Janvier Yahouédéou

Janvier Yahouédéou
Portrait de Janvier Yahouédéou en 2019
Portrait de Janvier Yahouédéou en 2019
Fonctions
Chargé de mission du président Boni Yayi
Groupe politique Bloc républicain
Député à l'Assemblée nationale du Bénin
Juge à la Haute Cour de justice du Bénin
Président du CIP-UEMOA
Biographie
Nom de naissance François Janvier Yahouédéou
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Ouinfa, (Bénin, République du Bénin)
Origine Mahi
Nationalité Béninoise
Parti politique Bloc républicain
Enfants Termyl Yahouedeou, Aurel Yahouedeou
Entourage Patrice Talon, Nicéphore Soglo
Diplômé de Université d'Abomey-Calavi
Université Paris-Dauphine
Profession Ingénieur en informatique
Religion Catholique
Site web www.yahouedeou.com

Janvier Yahouédéou Janvier Yahouédéou
Liste des députés béninois de la Ve législature
Assemblée nationale (Bénin)
Élection présidentielle béninoise de 2006
Élections législatives béninoises de 2015

Janvier Yahouédéou[1], né le (59 ans) à Ouinfa, dans le département du Mono, est un homme d'affaires, homme politique béninois et actuel député à l'Assemblée nationale du Bénin[2].

BiographieModifier

Janvier Yahouédéou est un citoyen béninois originaire de Agonlin-Covè dans le département du Zou.

Après ses études secondaires aux CEG de Sainte-Rita et de Gbégamey où il obtint son baccalauréat série C en 1982, Janvier Yahouédéou fit son service militaire en 1983 avant d’être admis étudiant de la première promotion des informaticiens du Bénin à l’Institut national d’économie (INE), filière créée par l’UNESCO au profit des 5 pays du Conseil de l’Entente où, il eut trois ans après, son premier diplôme universitaire d’analyste-programmeur en 1986.

Après une maîtrise en informatique de gestion en 1988 à l’université Paris-Dauphine, il finit ses études avec un doctorat en intelligence artificielle.

Les affairesModifier

Janvier Yahouédéou était encore étudiant lorsqu’il écrivit en France, son premier livre technique, Les Communications en série aux Éditions Sybex en 1988.

Ce livre fut un best-seller, puis traduit en anglais pour le marché américain. Il sera suivi de beaucoup d’autres, dont Techniques de communication en réseaux, qui est aujourd’hui qualifié d’ancêtre de l’internet, et Les Structures de données. Ses livres ont été mis au programme dans plusieurs universités européennes et africaines.

C’est à l’âge de 25 ans qu’il fait fortune en créant successivement en Europe et en Afrique sa première entreprise Master Soft en 1987, puis aux États-Unis son industrie de production de cartes mères puis d’ordinateurs sous le label Master Systems[3], les premiers ordinateurs tropicalisés vendus dans le monde avec une garantie de 5 ans. La même année, il crée la revue scientifique Sciences et Techniques.

Au début des années 1990, il obtint la gestion des plus grandes salles de cinéma du Bénin, à travers lesquelles les sorties cinématographiques hollywoodiennes étaient projetées. Aussi, il fut connu pour la promotion d'événements sportifs tels que des compétitions de boxe et des concerts. Il a notamment été le premier promoteur à faire monter la chanteuse congolaise Pierrette Adams sur scène au Bénin.

Après Master Soft en 1989, il créa Master Schools, les premières universités d'ingénierie informatique au Bénin en 1994 et Radio Planète[4],[5] en 1999. En 2012, il crée le réseau Master Trackers[3] à travers le monde, un système de géolocalisation de véhicules par satellite. En 2014, il a lancé VIT Industries, une chaîne d'usines de production[6] en Afrique.

PolitiqueModifier

Il a écrit plusieurs livres politiques, critiques sur la gestion du pays : Les Vraies Couleurs du Caméléon en 2002 et Crépuscule d’un dictateur[7] en 2003.

En 2004, il crée son parti politique baptisé le Réveil patriotique[8] avant de le quitter en 2018 pour rejoindre le Bloc républicain, un parti affilié au président Patrice Talon.

Puis, en avril 2006, il fut candidat à l'élection présidentielle béninoise de 2006[9],[10] où il finira à la 10e place sur une vingtaine de candidats.

En 2007, il est élu député de la 24e circonscription électorale sur la Liste des députés béninois de la Ve législature. En mars 2011, il se présente pour la seconde fois à l'élection présidentielle[11] et en ressort 6e avec 0,56% (16 591 votants) des voix.

En 2015, il est à nouveau élu député de l'alliance RB-RP à la suite des élections législatives béninoises de 2015 avant d'être nommé président du parlement régional de l'UEMOA pour un mandat d'une année[12].

Le , il est élu président du COS-LÉPI[13], le Conseil d'orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée pour un mandat de 6 mois.

DistinctionModifier

  • Par décret no 2009-013 du 29-01-2009, il est nommé au grade de commandeur de l’ordre national du Bénin.
  • Chevalier de l’ordre de Mérite national du Sang

Notes et référencesModifier

  1. « Accueil - Janvier Yahouedeou », sur Janvier Yahouedeou (consulté le 19 janvier 2018)
  2. « Liste des députés | Assemblée Nationale du Bénin », sur assemblee-nationale.bj (consulté le 19 janvier 2018)
  3. a et b « PROFESSIONAL GPS TRACKING PLATFORM », sur www.mastertrackers.us (consulté le 19 janvier 2018)
  4. « Radio Planete FM Benin - La Meilleure des Radios au Bénin - 95.7 MHz », sur Radio Planète (consulté le 19 janvier 2018)
  5. « Le paysage médiatique béninois… à perte de vue ! »
  6. « VIT Industries – VIT Fait, BIEN Fait ! », sur vit.world (consulté le 19 janvier 2018)
  7. Janvier Yahouédéou, Crépuscule d'un dictateur, Planète communications, (lire en ligne).
  8. « Janvier Yahouédéou, président du parti "Réveil patriotique" », aCotonou.com,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018).
  9. « BBC Afrique - En Images Bénin/Présidentielle : Présentation des candidats ».
  10. « Bénin 2011: Biographie Succincte des Candidats ».
  11. « ELECTIONS BENIN 2011: Résultats officiels proclamés par la CENA ».
  12. Yao Hervé Kingbêwé, « Janvier Yahouédéou plébiscité à la tête du Parlement régional », La Nouvelle Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018).
  13. « Bénin: Janvier Yahouédéhou prend les rênes du nouveau bureau du Cos-Lépi », La Nouvelle Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2018).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Techniques de programmation en C : les structures de données, broché, 1988, (ISBN 2736104374)
  • C et Turbo C : communications en réseaux, Sybex, 1990, (ISBN 2736106784)
  • Le Droit de savoir. Tome 1 : Les Vraies Couleurs du Cameleon, Planète Communications, 2002, (ISBN 999199680X)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :