Ivan Cloulas

historien et archiviste français

Ivan Cloulas, né le à Saint-Junien (Haute-Vienne) et mort le [1] à Saint-Arnoult dans le Calvados[2], est un historien et archiviste français, spécialiste de l'histoire de la Renaissance.

BiographieModifier

FamilleModifier

Ivan Cloulas est issu d'une famille d'industriels (famille Cloulas) installée à Saint-Junien, créateurs d'une ganterie, l'entreprise familiale fermera à la suite du déclin de l'industrie gantière.

Il épouse Annie Brousseau, historienne d'art et hispaniste[3].

Études et carrière professionnelleModifier

Ivan Cloulas fait ses études à Saint-Junien, puis à Limoges et à Paris, au lycée Henri-IV, à l'École nationale des chartes et à la faculté des lettres. Il est docteur en lettres (histoire).

Ayant obtenu le prix de la meilleure thèse au sein de sa promotion, il est envoyé à l'École française de Rome dont il est membre de 1957-1959[4]. Durant la guerre d'Algérie, il est appelé pour accomplir son service militaire qu'il effectue pendant un peu plus de deux ans principalement dans les Aurès[4].

Il est conservateur aux Archives nationales, membre de la Casa de Velázquez (1965-1968), directeur des Archives départementales de l'Eure (1968-1972), chargé du service informatique aux Archives nationales (1972-1985), conservateur en chef de la section ancienne des Archives nationales (1985) et conservateur général du patrimoine (1990-1999)[5].

Il s'établit à Touques (Calvados) en 1973, dont il crée le blason[6].

Il décrit l'étude de Catherine de Médicis et de son époque comme le fil conducteur de ses recherches ultérieures. Son livre consacrée à cette reine de France et publié en 1979 connaît un certain succès de librairie et lui vaut le grand prix Gobert[3]. Par la suite, il publiera toute une série de travaux et de recherches sur l’Italie au temps des Borgia[4] et sur plusieurs grands acteurs de la Renaissance tel le pape Jules II[7]. Ses ouvrages ont été traduits dans diverses langues[3].

DistinctionsModifier

Il est chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite et commandeur des Arts et des Lettres.

ŒuvresModifier

  • Catherine de Médicis, Fayard, 1979
  • Laurent le Magnifique, Fayard, 1982
  • Henri II, Fayard, 1985
  • Les Borgia, Fayard, 1987
  • Sur la trace des Dieux, Albin Michel, 1989
  • Philippe II, Fayard, 1992
  • Jules II : le pape terrible, Fayard, 1992
  • Savonarole, Fayard, 1994
  • Chambord, rêve des rois, Nathan-CNMHS, 1996
  • Diane de Poitiers, Fayard, 1997
  • Renaissance française, La Martinière, 1997
  • Catherine de Médicis : la passion du pouvoir, Tallandier, 1999
  • La Reine Bérangère et Richard Cœur de Lion, Hachette, 1999
  • Les Châteaux de la Loire, Hachette, 1999
  • Charles VIII et le mirage italien, Paris, Albin Michel, coll. « L'Homme et l'événement », , 277 p. (ISBN 2-226-02664-9).
  • Traduction et présentation des Mémoires d'un pape de la Renaissance : les Commentarii de Pie II, Tallandier, 2001 (avec Vito Castiglione-Minischetti)
  • Dans le secret des Borgia, Tallandier, 2003 (avec Vito Castiglione et Joseph Turmel)
  • Les Châteaux de la Loire au temps de la Renaissance, Hachette, 2003
  • César Borgia, Tallandier, 2005
  • Les Borgia, collection Pluriel, Hachette Pluriel, 2012, 522 p.

Notes et référencesModifier

  1. « http://www.enc.sorbonne.fr/actualite/vie-de-l-ecole/deces-d-ivan-cloulas »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. « Ivan Cloulas, historien, spécialiste de la Renaissance », Le Monde.fr, 7 juin 2013.
  3. a b et c Marie-Clotilde Hubert, Ivan Cloulas (1932-2013) (note biographique), Bibliothèque de l'École des chartes, année 2013, 171-2, pp. 635-637.
  4. a b et c « Entretien avec Ivan Cloulas », La Nouvelle Revue d'histoire,‎ .
  5. Mort de l'historien Ivan Cloulas, spécialiste des Borgia, 20minutes.fr, 5 juin 2013.
  6. Touques Info, no 93, mai-juin 2013.
  7. Marc Smith, Ivan Cloulas. Jules II, le pape terrible. Paris : Fayard, 1990. In-8°, 391 pages, ill., couv. ill. en coul. (compte-rendu), Bibliothèque de l'École des chartes, Année 1991, 149-1, pp. 183-185.

Liens externesModifier