Jacques Vernier (pilote)

pilote de moto-cross
Jacques Vernier

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bayonne
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès Quetigny
Nationalité Drapeau de la France France

Carrière
Qualité Pilote de moto-cross
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Ossa
Champion de France inter de motocross 500 cm3
Champion de France 1969

Enduro du Touquet
Victoires Vainqueur du premier enduro en 1975

Données clés

Données clés

Jacques Vernier, né le à Bayonne et mort le à Quetigny, dit Jacky, est un pilote de moto-cross français.

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Jacques Vernier est né le à Bayonne dans le département des Pyrénées-Atlantiques.

Il a un CAP de tourneur.

Sa première moto, offerte par son père, est une moto de route, une Jawa twin 350 cm3 mais l'envie de faire du moto-cross l'emporte, et il a pour deuxième moto, une vieille Ariel 500 cm3 de cross.

Vie familialeModifier

Il épouse Lysiane Seurat, la fille de Marcel Seurat.

Parcours professionnelModifier

Ensuite, en 1971, il s'associe avec Marcel Seurat, au sein de la SMVS (Société de mécanique Vernier-Seurat) qui est chargée de l'importation des motos Ossa.

Carrière de pilote de moto-crossModifier

Il fait sa première course en 1966 et sa première victoire est lors d'un gymkhana paroissial.

En 1967, il finit 2e du championnat de France Police-Armée de cross et vainqueur du trophée des espoirs de moto-cross.

Il devient champion de France Inter de motocross 500 cm3 en 1969.

Carrière de pilote d'enduroModifier

Il se met à l'enduro et gagne la première édition de l'enduro du Touquet-Paris-Plage en 1975, sur 286 inscrits, sur une Ossa désert 250 cm3 du team Marcel Seurat juste devant Joël Queyrel, il y participe, comme compétiteur, à huit reprises de 1975 à 1982. Il y prend de nouveau le départ, comme amateur, en 2009, à l'âge de 62 ans mais, épuisé et tétanisé, il arrête au bout de deux heures de course[1].

Toujours en 1975, il finit à la deuxième place du championnat de France inter d'enduro. En 1976, il est champion de France inter d'enduro.

Reconversion professionnelleModifier

Il fonde le magasin « Brigitte Moto » au 108 avenue Roland Carraz à Chenôve.

MortModifier

Il meurt le à Quetigny[2]. La cérémonie a lieu le à Dijon et l'inhumation a lieu au cimetière de Saint-Claude de Besançon[3].

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier