Jeanne LaDuke

mathématicienne américaine

Alice Jeanne LaDuke (née le ) est une mathématicienne américaine spécialisée dans l'analyse mathématique et l'histoire des mathématiques. Elle était également une actrice enfant qui est apparue dans un film (The Green Promise).

Jeanne LaDuke
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (85 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Kenneth Ross (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Prononciation

Jeunesse et carrière cinématographique

modifier

Jeanne LaDuke a été élevée dans une ferme du comté de Posey[1] dans le sud-ouest de l'Indiana. Ses parents avaient fait des études collégiales et une tante qui enseignait les mathématiques à Chicago lui rendait fréquemment visite, apportant des énigmes mathématiques à LaDuke[2].

Enfant, elle a été choisie parmi 12 000 candidates des 4-H pour jouer un petit rôle dans The Green Promise (1948)[1] dans le rôle de la fermière Jessie Wexford, sœur de l'intérêt amoureux du personnage de Natalie Wood[3]. Wood et LaDuke ont partagé un tuteur qui leur a enseigné les deux jeux de cordes ainsi que leur programme scolaire[4].

Formation

modifier

Jeanne LaDuke a étudié les mathématiques à l'université DePauw dans les années 1950 et a logé avec une autre majeure en mathématiques de l'Oregon, qui lui a montré l'état lors de voyages de camping d'été[2].

Elle a obtenu une maîtrise en mathématiques, mais n'a pas pu obtenir un poste d'enseignant parce que les écoles auxquelles elle candidatait n'embauchaient que des hommes. Elle est revenue en Oregon en 1966 en tant que doctorante à l'université de l'Oregon[2] et a terminé son doctorat. en 1969 avec une thèse en analyse mathématique dirigée par Kenneth A. Ross (en) et intitulée E p Space: Essentially a Product of C p Spaces[5].

Carrière mathématique

modifier

Après avoir obtenu son doctorat, LaDuke a passé les trente années suivantes en tant que membre du corps professoral du département des sciences mathématiques de l'université DePaul[2]. Elle a pris sa retraite en 2003[6].

Avec Judy Green, elle est l’auteure de Pioneering Women in American Mathematics: The Pre-1940 PhD’s ( American Mathematical Society et London Mathematical Society, 2009)[7]. Une série de conférences annuelles sur les femmes en mathématiques, sciences et technologie à DePaul porte son nom[8].

Publications

modifier

Références

modifier
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jeanne LaDuke » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b Sara Manifold, « Movie star native will return to Mount Vernon for showing », Mount Vernon Democrat,‎ (lire en ligne).
  2. a b c et d Catherine Ryan, « Not by the Numbers: On her own unconventional path, Jeanne LaDuke details the early history of women in American mathematics », Oregon Quarterly, University of Oregon,‎ (lire en ligne).
  3. Rebecca Sullivan, Natalie Wood, Palgrave Macmillan, , 160 p. (ISBN 978-1-84457-670-8, lire en ligne), p. 23.
  4. Suzanne Finstad, Natasha : The Biography of Natalie Wood, Crown/Archetype, , 544 p. (ISBN 978-0-307-42866-0, lire en ligne), p. 75.
  5. (en) « Jeanne LaDuke », sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  6. « Mathematical Sciences Faculty & Staff », DePaul University College of Science and Health (consulté le ).
  7. Recensions de Pioneering Women in American Mathematics :
  8. Julian Hayda, « Field Museum Chief Curiosity Correspondent Emily Graslie discusses women in STEM at DePaul », The DePaula,‎ (lire en ligne).

Liens externes

modifier