Ouvrir le menu principal

Isnilon Hapilon

Djihadiste philippin

Isnilon Hapilon
Isnilon Hapilon
Isnilon Hapilon en 2000.

Surnom Abou Abdallah al-Filippini, Abou Musab, Sol, Abou Tuan, Esnilon, Salahuddin, Aboubakar Hapilon, Amah Hi Omar, Abou Omar, Aboubakar et Bakkal
Nom de naissance Isnilon Totoni Hapilon
Naissance
Latawan (Philippines)
Décès (à 51 ans)
Marawi (Philippines)
Mort au combat
Origine Philippin, Moro
Allégeance Ph mnlf-tripoli.gif Front Moro de libération nationale (1985-1994)
ShababFlag.svg Abou Sayyaf (1994-2017)
Drapeau de l'État islamique État islamique (2014-2017)
Conflits Insurrection moro aux Philippines
Faits d'armes Bataille de Marawi

Isnilon Totoni Hapilon, dit Abou Abdallah al-Filippini (Abou Abdallah le Philippin), né le à Latawan et mort le à Marawi, est un djihadiste philippin, considéré comme le numéro deux du groupe armé Abou Sayyaf et l'un de ses plus éminents responsables.

Il prête allégeance à l'État islamique en 2014 et commande en 2017 les groupes djihadistes lors de la bataille de Marawi où il trouve la mort. Il est alors l'un des terroristes les plus recherchés par le FBI qui promet une récompense de 5 millions de dollars pour sa capture[1].

BiographieModifier

Isnilon Hapilon naît le 18 mars 1966 à Latawan sur l'île de Basilan.

Il a étudié à l'université des Philippines d'où il sort diplômé en ingénierie[2].

 
Photo d'Isnilon Hapilon utilisée par le FBI.

Responsable de plusieurs meurtres et enlèvements, il figure parmi les terroristes les plus recherchés (Most Wanted Terrorists) par le FBI à dater du [3], au même titre que d'autres responsables d'Abu Sayyaf, dont le leader Khadaffy Abubakar Janjalani et Jainal Antel Sali, Jr.

Après la mort de Janjalani le et de Sali le , il est suspecté d'avoir pris la direction du groupe, sans que cela soit pour autant vérifiable[4].

Il fait allégeance à l'État islamique (EI) un mois après sa création en 2014 ; il est désigné par l’EI comme émir régional pour l’Asie du Sud-Est et comme « combattant autorisé à commander les soldats de l’État islamique des Philippines »[5].

Selon le chercheur Romain Caillet, en janvier 2016 Isnilon Hapillon prend la tête des forces pro-État islamique aux Philippines[6]. Le journaliste René Backmann indique cependant que « ses connaissances en matière de théologie musulmane sont considérées par les experts locaux comme très modestes »[5].

Faisant partie des chefs d'Abou Sayyaf, il aurait tenté en janvier 2017 d'organiser un rapprochement entre son organisation et l'organisation terroriste Maute afin de se proclamer émir de l'État islamique aux Philippines. Les autorités philippines, ayant eu vent de cette information, ont alors bombardé le siège de Maute, blessant Hapilon[7].

Le , de violents combats éclatent à Marawi lorsque l'armée philippine lance un raid contre une maison soupçonnée de servir de cache à Isnilon Totoni Hapilon[8],[9],[10]. Mais ils tombent sur un groupe de djihadistes, bien plus nombreux que prévus ; ces derniers préparaient alors une attaque contre Marawi, prévue à la date du 26 mai, jour de l'ouverture du ramadan[11]. Les djihadistes lancent alors l'assaut sur la ville[8],[9] ; les combats durent des mois et font plus d'un millier de morts[12].

Le 16 octobre 2017, le ministre philippin de la Défense annonce la mort d'Isnilon Hapilon dans des combats livrés à l'aube à Marawi[13].

Le 5 mars 2018, le gouvernement philippin annonce qu'un militant philippin connu sous le nom de guerre d'Abu Dhar est soupçonné d'avoir été désigné comme le successeur d'Isnilon Hapilon pour reprendre le contrôle de l'organisation de l'État islamique en Asie du sud-est[14]. Toutefois, suite à l'Attentat de la cathédrale Notre-Dame-du-Mont-Carmel de Jolo survenu le 27 janvier 2019, les autorités philippines ont identifié un militant d'Abou Sayyaf, connu sous le nom de Hatib Hajan Sawadjaan, comme étant le cerveau de l'attaque et le successeur probable de Hapilon à la tête de la branche régionale de l'Etat Islamique aux Philippines[15].

RéférencesModifier

  1. (en-US) « ISNILON TOTONI HAPILON », sur Federal Bureau of Investigation (consulté le 30 mai 2017)
  2. (en) Globalsecurity.org [1]
  3. (en) « ISNILON TOTONI HAPILON », sur fbi.gov (consulté le 23 mai 2017)
  4. (en) Totoni Hapilon: ASG’s new leader?»- Wordpress.com, 18 janvier 2007
  5. a et b René Backmann, « L’Etat islamique prend pied aux Philippines », sur Mediapart, (consulté le 4 juillet 2017)
  6. Romain Caillet, Isnilon Hapilon, l'un des principaux chefs d'Abu Sayyaf, prend le commandement des groupes pro-EI aux #Philippines, twitter, 4 janvier 2016.
  7. Harold Thibault, « Philippines : violents combats dans le sud de l’archipel, la loi martiale instaurée », lemonde.fr,‎ (lire en ligne)
  8. a et b Louise Hemmerlé, Cinq questions sur la crise aux Philippines, Franceinfo, 24 mai 2017.
  9. a et b Valérie Samson et Léo Caravagna, Philippines : Duterte proclame la loi martiale après des combats entre l'armée et Daech, Le Figaro, 24 mai 2017.
  10. Harold Thibault, Philippines : violents combats entre rebelles islamistes et forces gouvernementales, Le Monde, 24 mai 2017.
  11. Harold Thibault, Aux Philippines, les djihadistes défient l’armée, Le Monde, 14 juin 2017.
  12. Philippines: plus d'un millier de morts dans la bataille de Marawi, AFP, 15 octobre 2017.
  13. Isnilon Hapilon, « l’émir » de l’EI en Asie du Sud-Est, tué aux Philippines, Le Monde avec AFP, 16 octobre 2017.
  14. (en)‘Abu Dar’ is new IS emir – military Manilia Times.net, 6 mars 2018
  15. (en)Amid loss of leaders, unknown bandit rises in Philippines Sunstar.com.ph, 22 février 2019

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :