Bogdan Filov

Bogdan Filov
Богдан Филов
Illustration.
Bogdan Filov en 1943.
Fonctions
Président du Conseil des ministres de Bulgarie

(3 ans, 6 mois et 24 jours)
Régent Kiril, prince de Preslav
Monarque Boris III
Siméon II
Prédécesseur Gueorgui Kiosseivanov
Successeur Petar Gabrovski (intérim)
Dobri Bojilov
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Stara Zagora (Roumélie orientale)
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Sofia
Nature du décès Exécution
Nationalité Bulgare
Parti politique Indépendant
Profession Archéologue
Historien de l'art

Bogdan Filov
Présidents du Conseil des ministres de Bulgarie

Bogdan Filov (bulgare : Богдан Филов), né le à Stara Zagora (Roumélie orientale) et mort le à Sofia, est un homme d’État bulgare, président du Conseil des ministres de 1940 à 1943.

BiographieModifier

Carrière professionnelleModifier

Bogdan Filov étudie en Allemagne, avant de devenir professeur et historien d’université en Bulgarie.

Parcours politiqueModifier

Il devient ministre des Travaux publics en 1939.

Sa germanophilie notoire lui permet d’accéder au poste de président du Conseil des ministres le , le tsar Boris III étant forcé de se rapprocher de l’Axe.

Cependant, Boris III et Bogdan Filov refusent d’engager les troupes bulgares en guerre, malgré les pressions d'Adolf Hitler : la participation de la Bulgarie aux côtés de l'Allemagne se limite à une participation aux occupations de la Yougoslavie et de la Grèce, dans le but d'annexer leurs territoires macédoniens.

En , son gouvernement propose des lois antisémites, qui sont votées par le Parlement le et sont effectives du au . Ces lois sont comparables au lois de Nuremberg du Troisième Reich et privent les Juifs de leur droits civiques[1].

Son gouvernement créé un « commissariat aux questions juives » et quelque 11 000 membres de la communauté juive seront déportés vers le camp d'extermination de Treblinka sous son régime ; ils viennent notamment des territoires occupés de Banovine du Vardar et du nord de la Grèce.

Le , quelques jours après la mort de Boris III, Bogdan Filov quitte ses fonctions de président du Conseil pour devenir un des trois membres du conseil de régence pour le nouveau roi, Siméon II, alors âgé de six ans. En 1944, à la suite de l’armistice avec l’Union soviétique, le conseil est dissous.

Arrestation, procès et exécutionModifier

Quelques jours après le coup d'État du 9 septembre 1944, qui porte le Front patriotique au pouvoir, Bogdan Filov est arrêté à Borovets. Il est immédiatement transféré à Sofia puis, le , envoyé en URSS avec les autres régents et ministres pro-Nazis. Là-bas, ils y subissent trois mois d'interrogatoires du NKVD dans un hôtel moscovite avant d'être renvoyés en Bulgarie pour y être jugés, le . Devant le tribunal populaire (en) institué par le Front patriotique, Bogdan Filov plaide non coupable et salue avec arrogance sa condamnation à la peine de mort. Celle-ci est exécutée, par fusillade, dans la nuit du au , au cimetière central de Sofia.

RéhabilitationModifier

À la condamnation à mort de Bogdan Filov s’ajoute une révocation de tous ses titres scientifiques. S’ensuit une interdiction de ses œuvres dans les bibliothèques, notamment celle de l'université de Sofia. Sous le régime communiste de la République populaire de Bulgarie, ses contributions majeures à l'archéologie et à la thracologie sont citées sans nom. Peu avant son effondrement, il est réhabilité scientifiquement lors d'une session de l'Institut archéologique de l'Académie bulgare des sciences, en . Son portrait figure ensuite à nouveau dans le bâtiment central de l'Académie.

Le , il est légalement réhabilité, par l'arrêt no 172 de la Cour suprême de Bulgarie, qui casse sa condamnation à mort ainsi que celles de nombreux autres collaborateurs avec le Troisième Reich.

Au printemps 2009, une rue de Sofia porte brièvement son nom avant d'être débaptisée par le conseil municipal sous la pression de l'ambassade israélienne.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier