Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coquet.
Jean-Claude Coquet

Linguiste et sémioticien françaisXXe siècle - XXIe siècle

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (91 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Thématique
Formation Agrégation de grammaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Linguiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université de PoitiersVoir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales Sémiotique littéraire. Contribution à l'analyse sémantique du discours, 1973
Phusis et Logos. Une phénoménologie du langage, 2007
Auteurs associés
Influencé par

Maurice Merleau-Ponty
Émile Benveniste

Algirdas Julien Greimas

Jean-Claude Coquet, né le [1], est un linguiste et sémioticien français de renommée internationale, spécialisé dans la sémantique littéraire et l'analyse du discours. Agrégé de grammaire, il a élaboré une méthode d'analyse du langage dans la lignée des travaux de Maurice Merleau-Ponty, Émile Benveniste et Algirdas Julien Greimas. Sa carrière d'enseignant s'est déroulée pour l'essentiel à l'Université Paris-VIII - Vincennes Saint-Denis, dont il est aujourd'hui professeur émérite.

Sommaire

Œuvres récentesModifier

Il est surtout connu pour Sémiotique littéraire. Contribution à l'analyse sémantique du discours, Jean-Pierre Delarge et Mame, 1973.

I. BiographieModifier

Après avoir passé l’agrégation de grammaire en 1957, il dirige la Maison de France à Upsal ; en 1964, il est nommé assistant, puis devient maître-assistant à  l’Université de Poitiers (où le professeur de linguistique française était depuis 1962 Algirdas Julien Greimas). En 1969 il est recruté comme maître-assistant au département de littérature française du Centre universitaire expérimental de Vincennes, devenu l’Université Paris 8, puis l’Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis, où il poursuivra toute sa carrière, y devenant professeur des Universités en 1983 et professeur émérite en 1996. Cette même année 1969, il est choisi comme secrétaire du Cercle de Sémiotique de Paris, fondé le 9 novembre, dont Emile Benveniste est le président.

Jean-Claude Coquet, qui a suivi les cours de ce dernier au Collège de France à partir de 1965, n’a cessé de témoigner de ce patronage et de cette influence, depuis Le lexique d'Emile Benveniste rédigé en compagnie de Marc Derycke, qui parut en 1971 dans les célèbres Documents de travail et prépublications du Centre de Sémiotique de l'Université d'Urbino, jusqu’à la direction (avec Öztürk Kasar S.), en 2003, de Discours, Sémiotique et Traduction, sous-titré hommage à Emile Benveniste (1902-1976) à l'occasion du centenaire de sa naissance (Söylem, Göstergebilim ve Çeviri, Istanbul) ou encore à l’édition d’Émile Benveniste, Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969, édition établie par Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio (Paris, Ehess, Gallimard/Seuil, 2012) ; ajoutons, récemment paru, l’ouvrage signé  Irène Fenoglio, Jean-Claude Coquet, Julia Kristeva, Charles Malamoud, Pascal Quignard, Autour d’Emile Benveniste (« Fiction & Cie », Seuil, 2016).  

En 1982, Jean-Claude Coquet publie chez Hachette Sémiotique : L'école de Paris, ouvrage qui « baptise » le rassemblement des diverses initiatives, des diverses recherches théoriques et pratiques nées dans le sillage d’Algirdas Julien Greimas. De ce dernier il salue précisément l’article le plus important pour comprendre la naissance de la sémiotique standard[2], l’article « point de départ » paru dans la revue Le français moderne en 1956 (n°24, p. 191-203), et intitulé « L’actualité du saussurisme ». Le livre de 1982 veut en même temps, ne serait-ce que par son titre, signifier qu’il y a plusieurs voies ouvertes, à exploiter, au sein ou en marge ou en prolongement ou encore en dépassement de cette sémiotique. Ainsi Jean-Claude Coquet a-t-il lui-même travaillé dès 1973 sur la question du Sujet puis des modalités de ce Sujet, travail qui devait l’amener à approfondir la réflexion sur ce que, par principe méthodologique, la sémiotique standard excluait[3].

II. Pratique et théorie du sensModifier

Cinq grandes phases, étapes plus ordonnées logiquement que chronologiquement repérées, peuvent être cernées dans les travaux de recherche dus à Jean-Claude Coquet. La sémiotique de celui-ci est tour à tour (ou parfois simultanément) présentée et nommée comme une grammaire (ou sémiotique) modale, une sémiotique subjectale, une sémiotique du continu, une sémiotique des instances et enfin une phénoménologie du langage.    

1. Grammaire modaleModifier

Ce sous-titre du deuxième ouvrage personnel de Jean-Claude Coquet, issu de sa thèse d’Etat, est éloquemment descriptif de son type d’approche. Les modalités au sens sémiotique restreint (pouvoir, vouloir, savoir, devoir, parfois nommées « surmodélisation de la compétence ») étaient désignées dès le début de la sémiotique standard, quoique travaillées alors de façon encore embryonnaire[4] : leur étude sera poursuivie et approfondie par elle non sans une certaine efficience[5]. Mais très tôt, en fait dès sa Sémiotique littéraire de 1973, Jean-Claude Coquet procède à une réévaluation de ces modalités : au lieu de les penser en rapport avec la structure énoncée à travers classifications et catégories, il se donne pour « objectif de dégager ce qui dans les modalités aide à cerner l’identité d’un sujet »[6].

2. Sémiotique subjectaleModifier

Fondée sur la confrontation avec la sémiotique standard (nommée de ce fait, par réaction et opposition, « sémiotique objectale »[7]), cette qualification de « subjectale » entend mettre au premier plan le support principal de ces modalités : le Sujet. Celui-ci ne se limite plus au Sujet de Quête, tout entier consacré au désir, à la conquête, de façon générale à la visée de l’Objet (avec en pratique la seule variante de l’anti-Sujet, dans la sémiotique standard), mais s’enrichit de toutes sortes de possibilités, généralement compatibles avec ce que cette sémiotique standard nomme les programmes narratifs. La principale conquête de cette étape est l’approfondissement de la notion de non-Sujet (lequel est dépourvu du « méta-vouloir » caractéristique de l’être Sujet, qui « se reconnaît engagé par les actes qu’il accomplit »[8], qui s’assume, en somme). Une telle notion permet de penser (outre celle du Sujet, multiple et également travaillée) deux définitions de l’identité à partir des modalités. Pour la compétence (vouloir-pouvoir-savoir) d’une action (ou d’un type d’action) unique, on parlera de non-Sujet fonctionnel (anciennement « forme-sujet »); pour l’absence, la négation de toute détermination, notamment modale, autre que la prédication primaire (« est ego qui dit ego »), on parlera alors de non-Sujet dérisoire, indéfinissable ou, par métaphore, de « marionnette ».

3. Sémiotique du continuModifier

Pour autant que le parcours du Sujet ainsi conçu est aussi celui de la poursuite, du maintien, voire de l’acquisition, de la perte et de la redéfinition de son identité, cette vision débouche sur une démarche continuité[9] : le principal concept mis en avant y est celui de « distance », singulièrement celui de la « bonne distance », dont les implications au moins méthodologiques sont immenses, qu’il s’agisse de l’affinement des étapes de la jonction entre les éléments (du jeu disjonction-conjonction de la sémiotique standard à l’échelle graduée par la reconnaissance, la comparaison, l’adaptation, l’ajustement, la coopération, voire les divers modes de fusion), ou de l’interaction, au sein d’un dialogue intradisciplinaire, avec la morphosémiotique de Jean Petitot. Les jeux complexes de la distance par rapport à l’énonciation et par rapport à l’énoncé amènent à poser la notion d’instance, plus large et plus souple que celle d’actant, qui néanmoins subsiste.

4. Sémiotique des instancesModifier

De ce fait, aboutissement d’une démarche spécifiquement sémiotique – rationnelle, argumentative, et surtout structurale, telle que la fonde, dans sa version médicale, dès le Ve siècle av. J.-C., le Du pronostic hippocratique (« pour identifier un symptôme [sèméion], il faut scruter aussi les autres »)–, la sémiotique des instances dépasse l’étude du système signe-énoncé-dit, pour s’engager dans la considération de la dynamique de ces instances qui s’exercent dans le dire, laissent une trace, dont celles d’une énonciation : mettant donc en avant l’énonciation qui prime l’énoncé, à l’inverse du choix perspectif de la sémiotique standard, elle débouche sur une...

5. Phénoménologie du langageModifier

« dont le propos est de suivre la démarche de l’instance énonçante au moment où elle fait l’expérience sensible du monde ». C’est ainsi que ce qui intéresse alors le sémioticien est le point de jonction entre la phusis, expérience du corps, et le logos, intellection de cette expérience : Jean-Claude Coquet reste fidèle en cela à l’insistance de Benveniste sur le « caractère double du langage », qui se développerait « à la jonction de la nature et de la culture »[10].

III. Influence internationaleModifier

Outre en France et en Europe, la « variante Coquet » de la sémiotique « européenne » a joué un rôle important dans celle des autres continents : pour l’Amérique, l’Argentine et le Brésil (voir ci-dessous), pour l’Afrique le Maroc et l’Algérie (voir ci-dessous), pour l’Asie la Chine (voir ci-dessous) et la Corée.

AlgérieModifier

Aini Beitouche, Pour une analyse sémiotique subjectale du sujet d'énonciation dans l'œuvre d'Assia Djebar: être(s) en devenir, Omniscriptum, Presses académiques francophones, 2012.

AllemagneModifier

Jean-Claude Coquet, "Für eine Semiotik des Subjekts", in Identität und Kulturtransfer, Böhlau Verlag, 1993, pp. 133-147.

BrésilModifier

Nícia Ribas D’Ávila (dir.), Semiótica sincrética aplicada. Novas tendências, « Comunicação e Mîdia », Arte & Ciencia, São Paulo, 2007.

Semiótica verbal e sincrética. Verbo-visual e verbo-musical. Teorias e aplicabilidade, Canal 6 editora, Bauru (São Paulo), 2014.

