Ouvrir le menu principal

Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques


L'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques (IGOPP) est un think tank canadien localisé à Montréal spécialisé en matière de recherche et de formation sur la gouvernance.

Sommaire

ActivitésModifier

Toutes les actions de l’Institut se situent dans la perspective de l’exercice de la fonction du conseil d’administration et de la haute direction : la définition de la mission, l’évaluation de la gestion stratégique et de la performance financière, le choix et la rémunération des dirigeants de même que la gestion des risques[1]. Ses activités sont concentrées principalement sur quatre domaines.

Prises de positionModifier

Pour alimenter le débat sur les grands enjeux de la gouvernance, le conseil et la direction de l’IGOPP participent activement à la réflexion publique par la formulation de propositions fondées sur des travaux de recherche.

OuvragesModifier

Qu’ils traitent du marché financier, des redevances minières, de rémunération des dirigeants, de « bonne gouvernance » dans le secteur public ou privé, de prises de contrôle des sociétés cotées en bourse, de règlementation des marchés financiers, de Davos, des mérites respectifs du marché et de l’État, de la présence des femmes aux conseils d’administration, les ouvrages de l'IGOPP cherchent constamment à offrir une opinion mesurée, sensible à celle des autres, à formuler des propositions de politiques respectueuses des droits des parties en cause, toujours préoccupés des effets pervers et inattendus des bonnes intentions :

  • On becoming an activist board... In the age of activist shareholders
  • La vertu du juste milieu: gouvernance et gouvernement
  • Capitalism of Owners : How Financial Markets Destroy Companies and Societies and What to Do About It [2]
  • Black Markets and Business Blues : The Man-Made Crisis of 2007-2009 and the Road to a New Capitalism. Le livre a reçu la médaille d'argent du Independent Publisher Book Awards, dans la catégorie «politique et économique». Près de 4 000 titres, provenant de 8 pays, étaient en compétition cette année pour ce prix[3],[4].
  • Plaidoyer pour un nouveau capitalisme[5],[6],[7].
  • Propos de gouvernance : avant, pendant et après la crise financière
  • Beyond Monks and Minow: From Fiduciary to Value Creating Governance


Administrateurs et dirigeantsModifier

Présidé par le professeur émérite[8] Yvan Allaire, cofondateur du Groupe Secor, ex-président du Global Council on The Role of Business, Forum économique mondial[9] et figure du monde des affaires, le conseil d’administration de l’Institut réunit 15 leaders provenant de différents milieux, soit des chefs de grandes et petites entreprises, investisseurs institutionnels, dirigeants d’organismes publics et parapublics, chercheurs universitaires et experts en matière de réglementation. Michel Nadeau est le directeur général de l’Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques.

Notes et référencesModifier

  1. Claire Harvey, « Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques - Au service de la bonne gouvernance », Le Devoir, (consulté le 6 février 2013)
  2. Harvey Schachter , « Corporate leaders suffer under the capitalist gun », The Globe and Mail, (consulté le 6 février 2013)
  3. Independent Publisher, « Independent Publisher », (consulté le 6 février 2013)
  4. ESG UQAM, « Médaille d'argent », (consulté le 6 février 2013)
  5. Gérald Fillion - RDI, « Nouveau capitalisme », Radio Canada, (consulté le 6 février 2013)
  6. Yvan Allaire, « Plaidoyer pour un nouveau capitalisme », Conférences Gérard Parizeau, (consulté le 6 février 2013)
  7. Rudy Le Cours, « Pour une refonte du capitalisme », La Presse, (consulté le 6 février 2013)
  8. Francine Jacques, « L’UQAM attribue le titre de professeur émérite à Yvan Allaire, ex-vice-président exécutif chez Bombardier », UQAM, (consulté le 6 février 2013)
  9. World Economic Forum, « Global Agenda Council on the Role of Business 2012-2013 », World Economic Forum, (consulté le 3 juillet 2013)

Voir aussiModifier