Jacques Gardelles

historien français
Jacques Gardelles
Naissance
Saint-Estèphe (Gironde)
Décès (à 74 ans)
Pessac, (Gironde)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Professeur d'Histoire de l'Art
Formation
Faculté des lettres de Bordeaux

Jacques Gardelles, né le 26 janvier 1920 à Saint-Estèphe (Gironde), mort le 26 février 1994 à Pessac (Gironde), est un professeur d’histoire, archéologue, médiéviste et historien d’art français.

BiographieModifier

Après des études au lycée Montaigne, puis à la faculté des lettres de Bordeaux, la guerre le conduit à entrer dans la Résistance. Arrêté, il est déporté en camp de concentration. À la Libération, il reprend ses études et est agrégé d’histoire en 1948. Il exerce comme professeur dans les lycées de Mont-de-Marsan et d’Arcachon, puis de Bordeaux

De 1958 à 1962, il est attaché de recherches au CNRS. Il prépare sous la direction d’Élie Lambert une thèse de doctorat sur La cathédrale Saint-André de Bordeaux, sa place dans l’évolution de l’architecture et de la sculpture (Bordeaux, 1963).

De 1962 à 1965, il enseigne à la faculté des lettres de Lille comme chargé d’enseignement, puis de 1965 à 1969 comme professeur titulaire.

Il revient ensuite à Bordeaux, où il enseigne l’archéologie et l’histoire de l’art du Moyen Âge jusqu’à son départ à la retraite, en 1986.

De 1974 à 1977, il est président de la Société archéologique de Bordeaux[1].

ŒuvresModifier

Hormis sa période lilloise, Jacques Gardelles s’est consacré à sa région d’origine, le Sud-Ouest, Aquitaine et Gascogne, tant dans l’architecture religieuse et la sculpture, que dans l’architecture militaire et castellaire, se basant sur la méthode archéologique héritée d’Élie Lambert. Il a cependant élargi ses connaissances sur le château, son évolution et son rôle, à l’échelle de l’Europe entière.

  • L'architecture des Ordres militaires dans le Sud-Ouest de la France : Les constructions des templiers et des hospitaliers en Bordelais et en Gascogne, 1963
  • Bordeaux pendant le Haut Moyen Age par Charles Higounet avec la collaboration de Jacques Gardelles et Jean Lafaurie ; 1963 ; 338 p. ; 27 cartes ; dont 1 photo aérienne hors texte ; 20 pl. ; Tome II d'Histoire de Bordeaux en 8 volumes ; publiée sous la direction de Charles Higounet ; édité par Fédération historique du Sud-Ouest ; [compte-rendu bibliographique]
  • La cathédrale Saint-André de Bordeaux, Bordeaux, imp. Delmas, 1965
  • Un grand édifice disparu : La collégiale Saint-Pierre à Lille, 1968
  • Les Châteaux du Moyen Âge dans la France du Sud-Ouest, Genève, Droz ; Paris, Arts et Métiers graphiques, 1972
  • Les portails occidentaux de la cathédrale de Bazas, 1975
  • L'église de Haux, Bordeaux, CRDP, 1979
  • Les Châteaux-forts de la Gascogne des Plantagenêts de 1216 à 1337, thèse
  • Le château, expression du monde féodal, Strasbourg, Publitotal, 1980
  • Châteaux et guerriers de la France au Moyen Âge, Strasbourg, Publitotal, 1980
  • Roquetaillade la terre, les hommes, les châteaux, 1981
  • Dictionnaire des châteaux de France, (5), Paris, Berger-Levrault, 1981
  • La Réole, Gironde, Paris, CNRS, 1982
  • Le Guide des châteaux de France. 24, Dordogne, 1985
  • Bordeaux, cité médiévale, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 221 p., 1989, [compte-rendu bibliographique], (ISBN 9782907202138)
  • Aquitaine gothique, Paris, Picard, 1992

NotesModifier

  1. « Liste des présidents », sur www.societe-archeologique-bordeaux.fr (consulté le 29 novembre 2017)

SourcesModifier

  • Marcel Durliat, Nécrologie, Jacques Gardelles (1929-1994), Cahiers de civilisation médiévale, année 1994, volume 37, numéro 145, p. 177-178, [lire en ligne]

Liens externesModifier