Ouvrir le menu principal

Jacques Normand (écrivain)

écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Normand.
Jacques Normand
CFP Normnd, Jacques.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Jacques MagdeleineVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Jacques Clary Jean Normand, né à Paris le 25 novembre 1848 et mort le 28 mai 1931 à Paris, est un écrivain français (il publie aussi sous le pseudonyme de Jacques Madeleine).

Sommaire

BiographieModifier

Il est avocat à 21 ans, puis étudiant à l'École des chartes. En 1870, il s'engage dans les gardes mobiles (les moblots). Démobilisé, il obtient en 1875 son diplôme d'archiviste-paléographe. Il devient ensuite prosateur, romancier, poète, journaliste, auteur pour le théâtre. En 1879, il est lauréat du prix de poésie de l'Académie française[1].

Il épouse la fille de l'académicien Joseph Autran. Sa fille Jacqueline épouse le comte Bérenger de Miramon Fitz-James en 1907. En 1918, il est vice-président de la Société des gens de lettres, où il crée le prix littéraire qui porte son nom.

Louis Labat écrivit de lui : « il est un des pères du monologue », Georges Walch le présente ainsi dans son Anthologie des poètes français contemporains : « Le vers de Jacques Normand se recommande par l’extrême facilité, l’élégance native, le naturel… »[2],[3].

ŒuvresModifier

Ses œuvres ont été éditées chez Calmann-Lévy, dont le fonds appartient aujourd'hui à Hachette.

PoésieModifier

  • Les Tablettes d'un mobile, 1871 ; le mot mobile dans le titre est une allusion aux gardes mobiles dont il avait rejoint les rangs en 1870
  • À tire-d'aile, 1878
  • La Poésie de la science, 1879
  • Paravents de salons et de trétaux..., 1881
  • Les Moineaux francs, 1887
  • La muse qui trotte, 1894
  • Les Visions sincères, 1903
  • Soleils d'hiver

ThéâtreModifier

En collaboration avec André Delavigne

EssaisModifier

  • L'émigrant alsacien, 1873
  • Beaumarchais 1877, à-propos de...
  • Les jours vécus (souvenirs d'un parisien de Paris), Calman-Lévy, 1910 (dédié à Frédéric Masson, de l'Académie française)
  • En regardant la vie, 1912

Romans et autres publicationsModifier

  • Le prieuré des deux amants, conte de Noël
  • Le monde où nous sommes, nouvelle
  • La Madone, roman parisien, roman

Œuvres diversesModifier

  • Les écrevisses, 1879
  • Contes à Madame, dont Câlinette et quelques autres, 1890
  • Courage de femme, 1890

Le prix Jacques Normand de la Société des gens de lettresModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Le Prix Jacques-Normand a été attribué de 1919 à 1992.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier