Jean-Baptiste Huet de Coëtlisan

personnalité politique française

Jean-Baptiste Claude Raynault Huet de Coëtlizan est un homme politique, économiste et publiciste français né le à Nantes et décédé le à Savenay (Loire-Atlantique)

BiographieModifier

Issu d'une famille de magistrats, fils de Jean-Baptiste Huet, seigneur de Coëtlizan, conseiller du roi, magistrat criminel du siège présidial de la sénéchaussée et prévôté de Nantes, et de Marie-Françoise Bourgouin, Jean-Baptiste Huet de Coëtlisan fait ses études au collège des Oratoriens de Nantes, puis devient avocat au parlement de Bretagne.

Membre du conseil communal de Nantes en 1792, il est proche des Girondins et se réfugie auprès de l'armée des Pyrénées-Orientales pendant la Terreur. Secrétaire général du département de Loire-Atlantique sous le Directoire. Il refuse d'entrer au Tribunat en 1802. Inquiété en 1806 dans une affaire de faux en écritures, il est emprisonné puis acquitté. Nommé sous-préfet de l'arrondissement de Bazas en 1809, il reste en fonction jusqu'à la Restauration. Il est député de la Gironde en 1815, pendant les Cent-Jours. Emprisonné entre 1816 et 1817, il entre au Journal du Commerce, s'occupant de la partie politique, ce qui lui vaut d'être régulièrement poursuivi par le gouvernement Villèle.

Il est l'auteur d'un traité de l'organisation de la puissance civile dans l'intérêt monarchique, ainsi que de travaux sur l'administration des départements et des municipalités.

Il épouse Geneviève Bertrand, fille de Jacques Bertrand, capitaine de navire, et de Marguerite James. Ils sont les parents de :

  • Mélanie, épouse de Jean Audrain, receveur des contributions indirectes à Savenay, puis de Victor Amédée Julien, officier d'infanterie et maire de Savenay (1860-1870)
  • Jeanne, épouse de Jean Barthélemy Verger (de La Roche), d'une famille de Tours.

PublicationsModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier