Jean-Louis de Nassau-Hadamar

prince allemand

Jean-Louis de Nassau-Hadamar (Dillenburg, Hadamar, )

Jean-Louis de Nassau-Hadamar
Image dans Infobox.
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
HadamarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Johann Ludwig von Nassau-HadamarVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Der ErklärendeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Marie-Amélie de Nassau-Dillenbourg
Julienne de Nassau-Dillenbourg (d)
Louis Gunther de Nassau
Jeanne-Elisabeth de Nassau (d)
Madeleine de Nassau-Dillenbourg (d)
Anne-Amélie de Nassau-Dillenbourg (d)
Elisabeth de Nassau-Dillenbourg (d)
Jean VII de Nassau-Siegen
Guillaume-Louis de Nassau-Dillenbourg
Marie de Nassau-Dillenbourg
Ernest-Casimir de Nassau-Dietz
Philippe de Nassau
Georges V de Nassau-Dillenbourg
Anne de Nassau-Dillenbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Ursula de Lippe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Religions
Calvinisme (jusqu'en ), catholicisme (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de

Il est le fils de Jean VI de Nassau-Dillenbourg et de sa troisième femme Jeannette de Sayn-Wittgenstein.

Lorsque son père meurt en 1606, Nassau est divisé entre ses cinq fils. Guillaume-Louis de Nassau-Dillenbourg reçoit Nassau-Dillenbourg, Jean VII de Nassau-Siegen reçoit de Nassau-Siegen, George reçoit de Nassau-Beilstein, Ernest Casimir reçoit Nassau-Dietz et Jean-Louis reçoit de Nassau-Hadamar.

Mariage et enfantsModifier

Il se marie en 1617 avec Ursule de Lippe, fille de Simon VI de Lippe. Ils ont 14 enfants, dont 7 survivent à la petite enfance :

CarrièreModifier

Quand Jean Louis a 28 ans, la Guerre de Trente Ans éclate. Il essaye en vain de garder Nassau-Hadamar hors de la guerre. Ses terres ont souffert du passage de toutes sortes de troupes, qui ont pillé et réquisitionnés. Très endetté, Jean-Louis est forcé de vendre Esterau à Peter Melander en 1643.

Jean-Louis est élevé comme calviniste, et il est envoyé en 1629 par ses frères en tant que diplomate à Vienne pour négocier une trêve avec l'Empereur Ferdinand II. Jean-Louis est alors converti au catholicisme sous l'influence de Guillaume Lamormaini. Il est très apprécié par l'empereur pour ses talents diplomatiques. En 1638, il mène avec succès les négociations de paix à Cologne et Münster. En 1645, il est ajouté à la délégation impériale sous la direction de Maximilian de Trauttmansdorff, qui négocie la paix de Westphalie. En 1647, il remplace Trauttmansdorff, en tant que chef de la délégation impériale, et c'est lui qui finalise le traité.

Pour cela, il reçoit l'Ordre de la Toison d'or du roi Philippe IV d'Espagne.

Liens externesModifier