Jimmy Lai

Jimmy Lai
Fonctions
Président-directeur général de Next Digital (en)
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
黎智英Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Lai Chee-ying
黎智英
Nationalité
Activités
Famille
Teresa Lai (femme)
Autres informations
Distinction

Jimmy Lai, de son vrai nom Lai Chee-ying (黎智英, né le ), est un homme d'affaires hongkongais de nationalité britannique et taïwanaise. Fondateur de la chaîne de magasins de vêtements Giordano (en), de la société de médias Next Digital (en) (anciennement appelé Next Media), et du journal populaire Apple Daily, sa fortune est estimée en 2008 à 1,2 milliard $[2].

Il est également l'un des principaux contributeurs au camp pro-démocratie de Hong Kong, en particulier au Parti démocratique (en). Ses entreprises sont interdites en Chine et il est personnellement l'objet d'attaques clandestines contre son domicile et arrêté à plusieurs reprises pour rassemblement illégal à Hong Kong.

Arrêté le , sa libération sous caution lui est refusée et il est placé en détention le . Il est condamné à 14 mois de prison en avril 2021.

BiographieModifier

Né à Canton, Jimmy Lai est issu d'une famille ayant fait fortune dans le transport maritime. Mais en 1949, les communistes prennent le pouvoir et son père doit fuir à Hong Kong, tandis que sa mère est envoyée dans un camp de travail. À 6 ans, il travaille déjà afin d'acheter du riz puis à 9 devient porteur de valise à la gare de Canton. Il se décide à émigrer[3]. À 12 ans, il arrive à Hong Kong, ayant réalisé le trajet à bord d'un bateau comme passager clandestin[4]. À son arrivée, il commence à travailler dans une usine de textile pour 8 HK$ par mois[5].

Fondation de GiordanoModifier

Il apprend sur le tas et gravit les échelons[3]. Il devient progressivement directeur d'usine[6] et, en 1975, il utilise sa prime de fin d'année sur les actions de Hong Kong pour lever des liquidités et rachète une usine de textile en faillite, Comitex, où il commence à fabriquer des pulls pour des clients tels que J. C. Penney, Montgomery Ward et autres détaillants américains[7].

En récompensant les revendeurs par des incitations financières à Hong Kong, il fait de sa chaîne un détaillant à l'échelle de l'Asie. Giordano compte alors plus de 8000 employés dans 2400 boutiques réparties sur 30 pays dans le monde[8].

PublicationsModifier

Lai est le pionnier d'une philosophie centrée sur le lecteur à Hong Kong avec le journalisme paparazzi sur le modèle de revues telles que USA Today et The Sun[9]. Ses journaux les plus populaires Next Magazine et Apple Daily, présentent un mélange de tabloïd racé et de nouvelles orientées vers le marché de masse avec beaucoup de couleurs et de graphiques qui attirent une grande variété de lecteurs, bien que certains critiquent également Lai et son idéologie[10].

Publications hongkongaisesModifier

À la suite des manifestations de la place Tian'anmen de 1989, Lai devient un défenseur de la démocratie et un critique du gouvernement de la République populaire de Chine[11]. Il commence à publier Next Magazine (en), qui combine le sensationnalisme des tabloïds avec des reportages politiques et commerciaux percutants. Il fonde ensuite d'autres magazines, dont Sudden Weekly (en) (忽然一週), Eat & Travel Weekly (飲食男女), Trading Express/Auto Express (交易通/搵車快線) et Easy Finder (en) (壹本便利) en direction des jeunes[12].

En 1995, alors que la rétrocession de Hong Kong à la Chine approche, Lai fonde Apple Daily, un journal start-up qu'il finance à hauteur de 100 millions HK$ de sa propre poche[13].Le tirage du journal passe à 400 000 exemplaires en 1997[14], ce qui en fait le deuxième du territoire parmi 60 autres journaux[15]. Selon Lai, il aspire à maintenir la liberté d'expression à Hong Kong à travers Apple Daily[16]. En plus de promouvoir la démocratie, les publications de Lai attaquent souvent les autres magnats de Hong Kong en exposant leurs histoires personnelles et leurs relations avec le gouvernement local[17].

En 2003, avant les manifestations pro-démocratie sans précédent de Hong Kong en juillet, la couverture de Next Magazine présente un photomontage montrant le chef de l'exécutif de Hong Kong, Tung Chee-Hwa, recevant une tarte dans la figure. Le magazine exhorte les lecteurs à descendre dans la rue pour distribuer des autocollants Apple Daily appelant à la démission de Tung[18].

En 2006, Sudden Weekly et Next Magazine se hissent premier et second en termes de circulation sur le marché des magazines de Hong Kong[19]. Apple Daily devient le 2e journal de Hong Kong[19].

En 2020, Lai lance une version en anglais de Apple Daily[20].

En décembre 2020, Lai et deux autres dirigeants du groupe sont inculpés pour fraude car le bail des locaux d'Apple Daily n'est pas celui pour lesquels les locaux sont effectivement utilisés[21].

Publications taïwanaisesModifier

Lai lance des versions taïwanaises de Next Magazine en 2001 et de Apple Daily en 2003, affrontant des rivaux bien établis qui font beaucoup d'efforts pour le contrecarrer. Des éditeurs rivaux pressent ainsi les annonceurs pour le boycotter et les distributeurs pour ne pas effectuer de livraison à domicile. Ses bureaux de Taiwan sont vandalisés à de nombreuses reprises[22]. Au fur et à mesure que les publications attirent le plus grand lectorat de leur catégorie, les boycotts publicitaires prennent fin[19].

En octobre 2006, Lai lance Sharp Daily (en) (Shuang Bao en mandarin), un quotidien gratuit ciblant les travailleurs journaliers de Taipei[23]. La compagnie lance également Me! Magazine à Taïwan[24].

En créant le journal le plus populaire de Taiwan, Apple Daily, ainsi que le magazine, Next Magazine, les publications osées de Lai sont jugées comme ayant eu un grand impact sur la culture médiatique du pays jusque-là au ralenti[25].

Problèmes avec le régime chinoisModifier

Les publications de Lai restent interdites en Chine depuis leur création[6]. L'interdiction provient d'une chronique de Lai datant de 1994 dans laquelle il déclare que le Premier ministre de la république populaire de Chine Li Peng, considéré comme l'auteur de la répression de la place Tian'anmen, va « mourir »[26]. Il décrit également le Parti communiste chinois comme un « monopole qui facture une prime pour un service médiocre[27] ». Le gouvernement chinois riposte contre Lai en fermant les magasins Giordano, ce qui l'incite à vendre l'entreprise qu'il avait fondée pour la sauver[6]. En plus de voir ses publications interdites en Chine, les annonceurs refusent dorénavant de placer des publicités pour Apple Daily pour éviter des représailles du gouvernement chinois[28],[29].

Lai est fréquemment en butte à l'hostilité des nombreux magnats soutenus par Pékin, y compris à des tentatives de forcer les fournisseurs à boycotter ses entreprises. Les principaux promoteurs immobiliers de Hong Kong et les grandes entreprises ne font de la publicité que dans des publications concurrentes n'appartenant pas à Lai[30]. Il doit également affronter une vive opposition pour figurer à la Bourse de Hong Kong, que Lai esquive par une prise de contrôle inversée (en). Il réussit à inscrire la société en 1999 en acquérant le groupe Paramount Publishing en octobre de la même année[31],[32].

Autres entreprisesModifier

Pendant le bulle Internet de la fin des années 1990, Lai fonde adMart, un site de vente livrant à domicile[33]. L'entreprise élargit sa gamme de produits au-delà de l'alimentaire en incluant de l'électronique et des fournitures de bureau, mais doit fermer après avoir perdu entre 100 et 150 millions HK$[34]. Lai attribue cet échec à une trop grande confiance et à l'absence d'une stratégie commerciale viable[35].

En 2011, Next Media aurait vendu 70 % des parts de la filiale de Next Media Colored World Holdings (CWH, constituée dans les îles Vierges britanniques) à Sum Tat Ventures (STV, constituée également dans les îles Vierges britanniques), une société privée détenue à 100 % par Jimmy Lai[36]. La valeur de CWH est estimée à 6,1 millions US$. STV paye 100 millions US$ en espèces pour 70% du capital de CWH. En 2013, STV verse 20 millions US$ supplémentaires en espèces pour les 30% restants de CWH[37]. CWH elle-même voit la vente de ses actifs en 2011 et cesse ses activités en 2011. Au total, STV a payé 120 millions US$ en espèces pour CWH. Sur le formulaire de divulgation du formulaire 3B de Lai, STV est répertorié comme ayant la même adresse de correspondance que Next Media à Hong Kong[38].

Vers la fin 2013, Lai dépense environ 73 millions US$ (ou 2,3 milliards NT$) pour acheter une participation de 2 % (~ 17 millions d'actions) dans le fabricant d'électronique taïwanais HTC[39].

Activisme politiqueModifier

Lai est un champion de longue date des mouvements pro-démocraties de Hong Kong[40],[41]. Selon lui, c'est sa lecture de La Route de la servitude de Friedrich Hayek qui l'a inspiré à se battre pour la recherche de la liberté[42]. Son activisme s'exprime à travers ses entreprises, comme la distribution de t-shirts Giordano ornés de portraits de dirigeants de mouvements étudiants[43]. Son soutien très médiatisé aux mouvements pro-démocratie est vivement condamné par le gouvernement chinois[44],[45] .

Le , Lai est l'un des dirigeants pro-démocratie arrêtés lors du dispersement des manifestations de 2014 à Hong Kong. Le lendemain, il annonce qu'il démissionnera de la direction de Next Media « pour passer plus de temps avec sa famille et se consacrer à ses intérêts personnels[46] ».

 
Arrestation de Jimmy Lai à son domicile le .

Lai est la cible d'attaques hostiles, notamment avec des machettes, des haches, et de messages menaçants laissés dans la rue où il habite[47]. Il est percuté par une voiture et sa maison est incendiée à plusieurs reprises, la dernière fois en 2019[48],[49]. Le porte-parole de Next Media, Mark Simon, condamne ces attaques et déclare qu'« il s'agit d'un effort continu pour intimider la presse à Hong Kong. Il s'agit d'une intimidation brute et pure[50] ». Certains militants estiment que la police de Hong Kong et le gouvernement de Hong Kong, sous contrôle chinois depuis la rétrocession de 1997, ne donnent pas toujours suite à ces attaques contre Lai, et que les coupables sont rarement retrouvés[51].

Aux premières heures du , deux hommes masqués lancent des bombes incendiaires sur le domicile de Lai sur l'avenue Kadoorie à Kowloon Tong (en). Au même moment, une autre bombe est lancée sur le siège de Next Media (en) à Tseung Kwan O Industrial Estate (en)[52]. Les incendies sont éteints par des agents de sécurité. Les auteurs s'enfuient et deux voitures utilisées dans les attaques sont retrouvées incendiées à Shek Kip Mei (en) et Cheung Sha Wan (en). Les crimes sont dénoncés comme une « atteinte à la liberté de la presse[53] ».

Il fait également face à une accusation d'intimidation prétendant qu'il aurait utilisé un langage grossier envers un journaliste en 2017[54]. Son cas est entendu devant la cour le 5 mai[55]. Le 18 avril, Lai fait partie des 15 personnalités du camp pro-démocratie arrêtées à Hong Kong. Selon un communiqué de la police, son arrestation est fondée sur des soupçons d'organisation, de publicité ou de participation à plusieurs rassemblements non autorisés entre août et octobre 2019[56],[57]. Le , Lai est arrêté pour rassemblement illégal lors de sa participation aux manifestations de 2019-2020 à Hong Kong.

Lai est à nouveau arrêté le en vertu de la récente loi sur la sécurité nationale de Hong Kong et son journal est perquisitionné[58]. À la suite de son arrestation, son journal Apple Daily est acheté en masse en signe de soutien, faisant monter l'action du groupe Next Media de plus de 800 %[59],[60].

Durant sa détention, le 17 février 2021, il est accusé d'avoir aidé à la tentative de fuite de 12 personnes interceptées en mer durant l'année 2020 qui tentaient de rejoindre Taiwan par bateau[61].

En avril 2021, Lai est condamné à 12 mois de prison pour l'organisation de manifestations non autorisées. Le même jour, il est aussi condamné à huit mois de prison pour participation à une manifestation non autorisée. Les deux peines sont regroupées en une seule condamnation de 14 mois de prison[62].

Le 15 mai 2021, les autorités locales hongkongaises ont annoncé qu'elles avaient gelé les avoirs de Jimmy Lai. D'une part, ses avoirs dans son groupe de presse, Next Digital et d'autre part l'argent détenu dans trois comptes, ouverts dans des banques locales et liés à des entreprises de Jimmy Lai[63]. Quelques jours plus tard, il est à nouveau condamné à quatorze mois de prison avec d'autres militants du mouvement pro-démocratie pour avoir pris part en 2019 à une manifestation interdite le jour du 70e anniversaire de la Chine communiste[64].

Il manifeste son soutien à Donald Trump pour l’élection présidentielle américaine de 2020[65].

Notes et référencesModifier

  1. « 調查報道:肥黎一家七本英護照 » [archive du ], 文匯報,‎ (consulté le )
  2. « #962 Jimmy Lai », sur Forbes.com, (consulté le )
  3. a et b Charles Jaigu, « Jimmy Lai, un magnat hongkongais seul face à Pékin », Le Figaro Magazine, 16 juillet 2021, p. 18-19.
  4. (en) « Jimmy Lai: The Last, Best Hope for Saving Democracy in Hong Kong », sur Hoover Institution (consulté le )
  5. (en-GB) « Jimmy Lai still dashing to freedom in Hong Kong », sur Nikkei Asian Review (consulté le )
  6. a b et c Rowan Callick, « The animated mind of Jimmy Lai, Asian media innovator », The Australian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Next Media Ltd. – Company Profile, Information, Business Description, History, Background Information on Next Media Ltd », Referenceforbusiness.com (consulté le )
  8. « Giordano », sur corp.giordano.com.hk (consulté le )
  9. « Newspaper Crisis: The Cut-throat Price War », John Wiley & Sons (Asia) Ltd., vol. 1,‎ (lire en ligne)
  10. « Jimmy Lai magazine sale stokes concern over HK media landscape », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. (en-US) Associated Press, « Media mogul Jimmy Lai, on China’s new security law: ‘Hong Kong is dead’ », sur MarketWatch (consulté le )
  12. (en-US) Asia Times staff, « Jimmy Lai proposes selling Next Magazine to Kenny Wee », sur Asia Times, (consulté le )
  13. Jenni Marsh CNN, « The only Hong Kong multi-millionaire standing up to China », sur CNN (consulté le )
  14. « Why doomsday for Hong Kong newspapers is coming early », EJ Insight,‎ (lire en ligne)
  15. (en-US) « HONG KONG JOURNALISTS QUESTIONED AND EXPELLED », sur Committee to Protect Journalists, (consulté le )
  16. (zh-HK) « Happy 25, Apple Daily! Boss Jimmy Lai vows to fight till the end for 'crisis-stricken' Hong Kong », sur Apple Daily 蘋果日報 (consulté le )
  17. (en) Ben Kwok, « Lai See », sur South China Morning Post, (consulté le )
  18. « BW Online | 28 July 2003 | A Thorn in China's Side », sur Bloomberg BusinessWeek, (consulté le )
  19. a b et c « Lai Chases Taipei Commuters », Forbes,‎ (lire en ligne)
  20. (zh-HK) « Complimentary English Edition Is Available On Apple Daily! Subscribe Now And Show Your Support », sur Apple Daily 蘋果日報 (consulté le )
  21. « Jimmy Lai, une figure du combat prodémocratie à Hongkong, inculpé pour fraude », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. Attacks on the Press 2002: Taiwan, « Attacks on the Press – 2002 », Cpj.org, (consulté le )
  23. (en) « Apple's free sister paper Sharp Daily folds after losing millions », sur South China Morning Post, (consulté le )
  24. (zh-HK) « 【短片】《忽周》創刊廿年下月初結束遣散70人 », sur Apple Daily 蘋果日報 (consulté le )
  25. (en-US) Michael FlaggStaff Reporter of The Wall Street Journal, « Hong Kong Publisher Irks a Few With Foray Into Online Retailing », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  26. (en-US) Neil Gough, « For Jimmy Lai, Hong Kong’s Rebellious Tycoon, Next Battle May Be in Court », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  27. (en) « Vaudine England on the repercussions of media mogul Jimmy Lai's resistance to Beijing », sur the Guardian, (consulté le )
  28. (en-GB) « Losses mount for Hong Kong's pro-democracy Apple Daily », sur Nikkei Asian Review (consulté le )
  29. (en-GB) « 'Whatever we write... can be subversion, can be sedition': Hong Kong's 'rebel' tycoon Jimmy Lai says he has no regrets », sur Hong Kong Free Press HKFP, (consulté le )
  30. (en-GB) « Jimmy Lai: Media tycoon chooses freedom over profit », sur Nikkei Asian Review (consulté le )
  31. (en) Denise Tsang, « Paramount signs printing contract with Next », sur South China Morning Post, (consulté le )
  32. « ASIANOW - Asiaweek | Jimmy Lai: The Maverick vs. The Establishment | Page 4 | 12/03/99 », sur edition.cnn.com (consulté le )
  33. « [titre manquant] », sur www.bloomberg.com (consulté le )
