Ouvrir le menu principal

Jean-Claude Villain

écrivain français
Jean-Claude Villain
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Claude Villain en 2012.
Naissance
Mâcon
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Poésie, essais, théâtre, nouvelles, chroniques, critique

Jean-Claude Villain est un écrivain français né le à Mâcon[1].

BiographieModifier

Né en Bourgogne en 1947, il vit au bord de la Méditerranée depuis 1975. Il a enseigné la philosophie pendant 35 ans. Il partage sa vie entre le sud de la France et la Tunisie. Il poursuit une œuvre littéraire variée, principalement tournée vers la Méditerranée dont il épouse aussi bien les mythes et le chant que le tragique, et qu’il parcourt par l’écriture, les voyages, les amitiés et les traductions.

L'œuvreModifier

Il est l'auteur d'une vingtaine de livres de poésie (dont Parole exil, Le Tombeau des Rois, Leur Dit, Thalassa pour un retour), tous accompagnés de la contribution d'un plasticien, ainsi que de pièces de théâtre, d'études sur des poètes contemporains, d'essais, de chroniques, de nouvelles, de versions françaises de poètes étrangers, et de nombreux livres d’artistes.

Il a longtemps poursuivi une activité de critique littéraire pour de nombreuses revues, tant françaises qu’étrangères. Il participe à des festivals et des colloques dans différents pays et donne des lectures publiques ainsi que des récitals, parfois accompagné de musiciens. Il est traduit et publié en plusieurs langues.

Ses plus récents ouvrages parus sont : Lettres du monde, 2018 (Editions Petra, Paris), Ithaques (Éditions Le Cormier, Bruxelles).

Trois essais ont paru sur son œuvre : Chantal Danjou, Jean-Claude Villain, damier de parole et silence (Éditions L’Harmattan, 2001), Constance Dima, Les formes de l’amour dans l’œuvre de Jean-Claude Villain (Éditions Kornilia Sfakianaki, Université de Thessalonique, 2006), Sylvie Besson : Les traces de l'exil poétique dans l'œuvre de Jean-Claude Villain, Le Nouveau Recueil Ed., Paris . Un dossier lui a été consacré par la revue Encres Vives en 2003 et une vidéo par Itiné’art.

PublicationsModifier

Poésie Lettres du monde, 2018, Petra, L'ombre, l'effroi, 2016, Encres vives, Ithaques, 2011, Le Cormier. Vrille ce vertige, 2008, Propos 2. Fragments du fleuve asséché, 2007, L’Arbre à paroles. Retour au sud, 2003, Tipaza. Dix stèles et une brisées en un jardin, 1998, Tipaza. Thalassa pour un retour, 1997, L'Harmattan. Eté, froide saison, 1996, L'Harmattan. Sept chants de relevailles, 1994, Encres Vives. (2° éd. 2001). Orbes, 1993, L'Harmattan. Et lui grand fauve aimant que l'été traverse, 1993, Unimuse. Leur Dit, 1992, L'Harmattan. Le Tombeau des Rois, suivi de Roi, guerrier et mendiant, 1991, L'Harmattan. Parole, exil, précédé de Confins, 1990, L'Harmattan. Le schiste des songes, (Lieux II), 1989, Telo Martius. Le Pays d'où je viens s'appelle amour, 1988, Des Aires. Face à la mer, suivi de Brève Béance, 1987, H.C. Du côté des terres, 1985, Le Temps parallèle. Le soleil au plus près, 1984, H.C. Du gel sur les mains, 1979, H.C. Paroles pour un silence prochain, 1977, Plein Chant . Terres étreintes, 1977, L'Arbre. Au creux de l'oreille, 1974, St Germain des Prés.

Prose Le monde est beau et nous avons des yeux pour voir, 2005 (3° éd. en 2010), Encres vives. Yeux ouverts dans le noir, récit poétique, 2003, L’Harmattan. Aïssawiya, nouvelles, 2003, L'Harmattan. L’heure de Pan, petites proses, 2002, L’Harmattan. Le marchand d'épices, contes poétiques, 2001, Encres Vives. Labrys, théâtre, 2001, L'Harmattan. Écrire au sud, chroniques, 2000, Encres Vives. Pour Refuge B, théâtre, 2000, Les Cahiers de L'Egaré. Essais de compréhension mythologique, 1999, L'Harmattan. Jean-Max Tixier à l'arête des mots, essai, 1995, L'Harmattan. Matinales de pluie, lettres, 1995, L'Harmattan.

En langues étrangères Et lui grand fauve aimant que l'été traverse, en grec par Nicolas Iordanidis, 2011, Ed. Lagoudera, Athènes. Essais de compréhension mythologique, en grec par Constance Dima, 2005, Ed. Anémodeiktis, Athènes. Et lui grand fauve aimant que l'été traverse, en bulgare par Aksinia Maikholova, 2003, Ed. Aquarium Méditerranéen. Semelles de vent, titre réunissant Le Marchand d’épices et Sept chants de relevailles, en arabe par Imane Riha, 2003, Ed. Anep, Alger.

Nombreux livres d'artistes en collaboration avec des plasticiens contemporains

Sources, bibliographieModifier

  • Chantal Danjou : "Jean-Claude Villain, damier de parole et silence", essai suivi d'entretiens. L'Harmattan, Paris.
  • Constance Dima : "Les formes de l’amour dans l’œuvre de Jean-Claude Villain, Éditions Kornilia Sfakianaki, Université de Thessalonique, 2006.
  • Dossier "Spécial Jean-Claude Villain", Editions Encres vives, 2003. (nombreux auteurs)
  • Sylvie Besson : "Les traces de l'exil poétique dans l'œuvre de Jean-Claude Villain", Le Nouveau Recueil Ed., Paris.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier