Ouvrir le menu principal

Jacques François Sibot

général français

Jacques François Sibot dit Sibaud
Jacques François Sibot

Naissance
Offlanges (Jura)
Décès
Dunkerque
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1774-1807

Jacques François Sibot dit Sibaud, né le à Offlanges (Jura) et mort le à Dunkerque[1], est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre au service le dans la gendarmerie, mais est réformé dès le 26 août suivant.

Le , il reprend du service comme capitaine au 1er bataillon de volontaires du Jura, et le 6 octobre 1791, il passe lieutenant-colonel commandant ce même bataillon. De 1792 à 1795, il sert à l’armée du Rhin.

Il est promu général de brigade provisoire le , nomination confirmée à titre définitif le . En juin 1794, il commande une brigade d’infanterie dans la 6e division du général Delmas, puis le 15 juillet suivant dans la 5e division du général Meynier à l’armée du Rhin. Il est mis en congé de réforme le 13 février 1797.

Rentré en activité le 9 septembre 1797 dans la 8e division militaire, il est replacé en position de réforme pour cause de maladie le 19 novembre 1798.

Le 22 février 1800, il réintègre le service actif comme commandant militaire du département du Liamone, et est admis à la retraite le .

Il est rappelé le pour prendre le commandement de la place d'armes de Dunkerque, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort.

Notes et référencesModifier

  1. Archives départementales du Nord, état-civil numérisé de Dunkerque, acte de décès no 917 de l'année 1807 en date du 6 octobre : « acte de décès de Jacques François Sibaud, décédé avant-hier à une heure de relevée, âgé de cinquante quatre ans depuis le 25 mars dernier, né à Offlanges, général commandant d’armes de cette place, époux de Sophie Moser, demeurant en cette ville rue de Nieuport n°32, fils de feux Claude Ribaud, en son vivant avocat, et d’Anne Barbe Maître Robert, décédés à Moissy, le tout département du Jura, et nés à Gray département de la Haute-Saône ».

SourcesModifier