Jack Dromey

politicien britannique
Jack Dromey
Official portrait of Jack Dromey crop 2.jpg
Jack Dromey en 2017.
Fonctions
Shadow Minister for the Cabinet Office
à partir de
Membre du 58e Parlement du Royaume-Uni
58e Parlement du Royaume-Uni (d)
Birmingham Erdington
-
Membre du 57e Parlement du Royaume-Uni
57e Parlement du Royaume-Uni (d)
Birmingham Erdington
-
Membre du 56e Parlement du Royaume-Uni
56e Parlement du Royaume-Uni (d)
Birmingham Erdington
-
Membre du 55e Parlement du Royaume-Uni
55e Parlement du Royaume-Uni (d)
Birmingham Erdington
-
Treasurer of the Labour Party (en)
-
Jimmy Elsby (en)
Diana Holland (en)
Shadow Minister for Pensions
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
BirminghamVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Cardinal Vaughan Memorial School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Homme politique, syndicalisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Harriet Harman (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Amy Siobhan D. Dromey (d)
Harry Patrick D. Harman (d)
Joseph Adam H. Dromey (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Site web

John Eugene Joseph Dromey, dit Jack Dromey (né le [1] et mort le [2]), est un homme politique et un syndicaliste britannique du Parti travailliste qui est député de Birmingham Erdington de 2010 jusqu'à sa mort et le Shadow Paymaster General en 2021.

Dromey rejoint le banc avant travailliste sous la direction du leader Ed Miliband comme ministre fantôme du logement de 2010 à 2013, date à laquelle il devient le ministre fantôme de la police. Il reste en poste après l'élection de Jeremy Corbyn à la tête jusqu'à sa démission en juin 2016, mais revient en tant que ministre fantôme du Travail quelques mois plus tard [3]. Il est nommé ministre fantôme des pensions en 2018 et continue à occuper le poste avec Keir Starmer jusqu'en 2021.

Avant son élection au Parlement, il est secrétaire général adjoint du Syndicat général des transports et des travailleurs et trésorier du Parti travailliste . Dromey est marié à Harriet Harman, ancienne chef adjointe du Parti travailliste et ministre du cabinet.

BiographieModifier

Jeunesse et carrière de syndicalisteModifier

Jack Dromey est né de parents irlandais à Brent et grandit à Kilburn, Londres. Il fait ses études à la Cardinal Vaughan Memorial School, à Holland Park, qui est à l'époque un lycée [4],[5].

Au début des années 1970, alors qu'il travaille au Brent Law Center, Dromey est élu président de sa branche du Syndicat des travailleurs des transports et des travailleurs généraux et délégué au Conseil des métiers de Brent. En 1973, il prend un rôle de premier plan dans la planification de l'occupation de Centre Point[6], avec d'éminents militants du logement et de l'action directe Jim Radford et Ron Bailey. Cet événement est conçu pour mettre en évidence et faire connaître l'injustice perçue du développement de bâtiments le plus important (et le plus haut) de Londres - qui comprenait un certain nombre d'appartements de luxe - restant vides année après année tandis que des dizaines de milliers de personnes languissent sur les listes d'attente pour un logement à travers la capitale. L'événement est reporté en 1973 mais s'est finalement déroulé avec succès en janvier de l'année suivante.

Jack Dromey s'est bâti une réputation d'orateur et d'organisateur efficace dans le mouvement syndical et grâce à son implication auprès du Brent Trades Council et de la Greater London Association of Trades Councils, qui l' envoie en tant que délégué au Conseil régional du Sud-Est du Congrès des syndicats.

Jack Dromey assiste au "Procès de Luanda" de 1976, alias "Procès des Mercenaires", à Luanda, en Angola, en tant qu''"observateur"[7].

En tant qu'officier du Conseil des métiers, il joue également un rôle de premier plan dans le soutien de la grève au laboratoire de traitement de films de Grunwick qui dure de 1976 à 1978. La main-d'œuvre asiatique majoritairement féminine de Grunwick s'est mise en grève pour exiger que le patron de l'entreprise, George Ward, reconnaisse leur syndicat. Au lieu de cela, Ward renvoie les grévistes, ce qui conduit à une confrontation de deux ans impliquant des piquets de grève de masse et un peu de violence. La grève a finalement échoué [8].

Dromey est nommé secrétaire général adjoint du Syndicat général des transports et des travailleurs, après avoir perdu de loin l'élection de 2003 au poste de secrétaire général face à Tony Woodley.

ControversesModifier

Argent contre pairieModifier

Le 15 mars 2006 dans le scandale Cash for Peerages, Jack Dromey déclare ne pas être au courant - bien qu'il soit trésorier du parti - de 3,5 millions de livres sterling prêtés au Parti travailliste en 2005 par trois personnes qui ont ensuite été nominées pour les pairs à vie (Chai Patel (en), Sir David Garrard et Barry Townsley (en)).

Dromey déclare publiquement que ni lui ni le président élu du NEC du Labour, Sir Jeremy Beecham n'avaient connaissance de ces prêts ni y étaient impliqués, et qu'il n'en avait pris connaissance que lorsqu'il en avait entendu parler dans les journaux. Dromey déclare qu'il était régulièrement consulté sur les prêts bancaires conventionnels. En plus d'annoncer sa propre enquête, il appelle la Commission électorale à enquêter sur la question des partis politiques contractant des prêts auprès de sources non commerciales. Le rapport qui en a résulté a été discuté par le NEC le 21 mars 2006 [9].

Scandale des dons du Parti travaillisteModifier

Dromey est pris dans un autre scandale financier en 2007, car il est responsable des finances du parti, qui comprend plus de 630 000 £ de dons illégaux de David Abrahams. Dromey a de nouveau affirmé ne rien savoir des dons, les critiques se demandant pourquoi il n'avait pas examiné la question de plus près. Harriet Harman, l'épouse de Dromey, est également prise dans l'affaire, car son personnel a sollicité et accepté des dons illégaux totalisant 5 000 £ [10].

À la suite de cet incident, Mark McDonald se présente contre Dromey pour le poste de trésorier, arguant que plus de transparence était nécessaire, mais il est battu [11],[12].

Carrière parlementaireModifier

Jack Dromey cherche à se présenter aux élections générales de 1997, bien qu'il n'ait pas réussi à figurer sur la liste restreinte pour la circonscription de Pontefract et Castleford [13].

Dromey cherche à nouveau un siège sûr en 2007, alors qu'il est prévu de déclencher des Élections générales. Peter Watt, alors secrétaire général du parti travailliste, révèle plus tard que le syndicat Unite a fait un don de 1 million de livres sterling en supposant que la nomination pour le siège sûr de Wolverhampton Nord-Est serait donnée à Dromey.

En août 2009, il est révélé que de hauts responsables travaillistes pensaient que Dromey serait probablement sélectionné dans la circonscription de Leyton et Wanstead pour les élections générales de 2010 [14]. Le président du Parti travailliste de circonscription de Leyton et Wanstead dit qu'il serait "quelque peu lésé" si Dromey était sélectionné [15] et que l'épouse de Dromey, Harriet Harman, a fait campagne pour des listes restreintes de femmes dans des sièges sûrs . Les candidats du parti pour la circonscription devaient être annoncés en novembre 2009, bien que cela ait été retardé d'au moins deux mois, le Daily Telegraph alléguant que l'annonce allait être faite à la dernière minute afin que Dromey puisse être imposé comme le candidat utilisant les règles d'urgence [16]. Il est révélé en janvier 2010 que le siège ne serait pas soumis à une liste restreinte de femmes[17], mais le Parti travailliste de circonscription a par la suite choisi l'ancien député de Hornchurch John Cryer comme son candidat le 27 février [18].

En février 2010, Siôn Simon, député travailliste de Birmingham Erdington depuis juin 2001, annonce son intention de se retirer aux élections générales imminentes. Le Comité exécutif national du Parti travailliste annonce rapidement que Birmingham Erdington aurait une liste restreinte ouverte. Le 27 février 2010, Dromey est choisi comme candidat du Parti travailliste pour Birmingham Erdington [19]. Il est élu le 6 mai 2010.

Il soutient Owen Smith dans la tentative ratée de remplacer Jeremy Corbyn lors de l'élection à la direction du Parti travailliste (Royaume-Uni) en 2016 [20].

