Joseph Charras

Joseph Charras
Joseph Charras

Naissance
Montauban-sur-l'Ouvèze (Drôme)
Décès (à 70 ans)
Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 17931832
Distinctions Baron de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Famille Père de Jean-Baptiste-Adolphe Charras

Joseph Charras, né le à Montauban-sur-l'Ouvèze (Drôme), mort le à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre en service le , comme volontaire dans le 1er bataillon de Nyons, et il est élu capitaine le jour même par ses camarades. Il suit l’armée en Italie, et son bataillon est incorporé le dans la 4e demi-brigade d’infanterie légère.

Il est blessé d’un coup de feu à la cuisse gauche le , à la bataille de la Corona, et en 1798, il participe à la campagne d'Égypte. Il est de nouveau blessé le , d’un coup de feu au téton droit, à la bataille des Pyramides. Sa conduite lors des batailles de Mandora et de Canope, les 13 et , lui vaut le grade de chef d’escadron que lui confère le général Menou le .

Confirmé dans son grade à son retour en France le , il est élevé au grade de major le , au 6e régiment d’infanterie légère, et il est fait chevalier de la Légion d’honneur le .

En 1809, il est à l’armée de la Tête des Flandres et d’Anvers, et en 1811, il rejoint l’armée de Naples, où il est nommé colonel à la suite du 6e léger le . Le , il est appelé au commandement du 22e régiment d’infanterie légère, et en 1812, il sert au corps d’observation de l’Italie méridionale, puis en 1813, à la Grande Armée pendant la campagne de Saxe. Il est fait officier de la Légion d’honneur le , puis il est créé baron de l’Empire et promu général de brigade le . Employé au 11e corps de la Grande Armée, il est fait prisonnier le , lors de la bataille de Leipzig.

Rentré en France en mars 1814, il est fait chevalier de Saint-Louis, et il reste en non activité jusqu’au , époque où l’Empereur de retour de l’île d'Elbe lui donne le commandement d’une brigade du 8e corps d’observation. Replacé dans sa position de non activité le , il obtient sa retraite le .

En 1830, il est placé dans le cadre de réserve, et il est remis en position de retraite le .

Il meurt le , à Clermont-Ferrand, où il est enterré au cimetière des Carmes (allée 2, no 178). Une avenue de Clermont-Ferrand, dans le quartier de la gare, porte son nom.

Il est le père de Jean-Baptiste-Adolphe Charras.

SourcesModifier