  34. « Story Details - Alumni - Harvard Business School », sur www.alumni.hbs.edu (consulté le )
  35. Isabella Ng, « Taipei's Next », Time,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. « Welcome to Next Digital Limited », sur Nextmedia.com (consulté le )
  37. « Welcome to Next Digital Limited », sur Nextmedia.com (consulté le )
  38. « Hong Kong Exchanges and Clearing Limited », sur Sdinotice.hkex.com.hk, (consulté le )
  39. « Hong Kong media and Giordano fashion magnate Jimmy Lai acquires 2% of HTC », Bamboo Innovator, (consulté le )
  40. « Hong Kong Newspaper Owner Arrested for Alleged Unlawful Assembly », sur Time (consulté le )
  41. (en-GB) « Pro-democracy Hong Kong media mogul arrested », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. « Could Admart be Jimmy Lai's last stand? », sur www.gluckman.com (consulté le )
  43. « ASIANOW - Asiaweek | Jimmy Lai: The Maverick vs. The Establishment | 12/03/99 », sur edition.cnn.com (consulté le )
  44. (en) « Hong Kong Media Tycoon Laments Hong Kong’s Future Under Looming National Security Law | Voice of America - English », sur www.voanews.com (consulté le )
  45. (en-US) « The Case of Jimmy Lai: Hong Kong's Press Freedom Canary? », sur Committee to Protect Journalists (consulté le )
  46. Danny Mok, « Firebombs hurled at home of Hong Kong media tycoon Jimmy Lai and Next Media HQ in 'attack on press freedom' », South China Morning Post,‎ (lire en ligne)
  47. (en-GB) « Firebomb attacks on HK media tycoon », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. (en-US) Austin Ramzy, « Firebombs Thrown at Jimmy Lai's Home and Company in Hong Kong », sur Sinosphere Blog, (consulté le )
  49. « [titre manquant] », sur www.bloomberg.com (consulté le )
  50. « Hong Kong media tycoon’s home and former offices firebombed », sur america.aljazeera.com (consulté le )
  51. (en-GB) « Controversial Hong Kong media tycoon's home firebombed », Reuters UK,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. « The Invisible Hand on Hong Kong's Media », sur Reporters Without Borders (consulté le )
  53. Danny Mok, Clifford Lo et Tony Cheung, « Firebombs hurled at home of Hong Kong media tycoon Jimmy Lai and Next Media HQ in 'attack on press freedom' », South China Morning Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. (en) « Hong Kong tycoon Jimmy Lai charged over August 31 march, intimidation case », sur South China Morning Post, (consulté le )
  55. Rachel Wong et Tom Grundy, « Hong Kong police arrest pro-democracy newspaper tycoon Jimmy Lai and Labour Party vice-chair Lee Cheuk-yan », (consulté le )
  56. Elaine Yu et Austin Ramzy, « Amid Pandemic, Hong Kong Arrests Major Pro-Democracy Figures », (consulté le )
  57. Rachel Wong, « 15 Hong Kong pro-democracy figures arrested in latest police round up », (consulté le )
  58. « Arrestation à Hong Kong de Jimmy Lai, héros de la contestation contre Pékin », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  59. « Les Hongkongais affichent leur soutien à Jimmy Lai, figure du camp prodémocratie arrêté lundi », (consulté le )
  60. (en-GB) « Jimmy Lai: Hong Kong media tycoon held amid sweep of arrests », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. « Hong Kong: Nouvelle inculpation contre Jimmy Lai toujours en prison », sur Challenges (consulté le )
  62. « Manifestations à Hongkong : quatorze mois de prison pour le magnat de la presse Jimmy Lai », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  63. « Hong Kong gèle les avoirs du patron de presse pro-démocratie Jimmy Lai », RFI,‎ (lire en ligne)
  64. « Hongkong : nouvelle peine de prison pour le patron de presse Jimmy Lai et sept figures du mouvement prodémocratie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  65. (en-GB) « 'Desperate times, desperate measures': The Hong Kong protesters who want Trump to win a second term », sur Hong Kong Free Press HKFP,

Liens externesModifier