Ouvrir le menu principal
Jean-Louis Wagnière
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Jean-Louis Wagnière, né le à Rueyres dans le canton de Vaud et mort le à Ferney-Voltaire, fut le premier et principal secrétaire de Voltaire entre 1756 et 1778.

Sommaire

Engagement comme secrétaireModifier

Wagnière entra au service de Voltaire en tant que valet de chambre au début de 1755, peu après son implantation dans la région lémanique à Prangins, et il l’accompagna aux Délices à côté de Genève puis à Ferney (aujourd’hui Ferney-Voltaire).

La chance lui sourit lorsque Voltaire renvoya brutalement en 1756 son secrétaire Cosimo Alessandro Collini en raison d’un scandale lié à des amours ancillaires. Le , Voltaire pria un ami vaudois de lui trouver « un domestique intelligent et qui même sût un peu écrire » mais il réalisa bien vite le parti qu’il pouvait tirer de ce jeune valet de chambre, intelligent et zélé. Il le forma à la profession de secrétaire en lui donnant au besoin des leçons de latin.

Le fidèle WagnièreModifier

Wagnière incarne une heureuse exception dans l’histoire tourmentée des relations de Voltaire avec ses secrétaires : il fut, de loin, le plus constant de ses assistants littéraires et le seul à n’être jamais congédié. Sa discrétion, son immense capacité de travail, la perfection de sa main toujours lumineuse et aisée à lire ainsi que sa scrupuleuse honnêteté sont autant de raisons qui expliquent son exceptionnelle longévité. Il servit loyalement pendant près de vingt-quatre ans le maître incontesté de la « République des lettres ». Aussi Voltaire le surnommait-il le « fidèle Wagnière ».

Ses fonctions à Ferney dépassaient les attributions ordinaires d’un secrétaire. Il était tout à la fois bibliothécaire et documentaliste, comptable du domaine de Ferney, administrateur du château, chef du personnel et intermédiaire des innombrables visiteurs qui souhaitaient approcher le maître des lieux. Il fut le principal copiste de son « patron » : la plupart des manuscrits voltairiens des vingt dernières années sont de sa main. On a pu estimer que dans les années 1770, Voltaire lui dictait plus de 90 % de ses lettres.

La bibliothèque de VoltaireModifier

Après la mort de Voltaire le , l’impératrice Catherine II de Russie chargea Wagnière d’installer à Saint-Pétersbourg, au palais de l’Ermitage, la bibliothèque de Voltaire qu’elle avait acquise auprès de ses héritiers. Il n’avait pas été choisi en vain : « j’aurai de vous le besoin le plus essentiel, parce que vous seul avez connu à fond la bibliothèque de M. de Voltaire », lui fit savoir l’agent de la tsarine, Melchior Grimm, le . Selon la légende, Wagnière aurait installé à Saint-Pétersbourg les livres de son maître en respectant scrupuleusement l’ordre de Ferney. Il établit à cette occasion deux inventaires restés longtemps inédits, l’un des manuscrits conservés dans cette bibliothèque et l’autre des ouvrages marginés par Voltaire.

 L'héritage du maîtreModifier

Après son retour de Russie, Wagnière s’attacha à défendre la mémoire et l’héritage de son « maître » en rédigeant quatre relations biographiques composées entre 1780 et 1787 : la Relation du dernier voyage de Voltaire (1780-1781), les Additions au Commentaire historique (1781), l’Examen de Bachaumont (1783), et l’Examen des Mémoires pour servir à l’histoire de M. de Voltaire (1787). Ayant circulé à la fin du XVIIIe siècle sous forme manuscrite, ces pièces furent éditées en 1826 par deux des plus grands éditeurs de Voltaire, Beuchot et Decroix. Elles passent pour « être une des sources les plus sûres de la biographie de Voltaire[1] », reconnaît la communauté scientifique après les contemporains de Wagnière qui voyaient en lui « le seul dictionnaire vivant de tout ce qui tient aux 24 dernières années de l’homme le plus célèbre de notre temps[2] ». On exploitera cependant ces relations avec précaution tant qu’une édition critique n’en aura pas été donnée : Beuchot, et surtout Decroix, ne les ont pas éditées sans les réécrire[3].

