Icogne

commune suisse

Icogne
Icogne
Blason de Icogne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Sierre
Communes limitrophes Ayent, Lens, Crans-Montana, Saint-Léonard, Lenk im Simmental (BE)
Président(e) Martial Kamerzin
NPA 1977
N° OFS 6239
Démographie
Gentilé Icognard
Population
permanente
581 hab. (31 décembre 2018)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 33″ nord, 7° 26′ 25″ est
Altitude 1 026 m
Superficie 24,81 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Icogne
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Icogne
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Icogne
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Icogne
Liens
Site web www.icogne.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Icogne est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district de Sierre.

Vue sur le village d'Icogne depuis les Vernasses.
Vue aérienne (1955)

Statistiques généralesModifier

SuperficieModifier

  • Superficie totale (ha) : 2481
  • Surface boisée : 841
  • Surface pâturages : 435
  • Surface agricole et prairie : 142
  • Surface d'habitat et d'infrastructure : 78
  • Surface inculte : 989

AltitudesModifier

  • Point le plus bas : 553 m ;
  • Point le plus haut, Rohrbachstein : 2 953 m.

Barrage de TseuzierModifier

Le barrage de rétention de Tseuzier, aussi appelé barrage du Rawyl, est situé sur les terres des communes d'Ayent et d'Icogne. Ce barrage est lié aux centrales de Croix, situées au long de la Lienne, l'une sur le territoire d'Ayent et l'autre en plaine, sur Saint-Léonard. Ce barrage est un barrage voûte.

Histoire de la communeModifier

Les premières mentions d'Icogne dans l'histoire datent du XIIIe siècle. Elle est successivement orthographiée Ucogniez, Ucogni (1234) et Ucogny (1250). Selon certains, comme le chanoine Boccard, le nom serait venu de Phrygie, de la ville d'Iconium (aujourd'hui Konya). Selon l'ouvrage « Le Patois de la Louable contrée », le nom signifierait tout simplement « au coin ».

La première mention écrite du village se fait sur un document officiel, relatant la vente d'un domaine par le seigneur de Granges. À l'origine, le village appartient, tout comme Lens aux Seigneurs de Granges, mais jouit d'une certaine autonomie.

Sous l'influence des évêques de Sion, luttant contre le pouvoir des nobles Valaisans, la communauté de Lens (réunissant les quartiers de Montana, Chermignon et Icogne) se sépare du domaine de Granges pour se rattacher au pouvoir de Sierre. Cette organisation laisse aux quartiers d'importantes libertés.

Il y a un point toujours assez obscur dans l'histoire de la Communauté de Lens : l'omniprésence de la « Confrérie du Saint-Esprit ». Il semblerait d'après certains documents que cette confrérie et la communauté soient extrêmement proches, quasiment une identité. Le premier document concernant l'organisation de la commune date de 1603. Ces documents montrent que les procureurs de la confrérie sont aussi procureurs de la communauté et que tous les villageois appartenaient à cette confrérie. Le règlement fixé par ces procureurs, élus pour une année, porte surtout sur des intérêts d'élevages et de culture.

La constitution de 1802 oblige la communauté de Lens à se pourvoir d'un président ainsi que d'un vice-président. C'est la fin de la totale autonomie des quartiers. Mais malgré ces changements, chaque quartier garde tout de même une extrême liberté.

RéférencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :