Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Jacques de Tourreil est le fils de Jean de Tourreil, procureur général du parlement de Toulouse et de Jeanne de Fieubet, sœur de Gaspard de Fieubet, premier président de ce même parlement.

Auteur de traductions de Démosthène et d'essais de jurisprudence, il est élu membre de l’Académie royale des inscriptions et médailles en 1691, de l'Académie française en 1692 et de l'Académie des Jeux floraux en 1694. En tant qu'orateur ayant participé à la première édition du Dictionnaire de l'Académie française, il est chargé d'en faire la présentation à la cour, ce qu'il accomplit le 24 août 1694 en prononçant pas moins de trente discours. À la délégation des académiciens, Louis XIV répond : « Messieurs, voici un ouvrage attendu depuis longtemps. Puisque tant d'habiles gens y ont travaillé, je ne doute pas qu'il soit très beau et très utile pour la langue[1]. »

PublicationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Cité par Ferdinand Brunot dans son Histoire de la langue française, des origines à 1900, vol. IV, 1939.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Éloge de M. de Tourreil, dans Histoire de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres depuis son établissement, avec les éloges des académiciens morts depuis son renouvellement, chez Hippolyte-Louis Guerin, Paris, 1740, tome 2, p. 1-21 (lire en ligne)
  • Georges Duhain, Un Traducteur de la fin du XVIIIe siècle : Jacques de Tourreil, traducteur de Démosthène (1656-1714), Honoré Champion, Paris, 1910 (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier