Ignace Baron

poète suisse

Ignace Baron, né le à Châtel-Saint-Denis et mort le à Fribourg[1], est un poète suisse.

Ignace Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
FribourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Ignace Baron se destine au droit lorsqu'il devient aveugle. Il se consacre dès lors à la littérature et écrit des poèmes publiés dans les journaux de Fribourg et qui feront l'objet d'un recueil posthume. Il est l'auteur notamment d'un texte qui a contribué à la glorification d'une figure populaire des montagnes suisses, L'Armailli du Moléson[2],[3], au travers de sa mise en musique par Casimir Meister et de son interprétation par l'abbé Bovet[4]:

Je suis le roi de la montagne, trônant au séjour des hivers !
Je suis plus grand que Charlemagne puisqu’à mes pieds j’ai l’univers.
Oui, Moléson vaut un empire, pour Louvre, j’ai mes beaux chalets,
Mon peuple ignore le délire, fatal aux grands, à leurs palais,
Oui, mon trésor est ce fromage, de l'atelier aérien,
Il porte au plus lointain rivage le triomphe gruérien.
Par lui, le monde est tributaire de l'armailli du Moléson,
Par lui sur le double hémisphère brillent mes lauriers et mon nom[5].

Notes et référencesModifier

  1. Daniel Maggetti, « Ignace Baron » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. Joseph Bovet, 1879-1951 : itinéraire d'un abbé chantant, Patrice Borcard, Saint-Paul, 1993, 255 p. (ISBN 9782883550148) Lire en ligne p. 48
  3. Hergé en fait chanter le premier vers par le Capitaine Haddock dans Le Crabe aux pinces d'or : Sur la mer calmée... musique, Hergé ! sur le site e.tintin.tk.free.fr
  4. Éric Builliard, « Bovet, Boller, Gilles et les autres », La Gruyère, 20 août 2011, Lire en ligne
  5. La Gruyère : paysages intérieurs, Nicolas Genoud et Patrice Brocard, Saint-Paul, 2000, 140 p. (ISBN 9782883550421) Lire en ligne p. 64