Ouvrir le menu principal

Jean François Alexandre Boudet de Puymaigre

Jean François Alexandre Boudet de Puymaigre
Fonction
Préfet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
InglangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Distinction
Archives conservées par
Archives nationales (F/1bI/170/26)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean François Alexandre Boudet de Puymaigre, né le 5 octobre 1778 à Metz[1] et mort le 19 mai 1843 à Inglange (Moselle), est un haut fonctionnaire français, préfet du Haut-Rhin, de l'Oise et de Saône-et-Loire sous la Restauration[2].

BiographieModifier

FamilleModifier

Il est le fils du Maréchal de camp thionvillois François Gabriel Boudet de Puymaigre et de Thérèse de Muzac. Le 3 mai 1809, Jean François Alexandre Boudet de Puymaigre épouse à Metz Anne Marguerite Henriette de Gargan[1].

CarrièreModifier

Lorsque la Révolution française éclate, il émigre avec ses parents, puis rentre en France en 1802[2]. À son retour à Metz, pauvre proscrit, il est mis sous surveillance, mais traité avec beaucoup de bienveillance et d'égards par le préfet de la Moselle Jean-Victor Colchen

Entré dans l'administration des finances à Metz, il est nommé contrôleur principal des droits réunis à Briey en 1804, puis à Spire, et est nommé inspecteur d'arrondissement dans le département des Bouches-de-l'Elbe à Hambourg en 1811.

À la chute de l'empereur, il rentre en Moselle en 1814, et sert comme capitaine des grenadiers royaux à Metz. Mais peu après, pendant les Cent-Jours, il est mis sous surveillance à Nancy, sous le contrôle du préfet de la Meurthe Louis Bouvier-Dumolart.

Sous la Restauration, il est nommé inspecteur des contributions indirectes à Nantes, puis directeur des finances à Niort, puis à Metz. En juillet 1820, il devient préfet du Haut-Rhin[2].

De 1824 à 1828, il est préfet de l'Oise. En récompense de ses services, il est nommé gentilhomme honoraire de la chambre du roi et promu officier de la légion d'honneur le 19 mai 1825[3].

Le 3 mars 1828, il devient préfet de Saône-et-Loire. S'étant présenté en vain aux élections de juin 1830 à Metz, il se retire définitivement sur ses terres d'Inglange[2].

Le 19 mai 1843, à l'âge de 64 ans, le comte de Puymaigre meurt à Inglange, où il est inhumé[1]. Il est le père de l'écrivain Théodore-Joseph Boudet de Puymaigre.

Il a laissé un cahier de souvenirs, édité par son fils : « Souvenirs sur l'émigration Boudet, l'empire et la restauration publiés par le fils de l'auteur »[4]

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Fiche sur geneaNet.
  2. a b c et d Émile Auguste Nicolas Jules Bégin: Biographie de la Moselle: Histoire par ordre alphabétique de toutes les personnes nées dans ce département, Volume 3, Veronnais, Metz, 1831 (pp. 526-528).
  3. Cote Léonore LH/308/72.
  4. Alexandre Boudet de Puymaigre, « Souvenirs sur l'émigration Boudet, l'empire et la restauration publiés par le fils de l'auteur » [lire en ligne]

BibliographieModifier

  • Émile Auguste Nicolas Jules Bégin: Biographie de la Moselle: Histoire par ordre alphabétique de toutes les personnes nées dans ce département, Volume 3, Veronnais, Metz, 1831
  • Maurice A. Oster, « Alexandre Boudet de Puymaigre », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 4, p. 313