Ouvrir le menu principal

L'Institute of Economic Affairs (IEA, en français : Institut des affaires économiques) est un think tank libéral britannique fondé en 1955[1].

Sommaire

HistoireModifier

L'histoire de l'IEA commence avec Antony Fisher et sa lecture en avril 1945 du résumé de La Route de la servitude de Friedrich Hayek publié par le Reader’s Digest. Fisher alla rencontrer la même année Hayek à la London School of Economics, lui faisant part de son souhait de commencer une carrière politique. Hayek l'en dissuada, proposant à la place la création d'un organisme de recherche en faveur du marché libre et qui permettrait de lutter contre l'influence du socialisme et du planisme chez les intellectuels britanniques[2]. Si les intellectuels et la société étaient convaincus des bienfaits du marché, alors les hommes politiques suivraient.

En juin 1955, Anthony Fisher signe la préface de La convertibilité de la livre sterling par George Winder en qualité de directeur de l'IEA[3]. En novembre de la même année, l'acte fondateur de l'IEA est signé par Fisher, John Harding et Oliver Smedley. Ralph Harris rejoint l'IEA en qualité de directeur général à partir de janvier 1957. Arthur Seldon rejoint en 1958 l'IEA et en devient conseiller éditorial, puis directeur éditorial en 1959. Seldon lança une série d'études à destination des économistes pour présenter l'éclairage libéral sur les questions du jour. Ils devinrent les Hobart Papers et 154 avaient été publiés en août 2006 en plus de 32 livres de la même collection et de dizaines d'autres[4].

Octobre 1980 voit la première parution du Journal of Economic Affairs, encore publié aujourd'hui sous le titre Economic Affairs.

L'IEA est actuellement dirigé par Mark Littlewood[5].

FinancementModifier

L'IEA est une educational and research charity. À ce titre, il est exclusivement financé par des dons de particuliers, d'entreprises ou de fondations et par le produit de la vente de ses ouvrages ou de ses conférences. Il refuse tout argent public et se veut indépendant de tout parti politique ou syndicat[1], bien qu'il soit en réalité proche du parti conservateur britannique[6].

En 2013, les quatre plus grandes entreprises internationales de l'industrie du tabac, Philip Morris International, British American Tobacco, Japan Tobacco International et Imperial Tobacco, ont confirmé avoir financé l'IEA dans le cadre de leur campagne contre le paquet de cigarettes neutre[6]. En 2019, le British Medical Journal révèle que cette industrie continue à financer l'IEA, qui critique de façon virulente le National Health Service britannique[7].

PublicationsModifier

Les activités de recherche de l'IEA sont encadrées par un conseil scientifique et par des membres honoraires. Reprenant les procédures de sélection des journaux académiques, chaque publication de l'IEA est évaluée anonymement par les membres du conseil scientifique.

L'IEA a republié la version abrégée de La Route de la servitude de Friedrich Hayek tandis que les œuvres des « prix Nobel » d'économie ont été réimprimées dans La Route de la liberté économique avec une préface de Margaret Thatcher.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « About us », sur Institute of Economic Affairs (consulté le 24 juin 2019).
  2. Hayek déclara ainsi : « Gagnez la bataille culturelle, gagnez la bataille des idées, avant de gagner la bataille politique ». Repris in La Grande nurserie, Mathieu Laine, 2007, p. 224.
  3. Titre original : The Free Convertibility of Sterling.
  4. (en) « About the IEA: chronology », sur Institute of Economic Affairs, .
  5. (en) « Staff », sur Institute of Economic Affairs (consulté le 24 juin 2019).
  6. a et b (en) « IEA Funded by the Tobacco Industry and Linked to Conservative Ministers », sur Medical Bag, .
  7. (en) « Big tobacco secretly bankrolling anti-NHS think tank whose bosses donate thousands to Tory leadership contenders, an investigation reveals », The Independent, .

Liens externesModifier