et eau) dans les maladies. Ann Chim 1840 (avec G. Andral).
  • Recherches sur la quantité d’acide carbonique exhalé par le poumon dans l’espèce humaine, écrit avec G. Andral, 30 pages, 1 pl. Paris, Masson & cie., 1843. Ext. Annales de chimie et de physique.
  • Principes généraux de statistique médicale, Béchet Jeune et Labé, Paris, 1840.
  • Lois générales de l'électricité dynamique (1843)
  • Physique médicale. De la chaleur produite par les êtres vivants, (1855)
  • Les phénomènes physiques de la vie, (1869)[5].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Membre de l'Académie Nationale de Médecine », sur BIU Santé (consulté le 12 septembre 2014).
  2. Alain Garric, « Jules Gavarret », sur GeneaNet (consulté le 12 septembre 2014).
  3. (en) Edward Huth, « Jules Gavarret's Principes Généraux de Statistique Médicale », Journal of the Royal Society of Medicine, vol. 101, no 4,‎ , p. 205–212 (DOI 10.1258/jrsm.2008.081008, lire en ligne).
  4. Histoire générale des sciences : La science contemporaine, vol. 1, t. 3, Paris, PUF, , 743 p., page 573.
  5. « http://yufind.library.yale.edu/yufind/Author/Home?author=Gavarret%2C%20Jules%2C%201809-1890. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Yale Libraries

Voir aussiModifier