Juan de Palafox y Mendoza

religieux

Juan de Palafox y Mendoza (, Navarre, Navarre) était un évêque espagnol puis vice-roi de Nouvelle-Espagne du au . Il est béatifié à El Burgo de Osma le par le cardinal Angelo Amato. Il est fêté le 1er octobre.

Juan de Palafox y Mendoza
Illustration.
Juan de Palafox y Mendoza
Fonctions
Vice-roi de Nouvelle-Espagne

(5 mois et 13 jours)
Monarque Philippe IV d'Espagne
Prédécesseur Diego López Pacheco
Successeur García Sarmiento de Sotomayor
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Navarre
Date de décès
Lieu de décès Navarre

Juan de Palafox y Mendoza
Vice-roi de Nouvelle-Espagne

Jeunesse

modifier

Né en Navarre au tournant du XVIIe siècle, Palafox y Mendoza était le fils naturel de Jaime de Palafox. Il fut élevé pendant dix ans par une famille de meuniers qui le prénommèrent "Juan". Ensuite, son père le reconnut et il étudia à Alcalá et Salamanque.

En 1626 il est représentant de la noblesse aux Cortes de Monzón, puis procureur du Conseil de Guerre des Indes.

Il est ordonné prêtre et devient chapelain de Marie d'Autriche, sœur du Roi Philippe IV d'Espagne qu'il accompagne lors de ses nombreux voyages en Europe.

Carrière ecclésiastique

modifier

En 1639 Philippe IV le nomme évêque de Puebla de los Ángeles au Mexique (alors en Nouvelle-Espagne) puis le Pape Urbain VIII confirme sa nomination. Son ordination a lieu à Madrid le . Il arrive à Veracruz le , en compagnie du Vice-roi, Diego López Pacheco Cabrera y Bobadilla, avec qui il a fait connaissance sur le bateau. Palafox a également été nommé visitador (représentant du Roi) afin d'enquêter sur les deux précédents vice-rois. Il sera évêque de Puebla de 1640 à 1655 puis archevêque de Mexico par intérim de 1642 à 1643.

Il fonde le couvent dominicain de Santa Inés, modifie l'ordonnancement du séminaire de San Juan et fonde les collèges de San Pedro et San Pablo. Il fonde également l'école pour filles de Purísima Concepción et travaille à l'achèvement de la cathédrale qui sera consacrée le .

En tant qu'évêque, Palafox y Mendoza se distingue par ses efforts pour protéger les Indiens de la cruauté des Espagnols, interdisant toutes méthodes de conversion autres que la persuasion.

En ceci et d'autres affaires, il se heurte à l'hostilité des Jésuites qu'il fait interdire en 1647. Ceux-ci répondent en l'excommuniant. Palafox, par deux fois, en 1647 et 1649, envoie à Rome une plainte formelle les concernant. Le Pape, cependant, refuse d'approuver ses arguments et tout ce qu'il obtient est une lettre d'Innocent X (le ), enjoignant aux Jésuites de respecter sa juridiction épiscopale. Le , Palafox et les Jésuites signent un accord, mais leurs querelles continuent. Palafox attaque notamment les Jésuites pour leur attitude dans la querelle des rites en Chine, en déclarant que l'attitude des Jésuites qui tolèrent les rites traditionnels de vénération des ancêtres chez les convertis chinois au catholicisme est hérétique. Cette même année, les Jésuites parviennent à assurer son transfert au petit siège de Osma en Castilla la Vieja.

Palafox est un authentique défenseur des arts et c'est pendant son épiscopat à Puebla que la cité devint le centre musical de la Nouvelle-Espagne. Les compositeurs comme Juan Gutiérrez de Padilla, maestro di capilla de la cathédrale et l'un des plus fameux compositeurs du Mexique au XVIIe siècle, amènent, dans le Nouveau Monde, les tout derniers styles musicaux européens. Palafox croit également aux vertus de l'éducation. Il fonde la Bibliothèque Palafoxiana le , la dotant de cinq mille ouvrages de science et de philosophie.

En 1694 Charles II d'Espagne propose sa canonisation; mais bien qu'elle passe les étapes préliminaires, assurant à Palafox le titre de Vénérable, elle échoue sous Pie VI, à cause de l'intervention des Jésuites. Palafox ne sera béatifié que bien plus tard, le .

Ses écrits seront publiés en 15 volumes à Madrid en 1762.

Carrière politique

modifier

En tant que visitador general, l'évêque Palafox y Mendoza rompt avec le Vice-roi Diego López Pacheco Cabrera y Bobadilla en 1642, l'accusant de collusion avec le Portugal (Le Portugal était alors en rébellion contre l'Espagne). Palafox arrive secrètement dans la capitale et pendant la nuit du 9 au , il réunit l'Audiencia et déclare ses soupçons. Il ordonne ensuite que le Palais du Vice-roi soit mis sous bonne garde. Le matin suivant, le Vice-roi est informé qu'il est arrêté et que l'évêque a été nommé archevêque de Mexico et Vice-roi de Nouvelle-Espagne. Ses biens sont confisqués et il est retenu quelque temps avant d'être autorisé à rentrer en Espagne. Là-bas, il sera acquitté des charges pesant contre lui.

Durant son bref mandat de Vice-roi, Palafox établit les lois régissant l'Université, l'Audiencia et la profession juridique. Il fait suspendre deux membres de l'Audiencia qui n'approuvent pas ses réformes. Palafox lève douze compagnies de milice afin d'empêcher que la révolte du Portugal et de la Catalogne ne se répande dans la colonie. Il fait détruire les statues païennes des Indiens que l'on avait conservées dans la capitale comme trophées de la conquête espagnole.

Il fut remplacé en tant que Vice-roi par García Sarmiento de Sotomayor le mais continua d'exercer son mandat de visitador.

Bibliographie

modifier
  • (es) Article « Mendoza, Antonio de », Enciclopedia de México, v. 9. Mexico City, 1988
  • (es) Article « Mendoza, Antonio de », Encyclopædia Britannica, v. 6. Chicago, 1983
  • (es) Cervera, José Antonio, et Ricardo Martínez Esquivel. “Puebla de Los Ángeles entre China y Europa. Palafox en las controversias de los ritos chinos,” Historia Mexicana 58,1 (2018): 245–284.
  • (es) García Puron, Manuel, México y sus gobernantes, v. 1. Mexico City: Joaquín Porrua, 1984.
  • Martínez Esquivel, Ricardo. "La question des 'rituels chinois' constitue un exemple idéal de l'histoire mondiale des idées". Interview. Bitter Winter, .
  • (es) Orozco L., Fernando, Fechas Históricas de México. Mexico City: Panorama Editorial, 1988, (ISBN 968-38-0046-7).
  • (es) Orozco Linares, Fernando, Gobernantes de México. Mexico City: Panorama Editorial, 1985, (ISBN 968-38-0260-5).
  • (en) Cayetana Álvarez de Toledo, Politics and Reform in Spain and Viceregal Mexico: The Life and Thought of Juan De Palafox 1600-1659, Oxford University Press, 2004.
  • (es) Cayetana Álvarez de Toledo, Juan de Palafox: Obispo y Virrey, Centro de Estudios Europa Hispánica / Marcial Pons Ediciones de Historia, Madrid, (préface de John Elliott; traduction de M. Bacells et J. C. Bayo), 2011.

Liens externes

modifier