Ouvrir le menu principal

Jean Magnan

acteur, metteur en scène de théâtre, dramaturge
Jean Magnan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Jean Magnan est un dramaturge français né à Alger le et mort à Paris le , assassiné dans son appartement.

Sommaire

BiographieModifier

Jean Magnan a vécu à Alger jusqu'à ses vingt ans. En 1959, il s'inscrit à Paris à l'Institut d'études politiques de Paris, Sciences-Po, et suit parallèlement les cours d'art dramatique au Cours Simon puis au Conservatoire. Reçu en 1962, il en sort en 1965. Il travaille alors au Théâtre de l'Est parisien, TEP, puis avec Robert Gironès à Lyon, au Théâtre du VIIIe, où ce dernier succède à Marcel Maréchal.

Jean Magnan commence à écrire une trilogie sur la guerre d'Algérie. Il n'aura pas eu le temps d'aller plus loin que la première partie Algérie 54-62 : le 23 avril 1983, il est trouvé dans son appartement, assassiné et bâillonné[1].

ThéâtreModifier

  • Et pourtant ce silence ne pouvait être vide, éditions La Digitale, Quimperlé, 1979. Rééd. aux Éditions théâtrales, 2003. Pièce inspirée, comme Les Bonnes de Jean Genet (1947) et Les Abysses de Jean Vauthier (1963), de l'histoire des sœurs Papin. Jouée au Festival d'Avignon en 1978, puis à Lyon, au Théâtre de la Reprise, en 1979, et en 2008 au Théâtre national de Strasbourg dans une mise en scène de Michel Cerda.
  • Algérie 54-62, Éditions théâtrales, 2003.
  • Entendu des soupirs, éditions Jean-Claude Lattès, Paris, 1981.
  • La Vie et la Mort de Christopher Marlowe, dramaturge élisabéthain, qui sera intitulé : L’Homme défait (1980-1983), inédit.
  • Nobody is perfect (1981), inédit.
  • Un peu de temps à l’état pur, Philippe Macasdar éditeur, Genève, 1987.

TélévisionModifier

ActeurModifier

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

Lien externeModifier