Traduction de La Quête du sens :

Jean-Claude Coquet, A busca do sentido: a linguagem em questão. Tradução de Dilson Ferreira Cruz. São Paulo: WMF Martins Fontes, 2013.

ChineModifier

Frédéric Wang / Wang Lun Yue [Travaux en France et en français, présentés en Chine, et en chinois]

« Zhuti fuyixue » 主體符義學 (La sémiotique subjectale), Journal of PLA Foreign Languages University, n° 4, Luoyang, 1993, p. 8-13. Repris in Wang Mingyu 王銘玉 et Song Yao 宋堯, Fuhao yuyan xue 符號語言學 (La sémio-linguistique), Shanghai, Shanghai waiyu jiaoyu chubanshe, 2005, p. 170-179.

EspagneModifier

Jean-Claude Coquet, "Del papel de las instancias", in Semiòtica y psicoanalisis, Ivan Darrault-Harris (ed.), Topicos del Seminario, 11, 2004, pp. 41-52.

ItalieModifier

Traduction de Phusis et Logos. Une Phénoménologie du langage:

Jean-Claude Coquet, Le istanze enunciante. Fenomenologia e semiotica, a cura di Paolo Fabbri, Bruno Mondadori, 2008, 139 p.

Notes et référencesModifier

  1. Coquet, Jean-Claude (1928-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 80320-frfre (consulté le 18 janvier 2018)
  2. On appellera ici « sémiotique standard » la sémiotique de référence, établie dans les années 60-80 par (essentiellement) Algirdas Julien Greimas et ses collègues, acolytes et disciples.
  3. Algirdas Julien Greimas, Sémantique structurale, « Langue et langage », Larousse, 1966, pp. 153-154.    
  4. Algirdas Julien Greimas, ibid., p.180 « une modalité de ‘pouvoir faire’». Surtout p. 209, où les trois processus de « transmission d’un objet symbolique » à l’œuvre dans le « conte populaire russe », tel que l’analyse et le structure Vladimir Propp dans Morphologie du conte (1928, rév. 1969, tr. fr. 1970, « Points », Seuil), sont considérés comme des formulations « sur le plan de la manifestation mythique », des trois premières modalités, « savoir » pour la transmission de l’objet-message, « pouvoir » pour la transmission de l’objet-vigueur, « vouloir » pour transfert de l’objet du désir.    
  5. Ainsi en 1970, Algirdas Julien Greimas, dans Du sens, au Seuil. En 1976, Ivan Darrault dirige le numéro 43 de Langages consacré à « Modalités : logique, linguistique, sémiotique », où significativement l’on trouve entre autres un article d’Algirdas Julien Greimas et un autre de Jean-Claude Coquet.    
  6. Jean-Claude Coquet, « Le discours et son sujet. Développement d’une sémiotique modale », entretien avec Anne Hénault, Le Bulletin (du Groupe Sémio-linguistique, Paris), 2-3, mars 1978.    
  7. On a pu avancer que la première qualification de « objectale » pour désigner la sémiotique greimassienne vient de … Greimas (Du Sens II, 1983, Seuil, p. 13-14). Cependant il semblerait que l’expression « syntaxe “objectale“ » qu’on y trouve vise un propos légèrement différent, moins général. 
  8. Coquet 1984, p. 65.    
  9. Il ne s’agit pas évidemment d’une continuité diachronique comme l’emploi fréquent du mot pourrait le laisser entendre.
  10. Emile Benveniste « La forme et le sens dans le langage », communication au XIIIe Congrès des Sociétés de Philosophie de langue française, à Genève en 1966. Recueilli dans ses Problèmes de linguistique générale, t. II, Gallimard, 1976, pp. 215-238.    

SourcesModifier

Michel Costantini & Ivan Darrault (dir.), Sémiotique, phénoménologie, discours. Du corps présent au sujet énonçant. Hommage à Jean-Claude Coquet, « Sémantiques », L’Harmattan, Paris, 1996.

Michel Costantini « Le syndrome de Kitty Wu, sorte d’état des lieux 2001 en sémiotique continuiste », Degrés n° 105-106, (printemps-été 2001), a1-a33.

Ivan Darrault « Sémiotique subjectale »: http://www.fflch.usp.br/dl/semiotica/cursos/darrault/darrault_semio_subjectale.pdf

Bibliographie essentielle de Jean-Claude CoquetModifier

Sémiotique littéraire. Contribution à l'analyse sémantique du discours, « Univers sémiotiques », Jean-Pierre Delarge et Mame,  Tours, 1973.            Le discours et son sujet I. Essai de grammaire modale, « Semiosis », Klincksieck, 1984.

Le discours et son sujet II.  Pratique de la grammaire modale  , « Semiosis », Klincksieck, 1985.

La Quête du sens. Le Langage en question, « Formes sémiotiques », Presses universitaires de France, 1997.

Phusis et Logos. Une Phénoménologie du langage, « La philosophie hors de soi », Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 2007.