Josselin de Rohan (évêque)

prélat breton

Josselin de Rohan
Biographie
Décès
à Saint-Malo
Évêque de l'Église catholique
Évêque de Saint-Malo
Autres fonctions
Fonction religieuse
Prieur de Saint-Lazare de Montfort
Chanoine de Saint-Malo

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason fam fr Rohan (ancien).svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Josselin de Rohan, mort le , est un homme d'Église breton du XIVe siècle. Il est évêque de Saint-Malo de 1375 à sa mort.

BiographieModifier

Origines et familleModifier

Josselin de Rohan est issu de la Maison de Rohan, l'une des plus anciennes et puissantes familles de la noblesse bretonne dont l'origine remonte au XIe siècle. Il est le fils aîné d'Olivier, vicomte de Rohan, et de Jeanne de Léon, sa seconde épouse.

Homme d’Église et évêque de Saint-maloModifier

D'abord prieur de Saint-Lazare de Montfort et chanoine de Saint-Malo, avant d'être nommé évêque de Saint-Malo le . Imbu des maximes de quelques-uns de ses prédécesseurs qui, pour le temporel, prétendaient dépendre immédiatement du Saint-Siège, il ne voulut jamais prêter le serment de fidélité au duc de Bretagne, Jean IV. Le roi de France prit alors Josselin de Rohan sous sa protection, mais il ne peut empêcher les officiers du duc de saisir le temporel de l'évêché de Saint-Malo, dont le prélat ne recueillit aucun fruit pendant les dernières années de sa vie[1].

Après avoir menacé le duc d'excommunication, Josselin de Rohan finit cependant par conclure un traité de paix avec ce prince, en 1384, à la demande du pape Urbain VI, qui intervint dans le démêlé.

Il meurt le d'après le nécrologe de Montfort, et est enterré dans le chœur de la cathédrale de Saint-Malo, du côté de l'épître. Son tombeau, placé en face de celui de Jean de la Grille, porte cette inscription latine:

« QUI FUERAM QUONDAM TITULIS ET NOMINÉ CLARUS - PULVERE NUNC PULVIS HIC PREMOR EXIGUO - LONGO QUISQUIS AMAS CENSERI SANGUINE, LECTOR, - ASPICE QUAM SUBITO DEFLUAT ORBIS HONOS ! - NON NOSTROS OBITUS DOLEAS : SED, CARNE SOLUTI, - CHRISTE, SACERDOTIS DIC MISERERE TUI ! »

Notes et bibliographieModifier

  1. Pierre Daru, p. 177-179

Sources et bibliographieModifier

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier