Jean Lazaropoulos

Jean Lazaropoulos (vers 1310[1] - 1369) était le métropolite de Trébizonde (sous le nom de Joseph) de 1364 à novembre 1367 et un écrivain religieux.

John Lazaropoulos
Biographie
Naissance
Décès
Activité

BiographieModifier

La première mention de Jean Lazaropoulos est un banquet au monastère Saint Eugène à Trébizonde auquel il a assisté, pour célébrer la Transfiguration du Christ (6 août); parmi les invités se trouvait le protovestiaire Constantine Loukites, que Lazaropoulos décrit comme «un grand homme en paroles et en actes». [2] Il date ce banquet à la fin de "mon troisième âge", et fait allusion au fait que ses deux parents étaient vivants, ce qui conduit Jan Olof Rosenqvist à conclure que Lazaropoulos avait environ 21 ans. [3]

Il fut plus tard fait sacristain ( skeuophylax ), marié et eut deux fils en 1340. Peu de temps après la mort de l'empereur de Trébizonde, Basile, la même année, Lazaropoulos quitta Trébizonde lorsque la femme de Basile, Irène et ses deux fils, furent envoyés en exil à Constantinople . [4] Lazaropoulos était accompagné de son fils Constantin à Constantinople, où il organisa son éducation. À Constantinople, son autre fils Théophane mourut et sa femme les rejoignit dans la ville. [5]

Lorsque l'empereur byzantin Jean VI Kantakouzenos apprit en 1349 que l'empereur de Trébizonde Michel était à la fois impopulaire et (selon les mots de Lazaropoulos) "brutal et frivole aussi bien que vieux et sans enfant", Jean IV décida d'intervenir dans la politique de Trébizonde en envoyant le jeune Jean Comnène (qui sera couronné sous le nom d'Alexis III ) à Trebizond pour remplacer Michel. L'empereur byzantin demanda à John Lazaropoulos d'escorter le garçon et son entourage à Trébizonde. [6] Ils devaient partir à la fin de l'année, alors que le temps sur la mer Noire était connu pour être perfide, et Lazaropoulos hésita à naviguer jusqu'à ce que Saint Eugène lui apparaisse dans un rêve et assure à Lazaropoulos qu'il aurait un bon voyage. [7] Le groupe est arrivé à Trébizonde le 22 décembre. [8]

Le 27 octobre 1363, Niphon, le métropolite de Trébizonde, fut arrêté pour sa complicité dans un attentat contre la vie de l'empereur Alexis peu de temps auparavant, et fut exilé au monastère de Sumela . [9] Lorsque Niphon mourut le 18 mars de l'année suivante, Jean fut nommé son successeur et se rendit à Constantinople pour la consécration par le patriarche Philothée peu de temps après l'intronisation de Philothée le 8 octobre. Jean était de retour à Trébizonde le dimanche de Pâques, le 13 avril 1365.

Selon Michel Panaretos, Jean démissionna de ses fonctions le 15 novembre 1367, se retirant au monastère de Panagia Eleousa, près du port de Daphnous, à côté de Leonkastron (près de Trébizonde) ; il fut remplacé par un moine du mont Athos, Théodose de Thessalonique. L'année suivante, le 19 juillet, il s'enfuit à Constantinople en raison de raids pirates effectués sur l'Araniotai, qui comprend l'île d'Ares (l'île moderne de Giresun).[10]. William Miller considère que ces raids maritimes sont les actes des Turcs ottomans, les futurs conquérants de Trébizonde, bien qu'Anthony Bryer pense que ce raid "à cette date est plus susceptible de représenter des corsaires sinopitains ou turkmènes locaux". [11]

ŒuvresModifier

Lazaropoulos a écrit deux pièces sur saint Eugenios de Trébizonde : un Logos qui couvre la vie et la mort du saint; et un Synopsis contenant 33 miracles du saint, dont deux qui impliquaient Lazaropoulos, mais plus particulièrement la participation rapportée du saint au siège de 1224 de Trébizonde . Tous deux ont été édités par A. Papadopoulos-Kerameus, dans ses Fontes Historiae Imperii Trapezuntini, vol. 1. (Plus de volumes publiés. ) Ils ont été traduits avec un texte grec en vis-à-vis dans Jan Olof Rosenqvist, The Hagiographic Dossier of St Eugenios of Trebizond in Codex Athous Dionysiou 154 (Uppsala 1996)).

RéférencesModifier

  1. Jan Olof Rosenqvist's date. Rosenqvist, The Hagiographic Dossier of St. Eugenios of Trebizond in Codex Athous Dionysiou 154 (Uppsala: Acta Universitatis, 1996), p. 30
  2. Lazaropoulos, Synopsis, ll. 1626-1629; translated in Rosenqvist, Hagiographic Dossier, p. 337
  3. Rosenqvist, Hagiographic Dossier, pp. 457, commentary on line 1610.
  4. Lazaropoulos, Synopsis, ll. 1664-1672; translated in Rosenqvist, Hagiographic Dossier, p. 339
  5. Lazaropoulos, Synopsis, ll. 1673-1664; translated in Rosenqvist, Hagiographic Dossier, p. 339
  6. Lazaropoulos, Synopsis, ll. 1690f; translated in Rosenqvist, Hagiographic Dossier, p. 341
  7. Lazaropoulos, Synopsis, ll. 1699ff; translated in Rosenqvist, Hagiographic Dossier, p. 341
  8. Panaretos, Chronicle, 15. Greek text in Original-Fragmente, Chroniken, Inschiften und anderes Materiale zur Geschichte des Kaiserthums Trapezunt, part 2; in Abhandlungen der historischen Classe der königlich bayerischen Akademie 4 (1844), abth. 1, p. 23; German translation, p. 52
  9. Panaretos, Chronicle, 34. Greek text in Original-Fragmente, p. 34; German translation, p. 59
  10. Panaretos, Chronicle, 40. Greek text in Original-Fragmente, p. 31; German translation, pp. 61f, English translation in Anthony Bryer, "Greeks and Türkmens: The Pontic Exception", Dumbarton Oaks Papers, 29 (1975), p. 146
  11. Bryer, "Greeks and Türkmens", p. 146 n. 127

Liens externesModifier