Charlotte de Lusignan

reine de Chypre (1458-1460)
(Redirigé depuis Charlotte de Chypre)

Charlotte de Lusignan, née le à Nicosie et morte le à Rome, est une princesse issue de la Maison de Lusignan, reine de Chypre (1458-1460).

Charlotte de Lusignan
Image dans Infobox.
Titre de noblesse
Reine de Chypre
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
ΚαρλότταVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Reine régnanteVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Jacques II de Chypre
Cleopha de Lusignan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Enfant
N de Savoie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coat of Arms of the House of Lusignan (Kings of Armenia, Cyprus and Jerusalem).svg
blason

BiographieModifier

Charlotte de Lusignan naît le à Nicosie. Elle est la fille de Jean II de Chypre et d'Hélène Paléologue.

Elle épouse en premières noces le Jean de Portugal, titré prince d'Antioche, mais celui-ci est empoisonné et meurt le à Nicosie.

Elle devient reine de Chypre à la mort de son père (sacrée à Nicosie), mais son demi-frère bâtard Jacques l'Archevêque, ecclésiastique, ayant mis dans ses intérêts le sultan d'Égypte, a également des vues sur le trône. Son frère prend la fuite en 1459 et se réfugie à la cour d'Al-Achraf Sayf ad-Dîn Inal al-Ala’i, sultan mamelouk d'Égypte.

Elle se marie en secondes noces, en 1459, avec son cousin germain Louis de Savoie, dit de Genève (1436-1482), comte apanagé de Genève.

Pendant ce temps Jacques l'Archevêque intrigue à la cour du sultan. Il débarque en à la tête d'un détachement mamelouk, et prend rapidement le contrôle de l'île. La reine et les barons loyalistes se retirent dans la forteresse de Cérines (Kyrenia), qui n'est prise que trois années plus tard, en [1]. Charlotte part alors en Occident.

En 1485, elle cède tous ses droits sur Chypre et Jérusalem à son neveu Charles Ier de Savoie et meurt à Rome le . Elle est enterrée au Vatican, dans la crypte de la basilique Saint-Pierre. Elle n'a aucun enfant de ses deux mariages.

AscendanceModifier

RéférencesModifier

  1. Ivan Cloulas (avec Vito Castiglione-Minischetti), Mémoires d'un pape de la Renaissance : Les Commentarii de Pie II, Tallandier, , 540 p. (ISBN 979-10-210-1680-4, lire en ligne), p. 257, note de bas de page.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier