Ouvrir le menu principal

Investissement thématique

L’investissement thématique est une forme d’investissement qui a pour but d’identifier des tendances à un niveau macro, et les investissements sous-jacents avantageux qui peuvent découler de la matérialisation de ces tendances..[1]

DéfinitionModifier

Le Financial Times décrit l’investissement thématique comme un terme valise dont la signification a tendance à muer en fonction de l’audience. Frances Hudson, stratégiste en gestion multi-actifs pour Standard Life Aberdeen, a déclaré : “C’est un type d’investissement global [et] il peut être multi-actifs, bien que dans les faits, il s’agit principalement d’actions. Le manager va choisir des éléments qu’il considère importants, comme privilégier l’occurrence des marchés émergents, un changement de paradigme technologique, ou un aspect de l’environnement, par exemple des sécheresses.”[2] Selon Charles Richardson, manager du fond Veritas Global Equity Income, les avantages comprennent la “formulation d’un contexte stratégique, en se plaçant dans le sillon d’un vent arrière, réduisant le nombre de variables, tout en se focalisant sur la recherche et en évitant les prévisions ayant un faible spectre ou la synchronisation des marchés.”[2]

Jan Luthman, co-manager du fond Liontrust Macro Equity Income, a déclaré “Les thèmes macro d’aujourd’hui sont à la fois sans précédent et de toute-puissance. Les thèmes majeurs comme la globalisation, le vieillissement de la population et les changements environnementaux ont eu des implications substantielles pour les économies et le business. Construire un portfolio de telle façon qu’il s’adapte aux forces qui recomposent les économies nationales et internationales permet de naviguer avec “le vent en poupe” ; l’ignorance ou la mauvaise interprétation de ces thèmes peut condamner un fond à naviguer en eaux troubles ou à contre-courant.”[2]

Comparaison avec d’autres formes d’investissementModifier

L’investissement thématique fait référence à l’investissement stratégique qui recourt à la sélection de compagnies pouvant être classées selon un thème particulier d’investissement. Bien que similaire à la pratique d’investissement sectoriel, les fonds thématiques couvrent une variété de secteurs et procède à la sélection de compagnies dans des secteurs qui se rapportent à ce thème. Ainsi, une caisse de santé peut investir dans des compagnies pharmaceutiques, des compagnies hospitalières, des compagnies d’assurances santé, des centres de soin, des fabricants d’équipements chirurgicaux et des compagnies d’infotech qui soutiennent n’importent lesquelles des activités sus-dites[3].

Lors de périodes d'extrême stress, les marchés principaux d’actions peuvent tous réagir et s’effondrer à l’unisson. Par exemple, une corrélation de 1 signifie que les marchés montent et descendent en tandem, et entre 2007 et 2010 les corrélations entre les marchés d’actions de premier plan (à l’exception du Japon) ont varié entre 0,77 et 0,99. Ainsi un portfolio diversifié suivant les lignes géographiques peuvent ne pas toujours fournir les variations nécessaires durant ces périodes de crise. L’allocation de composantes d’actions de croissance dans les portfolios en fonction de thèmes plutôt qu’en termes géographiques peut protéger des crises[4].

L’investissement thématique implique la création d’un portfolio (ou une portion de portfolio) par le rassemblement d’une collection de compagnies impliquées dans certains domaines dont on prévoit une rentabilité substantielle sur le long terme. Les thèmes peuvent être fondés sur un concept comme le vieillissement des populations ou un sous-secteur comme la robotique[4].

De manière générale, les fonds communs de placement regroupent entre 40-80 valeurs dans un portfolio et à cause de la grande diversification des investissements, les retours sont souvent en dessous du potentiel de marge. Dans l’investissement thématique, par contre, de manière générale moins de valeurs composent un portfolio, avec plus d’attention sur un domaine clé. Si ce domaine offre de bons résultats, les retours seront beaucoup plus importants que ceux que les fonds communs de placement délivrent d’ordinaire[5].

Fidelity Investments décrit l’investissement thématique comme polémique controversé, déclarant que ceux qui encensent cette pratique comme une stratégie efficace le font, car elle “solidifie les titres dans une idée encore vague et sous-appréciée sur la place des marchés. Ces compagnies impliquées dans l’investissement thématique observent des retours au-dessus de la moyenne ce qui incite les investisseurs à considérer ce nouveau potentiel pour profit comme un secteur avantageux”, tout en faisant la suggestion que les détracteurs considèrent ces types de stratégies comme “des coups marketing ayant pour but d’attirer de l’argent rapide auprès du public plutôt que de créer des investissements viables à long-terme. Ces détracteurs déclarent que les fonds nuisent aux investisseurs en encourageant une attitude de suiveur à la chasse de la dernière tendance, arrivant de manière générale en retard.””[6]

Domaines cléModifier

 
Cristaux d’insuline. La biotechnologie est un des domaines cléefs qui intéressent les investisseurs.

Une liste non-exhaustive des domaines clé pour l’investissement thématique:

Accès des investisseurs et mesure de l’investissement thématiqueModifier

Les plateformes de trading social offrent aux investisseurs un accès simplifié à l’investissement thématique ; par exemple, la fonction Copyportfolio d’eToro permet aux investisseurs de recopier les portfolios de grandes banques et d’institutions financières.[13] En Europe, la valeur totale des actifs thématiques des fonds négocié en bourse (ETFs) arrive juste en dessous des 7€ milliards en novembre 2018. Les cinq plus grands ETFs représentent 73% du total des actifs thématiques ETF. Les deux plus grands, iShares Automation & Robotics ETF (RBOT) et L&G ROBO Global Robotics and Automation ETF (ROBO), représentent presque la moitié.[14] En novembre 2018, la Investment Association au Royaume-Uni a proposé d’inclure les ETFs, ainsi que les EFTs thématiques, dans ses secteurs[15].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Conrad De Aenlle, « Why Your Portfolio Should Go Thematic », sur Global X ETFs (consulté le 1er juillet 2019)
  2. a b et c (en) Nyree Stewart, « What is thematic investing? », sur Financial Times (consulté le 1er juillet 2019)
  3. (en) « What does thematic investment mean? », sur Cambridge Institute for Sustainability Leadership, (consulté le 1er juillet 2019)
  4. a et b (en) Taha Lokhandwala, « Thematic investing can improve portfolio diversity », sur Investors Chronicle (consulté le 1er juillet 2019)
  5. (en) Tejas Khoday, « What are the strengths and risks of thematic investing? », sur Entrepreneur (consulté le 1er juillet 2019)
  6. (en) « Thematic investing », sur Fidelity (consulté le 1er juillet 2019)
  7. Ethel Jiang, « Millennials keep pouring money into marijuana stocks (ACB, TLRY, CRON, CGC, MJ) », sur Business Insider (consulté le 1er juillet 2019)
  8. (en) Conrad De Aenlle, « E.T.F.s Try to Lure Investors Into Ever Narrower Niches », sur New York Times (consulté le 28 juin 2019)
  9. (en) Edward Sheldon, « This ‘thematic’ ETF could smash the FTSE 100 over the next decade », sur The Motley Fool (consulté le 1er juillet 2019)
  10. Jennifer, « Idées de placements: Les fonds thématiques à l'honneur », sur BFM TV (consulté le 1er juillet 2019)
  11. « Idées de placements: Les fonds thématiques à l'honneur », sur BFM TV (consulté le 1er juillet 2019)
  12. (en) Jennifer Hill, « The rise of thematic investing », sur Citywire (consulté le 1er juillet 2019)
  13. (en) « Big banks, big opportunity? Earnings season kicks off », sur Bitcoinist (consulté le 1er juillet 2019)
  14. (en) Kenneth Lamont, « Is My Thematic ETF a Fad? », sur Morningstar (consulté le 1er juillet 2019)
  15. (en) Daniela Esnerov, « How to…decide whether ETFs are right for your clients », sur Money Marketing (consulté le 1er juillet 2019)