Jacques Mercanton (écrivain)

écrivain et enseignant vaudois

Jacques Mercanton, né à Lausanne le et mort dans la même ville le , est un écrivain et enseignant vaudois.

Jacques Mercanton
Image dans Infobox.
Portrait de Jacques Mercanton
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
LausanneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

BiographieModifier

Jacques Mercanton, originaire de Cully et Riex, entreprend des études de lettres à l'Université de Lausanne où il obtient son doctorat. Il fait ensuite plusieurs séjours à Paris entre 1933 et 1935 pour y suivre des cours à la Sorbonne et au Collège de France. À cette occasion, il rencontre James Joyce avec qui il travaille pendant quelque temps et à qui il consacrera en 1967 un ouvrage intitulé Les Heures de James Joyce, qui sera traduit en anglais, en italien, en espagnol et en allemand.

Il fait des séjours fréquents à Paris, puis en Allemagne, à Londres, en Espagne et en Tchécoslovaquie. De 1938 à 1940, il est lecteur à l'Université de Florence. Après être rentré à Lausanne, il enseigne le français au Collège classique jusqu'en 1955, puis est appelé à la chaire de littérature française de l'Université de Lausanne, où il sera professeur jusqu'à sa retraite en 1979.

Son premier recueil de nouvelles, Le secret de vos cœurs, paraît en 1942 après qu'il a soutenu sa thèse en 1940[1]. Puis il publie plusieurs romans, dont le premier, Thomas l’incrédule, reçoit le Prix Rambert en 1943. Suivront Le Soleil ni la mort en 1948, De peur que vienne l'oubli en 1962, le recueil de "récits italiens" La Sibylle en 1967, puis L'Été des Sept-Dormants en 1974, son œuvre principale récompensée notamment par le Prix C.F. Ramuz en 1975, le Prix de la Ville de Lausanne en 1982 et le Prix Gottfried Keller en 1988.

Il travaille également avec Albert Skira pour la revue Labyrinthe où il fait la connaissance de Thomas Mann en 1947, puis de Louis Massignon en 1955. Peu reconnu en dehors de son pays, il a toujours nié l'existence d'une littérature spécifiquement "romande".

PublicationsModifier

traduction italienne par Paolo Vettore : Il pellegrinaggio della felicità, Locarno, Armando Dadó, 2009

traduction allemande par Markus Hediger, Der Verbannte von Grado, Zurch, Benziger (1984)

traduction anglaise par Lloyd C. Parks : The hours of James Joyce, The Kenyon Review Vol. 24, No. 4, p. 700-730, The Kenyon Review Vol. 25, No. 5, p. 93-118 ; traduction espagnole par Eva Calatrava : Las horas de James Joyce, Edicions Alfons el Magñanim, Valencia 1991 ; traduction italienne par Laura Barile : Le ore di James Joyce, Il Melangolo, Gênes 1992 ; traduction allemande par Markus Hediger : Die Stunden des James Joyce, Lenos, Bâle 1993 ;

BibliographieModifier

Références et sourcesModifier

  1. Poésie et religion dans l'œuvre de Maurice Barrès (ASIN B0000DL257), éditée en 1940 par Rouge