Jack Dromey conserve son siège aux élections générales de 2019, mais sa majorité tombe à 10%.

En janvier 2021, Dromey rejoint l'équipe du Shadow Cabinet Office, dirigée par Rachel Reeves, en tant que Shadow Paymaster General [21],[22].

En janvier 2022, Dromey mourut soudain pendant son mandat, de causes naturelles, à sa maison en Birmingham, à l'age de 73 ans[23].

Mariage et familleModifier

Jack Dromey épouse Harriet Harman en 1982 dans l'arrondissement de Brent, après l'avoir rencontrée sur la ligne de piquetage du conflit de Grunwick en 1977; Harman est conseiller juridique du comité de grève de Grunwick. Ils ont deux fils (nés en février 1983 et novembre 1984) et une fille (née en janvier 1987). Patricia Hewitt, collègue travailliste, est la marraine de l'un de leurs enfants [24]. Leur fils Joe Dromey est conseiller dans l'arrondissement londonien de Lewisham [25].

Le couple décide d'envoyer leurs enfants dans des écoles sélectives, ce qui fait l'objet de commentaires négatifs à l'époque car cela va à l'encontre de la politique du Parti travailliste. Dromey sert pendant dix ans à l'exécutif du Conseil national des libertés civiles [26] un groupe de pression pour lequel Harman a travaillé comme juriste.

Ils ont une maison dans le Suffolk[27], en plus d'une maison à Herne Hill au sud de Londres[28].

RéférencesModifier

  1. « Biography for Jack Dromey » [archive du ] (consulté le )
  2. (en) « Labour MP Jack Dromey dies aged 73 », BBC News,
  3. Walker, « MP explains why he's back on Jeremy Corbyn's team after calling for his resignation » [archive du ], Birmingham Mail, (consulté le )
  4. « Jack Dromey MP supports All Schools initiative » [archive du ] (consulté le )
  5. « Dromey, Jack, (born 29 Sept. 1948), MP (Lab) Birmingham Erdington, since 2010 », Who's Who & Who Was Who,‎ (DOI 10.1093/ww/9780199540884.013.U251536, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  6. Jack Dromey, « Private Rented Sector » [archive du ], Hansard, UK Parliament, (consulté le )
  7. « haldane society NOTES », Bulletin (Haldane Society of Socialist Lawyers), no 9,‎ , p. 1–3 (ISSN 2517-7281, JSTOR 44749726)
  8. Sarfraz Manzoor, « How Asian women made trade union history and shattered stereotypes », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Labour moves to close funding row », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Harman did solicit donation » [archive du ], Channel 4 News, (consulté le )
  11. « Dromey facing treasurer challenge », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Harriet Harman's Husband Jack Dromey Challenged For Labour Treasurer » [archive du ], Sky News (consulté le )
  13. « Election '97: Dromey off safe seat shortlist », The Independent, London,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Patrick Hennessy, « Harriet Harman's husband, Jack Dromey, lined up for safe Labour seat », Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Activists concerned about possible selection of Harriet Harman's husband » [archive du ], East London and West Essex Guardian, (consulté le )
  16. Andrew Gilligan, « 'Plot' to give Harriet Harman's husband a safe seat », Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Richard Eden, « Harriet Harman's husband Jack Dromey may benefit from feminist retreat », Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Labour candidate speaks on selection », East London and West Essex Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Harriet Harman's husband Jack Dromey to stand in next election », Daily Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. (en-GB) « Full list of MPs and MEPs backing challenger Owen Smith » [archive du ], LabourList, (consulté le )
  21. « New roles for Dromey, Anderson, Rodda and Tarry in Labour reshuffle », LabourList,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. (en-GB) Rodgers, « Reshuffle: Keir Starmer’s new Labour frontbench in full », LabourList (consulté le )
  23. (en-GB) « Jack Dromey, Labour MP, dies aged 73 », sur The Guardian, (consulté le )
  24. Profile: Harriet Harman, Times Online, 22 February 2009
  25. « Joe Dromey » [archive du ], Lewisham Council, (consulté le )
  26. « Dromey biodata » [archive du ] (consulté le )
  27. David Sapsted, « Harriet Harman avoids court over speeding », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Father's rooftop protest goes on », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier