Jean-Baptiste-Louis Camel

dramaturge français

Jean-Baptiste-Louis Camel né le à Paris[1] et mort le dans l'ancien 6e arrondissement de Paris[2], est un acteur et un auteur dramatique français.

Jean-Baptiste-Louis Camel
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Acteur à la Gaîté et à l'Ambigu-Comique, ses pièces ont été représentées, entre autres, au Cirque-Olympique, au Théâtre de l'Ambigu-Comique et au Théâtre de la Gaîté.

ŒuvresModifier

comme acteur
comme auteur
  • 1806 : Les Amants du Pont-aux-Biches, ou la Place publique, vaudeville-poissard en un acte et en prose, au théâtre de la Gaîté ()
  • 1806 : Le Solitaire forcé, ou chacun son tour, vaudeville en un acte, au théâtre de la Gaîté ()
  • 1808 : M. Quinquina et Mlle Bourrache, folie-vaudeville en un acte, au théâtre de la Gaîté ()
  • 1809 : Le Lovelace de la Halle, folie-poissarde en un acte, au théâtre de la Gaîté ()
  • 1811 : Richardini, ou les Aqueducs de Cosenza, mélodrame en trois actes, avec Louis de Puisaye, musique d'Adrien Quaisain et Le Blanc, au théâtre de l'Ambigu ()
  • 1811 : Le Château d'eau du boulevard, cascade d'inauguration en un acte mouillée de couplets, avec Jean-Nicolas Basnage, au théâtre de la Gaîté ()
  • 1812 : La Famille d'Armincourt, ou les Voleurs, tableaux de Boilly mis en action, pantomime en 2 actes, avec Henri Franconi, musique arrangée d'Hippolite Lintra, au Cirque-Olympique ()
  • 1817 : Le Bon Français, ou l'Ami des lys, tableau d'inauguration, et mariage du lys et de la rose
  • 1817 : L'Impromptu du cœur, vaudeville-impromptu en un acte en prose à grand spectacle orné de marche, au théâtre de Namur (1er octobre)
  • 1817 : Le Théâtromane, ou l'Embarras du choix de l'emploi, monologue, au théâtre de Namur ()
  • 1818 : Le Pouvoir de la reconnaissance ou le Menuisier de Touraine, comédie-anecdote en un acte, en prose mêlée de vaudevilles
  • 1822 : De l'influence des théâtres et particulièrement des théâtres secondaires sur les mœurs du peuple, Paris, imprimerie de Nouzou[5]
  • 1823 : La Corvette l'Espérance, tableau-vaudeville en un acte, pour l'inauguration de la nouvelle salle du Havre ()
  • 1825 : Une heure au camp de Maizières, tableau militaire en un acte et en prose mêlé de chants, au théâtre de Mons ()
  • 1831 : La Lilloise, paroles de J. B. L. Camel, musique de M. Müller, Lille, imprimerie Danel.

BibliographieModifier

  • Joseph-Marie Quérard, La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, tome 2, p. 29, Paris, Firmin-Didot, 1828
  • Frédéric Faber, Histoire du théâtre français en Belgique depuis son origine jusqu'à nos jours: d'après des documents inédits reposant aux archives générales du royaume, tome 4, p. 319, Paris et Bruxelles, 1880.

Notes et référencesModifier

  1. Sa fiche au ministère des Armées.
  2. Paris, État civil reconstitué, vue 9/51.
  3. André-Joseph Grétry (1774-1826) est le neveu du compositeur André Grétry (1741-1813).
  4. Ce compositeur est inconnu par ailleurs.
  5. Journal de l'imprimerie. Bibliographie de la France, Paris, 1822, p. 40, lire en ligne sur Gallica. Pour l'occasion, on apprend que l'auteur habitait au 22, rue d'Hauteville dans l'actuel 10ème arrondissement de Paris.

Liens externesModifier