Ses tentatives répétées de communiquer à Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais divers textes et variantes voltairiens échouèrent : ces documents ne furent pas intégrés à l’édition de Kehl, la première édition posthume des Œuvres complètes de Voltaire. Élu le à la tête de la mairie de Ferney-Voltaire, Wagnière devint le quatrième maire du village de Voltaire. Parmi ses descendants figure notamment le diplomate Georges Wagnière, qui joua un rôle important dans la définition de la politique extérieure de la Suisse de l’entre-deux-guerres.

Notes et référencesModifier

  1. René Pomeau éd., Voltaire en son temps, 2 vol., Paris, Fayard, et Oxford, Voltaire Foundation, 1995, t. 1, p. 781
  2. François Tronchin à Friedrich Melchior Grimm, 29 septembre 1778, C. Paillard, Jean-Louis Wagnière, secrétaire de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2008, p. 112
  3. Christophe Paillard, « Du nouveau sur la mort, digne ou indigne, de Voltaire. Jean-Louis Wagnière et la biographie voltairienne », La Gazette des Délices, 16, 2007 : www.ville-ge.ch/bge/imv/gazette/16/a_propos.html)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Bonnefon, Paul, « Quelques renseignements nouveaux sur J.-L. Wagnière », Revue d’histoire littéraire de la France, 1897, p. 74-88
  • Bonnefon, Paul, « Une correspondance inédite de Grimm avec Wagnière’, Revue d’histoire littéraire de la France, 1896, p. 481-535
  • Longchamp, Sébastien-G., et Wagnière, Jean-Louis, Mémoires sur Voltaire et sur ses ouvrages, 2 vol., Paris, Aimé André, 1826
  • Jean-Louis Wagnière ou les deux morts de Voltaire : correspondance inédite, éd. Christophe Paillard, préface de Michel Delon, Saint-Malo, Éditions Cristel, 2005 (ISBN 2-84421-037-6)
  • Magnan, André, notice « Wagnière, Jean-Louis » dans Jean Goulemot, André Magnan et Didier Masseau (dir.), Inventaire Voltaire, Paris, Gallimard, 1995 (coll. "Quarto") (ISBN 2-07-073757-8)
  • Mervaud, Christiane, et Christophe Paillard, « Le supplice de Tantale : Decroix et l’inventaire des ouvrages marginés de Voltaire par Wagnière », Studies on Voltaire and the eighteenth century, 2006:06, Oxford, Voltaire Foundation, 2006 (ISBN 0-7294-0880-9)
  • Paillard, Christophe, « De la bibliothèque patriarcale à la bibliothèque impériale – Grimm, Wagnière, Mme Denis et l’acquisition de la bibliothèque de Voltaire par Catherine II », La Gazette des Délices, 14, juin 2007 : www.ville-ge.ch/bge/imv/gazette/14/a_propos.html
  • Paillard, Christophe, « Du copiste au secrétaire : Jean-Louis Wagnière, éditeur de Voltaire? », Cahiers Voltaire, 4, 2005, p.124-37
  • Paillard, Christophe, « Du nouveau sur la mort, digne ou indigne, de Voltaire. Jean-Louis Wagnière et la biographie voltairienne », La Gazette des Délices, 16, 2007 : www.ville-ge.ch/bge/imv/gazette/16/a_propos.html
  • Paillard, Christophe, Jean-Louis Wagnière, secrétaire de Voltaire. Lettres et documents, Studies on Voltaire and the eighteenth century, 2008:12. Oxford, Voltaire Foundation, 2008 (ISBN 978-0-7294-0951-3)
  • Paillard, Christophe, « Un ‘‘dictionnaire vivant’’ : Jean-Louis Wagnière, témoin des pratiques de lecture et d’écriture de Voltaire », Voltaire et le livre, éd. F. Bessire et F. Tilkin, Ferney-Voltaire, CIEDS, 2009, p. 243-256 (ISBN 978-2-84559-057-1)
  • Spica, Jean, notice Wagnière, Jean-Louis dans Raymond Trousson, Jeroom Vercruysse (dir.), Dictionnaire général de Voltaire, Paris, Champion, 2003 (ISBN 2-7453-0765-7)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier