Joseph-Léonide Perron

personnalité politique canadienne

Joseph-Léonide Perron
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Voirie
Prédécesseur Joseph-Adolphe Tessier
Successeur Joseph-Édouard Perrault
Ministre de l'Agriculture
Prédécesseur Joseph-Édouard Caron
Successeur Adélard Godbout
Député de Gaspé
Prédécesseur Louis-Joseph Lemieux
Successeur Gustave Lemieux
Député de Verchères
Prédécesseur Amédée Geoffrion
Successeur Adrien Beaudry
Député de Montcalm
Prédécesseur Joseph-Ferdinand Daniel
Successeur Médéric Duval
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Marc-sur-Richelieu, Drapeau du Canada Canada
Date de décès (à 58 ans)
Lieu de décès Montréal, Drapeau du Canada Canada
Parti politique Parti libéral
Conjoint Berthe Brunet
Diplômé de Université de Montréal
Profession Avocat
Religion Catholique

Joseph-Léonide Perron C.R. ( à Saint-Marc-sur-Richelieu, Canada - à Montréal, Canada) est un avocat et un homme politique québécois.

BiographieModifier

Après des études en droit à l'Université de Montréal, il est admis au Barreau en 1895. Après avoir travaillé comme avocat pendant quelques années, il est élu député pour le Parti libéral dans la circonscription de Gaspé, en 1910. Quelques mois plus tard, il devient le premier maire de Beaconsfield lors de l'incorporation de la ville, le . Lors des élections provinciales suivantes, il se présente dans Verchères et remporte le siège. Il sera député du au ), jusqu'à sa nomination comme conseiller législatif de Montarville, le .

Avocat de grandes entreprises transigeant avec le gouvernement du Québec, il siège au conseil d'administration de plusieurs d'entre elles, dont la Canada Cement, la Compagnie des Tramways de Montréal, la Beauharnois Light, Heat and Power et la Shawinigan Water and Power[1]. Tout en conservant ces fonctions, en 1920, il fera son entrée au cabinet du nouveau premier ministre d'alors, Louis-Alexandre Taschereau, en tant que ministre sans porte-feuille. Il sera ensuite ministre de la Voirie, du au . Il sera le principal responsable de la construction d'un important réseau routier, cherchant à s'adapter à la réalité de l'automobile et de l'urbanisation. Entre-temps, il sera également le Bâtonnier du Barreau de Montréal, de 1922 à 1923.

Perron quitte le conseil législatif pour redevenir comme député, lors d'une élection partielle, le du . À la suite de cette élection, il deviendra ministre de l'Agriculture (du au ).

Peu de temps après sa mort, pour souligner sa mémoire, on baptisa la route ceinturant la péninsule gaspésienne le Boulevard Perron.

Centennial HouseModifier

En 1906, Joseph-Léonide Perron se fait construire un résidence d'été à Beaconsfield sur les rives du Lac Saint-Louis. Il y élève des chevaux de race et cultive un vignoble. Endommagée par un incendie en 1940, la maison est reconstruite presque à l'identique l'année suivante. Elle devient la propriété de la ville de Beaconsfield en 1965 qui y installe des bureaux administratifs jusqu'en 1968. Convertie en centre culturel, la maison est renommée Centennial House à l'occasion du centenaire du Canada en 1967.

Notes et référencesModifier

  1. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec, t. XXV, Alexandre Taschereau, Éditions Chantecler, Montréal, 1952, p. 22.

Lien externeModifier