Ivan Ivanov Bagrianov

Politicien et Premier ministre bulgare

Ivan Ivanov Bagrianov
Illustration.
Fonctions
Premier ministre de Bulgarie
Prédécesseur Dobri Bojilov
Successeur Konstantin Muraviev
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Razgrad
Date de décès (à 53 ans)
Lieu de décès Sofia
Nature du décès Exécution
Nationalité Bulgare

Ivan Ivanov Bagrianov (bulgare : Иван Иванов Багрянов), né le à Razgrad, mort le à Sofia, est un homme politique bulgare. Il est Premier ministre de Bulgarie de juin à .

BiographieModifier

Officier d'artillerie, il est un proche de Ferdinand Ier de Bulgarie pendant les Guerres balkaniques, puis sert dans l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. Il devient grand propriétaire terrien et joue un rôle important dans le mouvement coopératif agraire. Il est nommé ministre de l'agriculture de 1938 à 1941.

Il est diplomate avant d'être choisi par le conseil de régence dirigé par Bogdan Filov pour remplacer Dobri Bojilov au poste de premier ministre le . Face à la progression de l'Armée rouge vers l'Ouest, il s'efforce de négocier au plus vite une paix séparée avec les Anglais et les Américains. Le 17 août 1944, pour – selon ses termes – sortir la Bulgarie d'un « sanglant chemin de chauvinisme et de guerre »[1], il annonce l'adoption d'une stricte neutralité et l'amnistie pour tous les prisonniers politiques. Le 23 août 1944, Bragrianov annonce le désengagement militaire total du pays dans le conflit. Le 27 août 1944, il décide la dissolution de l'Assemblée nationale, du retrait des troupes bulgares de Macédoine et de Serbie et du départ des troupes allemandes du territoire bulgare pour le 31 août 1944[2]. Mais Staline, soutenu par les Alliés, déclare le 30 août 1944 ne pas respecter la neutralité bulgare et exige que la Bulgarie déclare la guerre à l'Allemagne. Le 31 août 1944, l'Armée rouge avance rapidement vers le Danube depuis Bucarest. Devant l'imminence de l'invasion des troupes soviétiques et l'échec à obtenir un armistice avec les Alliés, Bagrianov démissionne avec son cabinet le [3]. Arrêté après la prise du pouvoir du Front patriotique, il est jugé par le tribunal du peuple, condamné à mort pour crimes de guerre, puis exécuté le .

Notes et référencesModifier

  1. Marshall Lee Miller, Bulgaria during the Second World war, Stanford University Press, 1975, p. 186 (ISBN 0-8047-0870-3).
  2. Berlin, ne pouvant accepter pour des raisons stratégiques que la Bulgarie sorte de l'Axe, met sur pied l'« Opération Hundessohnn ». Une division SS devait renverser le pouvoir à Sofia et installer à la place un État croupion dirigé par Alexandre Tsankov à la solde des nazis : in Marshall Miller, op.cit., p. 191.
  3. R. J. Crampton, Bulgaria, Oxford University Press, 2007, p. 279 (ISBN 978-0-19-820514-2).