Ouvrir le menu principal

Jules Abadie

chirurgien et homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abadie.

Jules Abadie
Illustration.
Fonctions
Ministre
Gouvernement commandement en chef français civil et militaire, puis à partir du 7 juin 1943 comité français de la Libération nationale
Maire d'Oran
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Blaye
Date de décès (à 76 ans)
Lieu de décès Oran

Jean Baptiste Marie Jules Abadie, né le à Blaye en Gironde[1] et mort le à Oran[1], est un chirurgien français. Il exerça à Oran et fut membre du Comité français de la Libération nationale.

Sommaire

BiographieModifier

Né à Blaye en 1876, Jules Abadie est réformé du service national en 1896 pour tuberculose. Il s'engagera volontairement comme médecin pendant la guerre de 14-18 puis celle de 39-45 [2] puis sera promu colonel de réserve[3].

Docteur en médecine en 1901, il commence sa carrière de chirurgien à Montpellier puis, à la suite d'un concours[4], la poursuit à l'hopital d'Oran à partir de 1904 dont il deviendra plus tard chirurgien en chef[2]. Il possède une clinique quartier Miramar où il travaille avec sa femme, également médecin[3]. Ses travaux de recherches, notamment dans la chirurgie gastrique et la chirurgie de guerre, lui assurent une notoriété en France et à l'étranger. Il sera membre de l'Académie de chirurgie, correspondant de l'Académie nationale de médecine et représentant de l'Afrique du Nord à la Société internationale de chirurgie[4].

De 1907 à 1910 il est délégué non colon d'Oran aux délégations financières[4].

Abadie étudie une « automobile chirurgicale » en février 1915[5].

Proche d'Henri Giraud, il devient le 23 mars 1943 son Secrétaire à l'Intérieur au sein du Commandement en chef civil et militaire. Puis lorsque le comité français de la Libération nationale est créé sous la coprésidence de Giraud et de de Gaulle. il y exerce les fonctions de commissaire à la Justice du 7 juin au 4 septembre 1943, et de commissaire à l'Éducation nationale et à la Santé publique du 7 juin au 9 novembre 1943. L'une de ses missions a été de préparer le rétablissement du décret Crémieux.

Quand Giraud perd de l'influence au sein du CFLN, il est envoyé en mission en Amérique du Nord, pour y étudier le fonctionnement des services d'hygiène et d'assistance publique.

Il a été brièvement le 38e maire d'Oran en 1948 pendant deux mois [6].

Vie privéeModifier

Il épouse Hélène Feyguine d'origine russe, née le 21 mai 1881 à Samara (Russie), docteur en médecine en 1905, fille de Geresime Feyguine et Mme née Politoff, avec qui il aura deux filles Héléne et Nicole, et un fils Jean[3].

Il décède le 10 août 1953 à Oran[1].

DistinctionsModifier

OuvragesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « ABADIE, Jean-Baptiste Marie Jules » sur le site de l'Académie nationale de médecine
  2. a b et c « Cote 19800035/51/6220 », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. a b et c Alfred Salinas, Quand Franco réclamait Oran : l'Opération Cisneros p. 220
  4. a b et c Un parlement colonial: les délégations financières algériennes, 1898-1945 p. 402 Jacques Bouveresse
  5. Étude pour une automobile chirurgicale pour opérations au voisinage du front, par le Dr Abadie (Oran), Médecin major de 2e classe, Chirurgien consultant, Riom-Chatelguyon, La Presse médicale no 5 du 4 février 1915
  6. http://www.villedoran.com/p45.html

Liens externesModifier