Joséphine Boulay

organiste et compositrice française
Joséphine Boulay
Description de cette image, également commentée ci-après
Joséphine Boulay en 1895
Nom de naissance Joséphine Pauline Boulay
Naissance
Paris 17e
Décès (à 56 ans)
Paris 7e
Activité principale Organiste
Activités annexes Pédagogue
Compositrice
Années d'activité 1889-1926
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres César Franck, Charles Lenepveu, Jules Massenet, Gabriel Fauré
Enseignement INJA
Distinctions honorifiques Palmes académiques (1899)

Joséphine Pauline Boulay, née le à Paris 17e[1] et morte le à Paris 7e[2], est une organiste, compositrice et pédagogue française.

BiographieModifier

Née à Paris, aveugle à trois ans[3], Joséphine Boulay étudie chez les Sœurs aveugles de Saint-Paul puis à l'Institution nationale des jeunes aveugles. Faisant montre d'aptitudes remarquables pour la musique, elle se présente au Conservatoire de Paris et est admise en 1887 dans la classe d'orgue de César Franck[4]. Elle devient en 1888 la première femme à remporter un premier prix d'orgue au Conservatoire[5].

Nommée professeur à l'INJA, elle prend en charge les classes d'orgue et de composition de l'Institution, mais poursuit en parallèle son apprentissage musical au Conservatoire de Paris. Elle remporte ainsi un deuxième prix d'harmonie dans la classe de Charles Lenepveu en 1890, un second prix de contrepoint et fugue en 1895 dans la classe de Jules Massenet, enfin un premier prix en 1897 dans la classe de composition de Gabriel Fauré[6].

Décorée des Palmes académiques en 1899[7], elle enseigne durant trente-sept ans[3] l'orgue, la composition, l'harmonie et le piano pour les jeunes aveugles, avec bienveillance mais exigence, et une ligne directrice pédagogique formulée telle une maxime, ainsi que le relate J. Tuffreau[8] : "Aimez bien le travail, avec lui, on arrive à oublier bien des peines. Par le travail on triomphe de tout."

ŒuvresModifier

Parmi ses compositions, figurent[9] :

  • Chant de paix, pour chœur à 3 voix de femmes avec accompagnement de piano, éd. Heugel
  • Andante, pour orgue, éd. Durand
  • Prélude, pour orgue, éd. Durand
  • Fugue, pour orgue, éd. Durand
  • 6 Motets à la Sainte Vierge et au Saint Sacrement, pour voix et orgue ou harmonium, éd. Enoch
  • Suite pour violon et piano, éd. Enoch

Notes et référencesModifier

  1. Archives de Paris en ligne, acte de naissance, registre Paris 17e, acte n° 1092 du 23/5/1869, vue 25/31
  2. Archives de Paris en ligne, acte de décès, registre Paris 7e, acte n° 1324, vue 13/20
  3. a et b « Nécrologie », Le Valentin Haüy, no 4,‎ , p.74 (lire en ligne).
  4. Sébastien Durand, Une femme d'exception dans l'ombre de l'Institution Nationale des Jeunes Aveugles : Joséphine Boulay (1869-1925), in L'orgue, n° 255, III-2001, p. 7-20,
  5. Sébastien Durand, Joséphine Boulay (1869-1925) in Compositrices françaises au XXe siècle vol. 2, Sampzon, Delatour,
  6. Constant Pierre, Le Conservatoire national de musique et de déclamation. Documents historiques et administratifs. Dictionnaire des lauréats, Paris, Imprimerie Nationale, 1900, p. 705
  7. Le Valentin Haüy, mars 1899, 17ème année, n° 3, p. 28
  8. « Nécrologie », Le Valentin Haüy, no 4,‎ , p.76 (lire en ligne).
  9. recherche dans le Catalogue général de la BnF

Liens externesModifier