Ouvrir le menu principal

Jan Polack

artiste polonais
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polack.
Jan Polack
Corbinian polack.jpg
Saint Corbinian et le miracle de l'ours (1489), maître-autel de Weihenstephan.
Naissance
Décès
Activité

Jan Polack, né vers 1450 à Cracovie et mort en 1519 à Munich, est un peintre polonais, actif en Allemagne au XVe siècle.

Sommaire

BiographieModifier

Son surnom indique son rattachement à Cracovie, sa ville natale. D’abord installé en Franconie, il vit et travaille à Munich à partir du milieu des années 1470. Il aurait participé en 1475 aux festivités connues sous le nom de « noces de Landshut » célébrant le mariage entre Edwige Jagellon et Georges de Bavière.

Il ouvre son atelier à Munich en 1480. Il figure en 1482 sur le registre des taxes de Munich et il est quatorze ou quinze fois président (« Vierer » en allemand) de la guilde des peintres locale, jusqu'à sa mort en 1519. Il est l’un des peintres les plus importants du gothique tardif de Munich.

Son œuvre la plus importante - et la seule attestée[1] - est le polyptyque du maître-autel de l’abbaye de Weihenstephan, située à Freising en Bavière. Ses panneaux sont répartis entre le « Diözesanmuseum » (musée diocésain) de Freising, l'Alte Pinakothek de Munich et le Germanisches Nationalmuseum de Nuremberg. La plupart des documents faisant mention de ses travaux ont aujourd’hui disparus.

ŒuvresModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • 1486 : La Reconnaissance de la Vraie Croix. Vie de sainte Hélène, au château de Huis Bergh.
  • 1489 : Saint Corbinian et le miracle de l'ours, à Freising, au musée diocésain.
  • 1490 : La Flagellation du Christ, peinture à la tempera sur bois, 1490, à Maastricht, au musée des Bons-Enfants.
  • 1500 environ : Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant, peinture à la tempera et feuille d'or sur bois, à Maastricht, au musée des Bons-Enfants.

Notes et référencesModifier

  1. Polack figure dans les livres comptables de l’abbaye pour les années 1484 et 1485, d'après le Haus der Bayerischen Geschichte.

SourcesModifier