Empereur Huizong des Song

souverain de la dynastie Song
(Redirigé depuis Hui Zong)
Song Huizong
Seated Portrait of Emperor Song Huizong.tif
Portrait assis de l'empereur Huizong des Song. Rouleau vertical. Encre et couleurs sur soie.H. : 188,2cm ; L. : 106,7.Taipei, Nat. Palace Museum
Fonctions
Taishang Huang (en)
-
Empereur de Chine
Dynastie Song
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
Nom posthume
體神合道駿烈遜功聖文仁德慈憲顯孝皇帝Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de temple
徽宗Voir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activités
Famille
Maison Zhao (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Impératrice Qinci (d) ou Chen Shi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Princesse Shushou (d)
Zhao Jin (d)
Zhao Wei (d)
Zhao Si (d)
Zhao Bi (d)
Zhao Jun (d)
Zhao Ti (d)
Zhao Yi (d)
Zhao Shen (d)
Zhao Xian (d)
Zhao Jia (d)
Zhao Yu (d)
Princesse Chuguo (d)
Princesse Luguo (d)
Princesse Yanguo (d)
Princesse Tanguo (d)
Zhao Cai (d)
Princesse Xingguo (d)
Princesse Yunguo (d)
Princesse Binguo (d)
Princesse Xuguozhang (d)
Princesse Zhouguozhang (d)
Song ZhezongVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Impératrice Xiangong (en)
Guifei, of the Wang clan (d)
大王貴妃 (d)
小王貴妃 (宋徽宗) (d)
Impératrice Mingda (d)
Impératrice Xianren (d)
Empress Mingjie (d)
Empress Xiansu (en)
Qiao Shi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Song Qinzong
Zhao Xu (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Kai (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Di (d)
Zhao Shu (d)
Zhao Shi (d)
Zhao E (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Qi (d)
Zhao Shi (d)
恭福帝姬 (d)
敦淑帝姬 (d)
惠淑帝姬 (d)
Anshu Diji (d)
Shoushu Diji (d)
順淑帝姬 (d)
申福帝姬 (d)
Chongde Diji (d)
荣淑帝姬 (d)
Xishu Diji (d)
Kangshu Diji (d)
悼穆帝姬 (d)
Baoshu Diji (d)
纯福帝姬 (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Shi (d)
庆福帝姬 (d)
Lingfu Diji (d)
Zhao Zhen (d)
Zhao Chun (d)
Zhao Shi (d)
Zhao Gong (d)
Zhao E (d)
Zhao Wo (d)
Zhao Ji (d)
Zhao Yang (d)
Zhao Jian (d)
Zhao Yue (d)
Zhao Chan (d)
Zhao Yi (d)
Zhao Di (d)
Zhao Zhi (d)
Zhao Ji (d)
Zhao Shu (d)
Zhao Kai (d)
Zhao Cheng (d)
Zhao Pu (d)
Zhao Qi (d)
Zhao Yu (d)
Zhao Mu (d)
Zhao Xu (d)
Zhao Cai (d)
Song Gaozong
华福帝姬 (d)
Zhao Dong (d)
Zhao Tong (d)
Zhao Huanhuan (d)
Baofu Diji (d)
Yifu Diji (d)
Princess Shunde (d)
Princess Xianfu (d)
Renfu Diji (d)
Yongfu Diji (d)
Hefu Diji (d)
Huifu Diji (d)
Ningfu Diji (d)
Xianfu Diji (d)
Zhao Si (d)
Princess Yanguo (d)
Maode Diji (d)
Zhao Xiang (d)
Zhao Ji (d)
Zhao Cong (d)
Zhao Bing (d)
Princess Cheng (d)
Zhao Zhu (d)
Jiade-diji (d)
Zhao Tan (d)
Ande Diji (d)
Rongde Diji (d)
Zhao Shi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
signature d'Empereur Huizong des Song
Signature

L'empereur Huizong des Song (chinois : 宋徽宗 ; pinyin : Sòng Huīzōng ; - ), est le huitième empereur de la dynastie Song en Chine du au , ainsi qu'une personnalité importante de l'histoire de l'art chinois.

BiographieModifier

L'empereur Huizong, de son nom personnel Zhao Ji (chinois simplifié : 赵佶 ; chinois traditionnel : 趙佶 ; pinyin : Zhào Jí), était le onzième fils de l'empereur Shenzong. Cela signifiait, pour ce jeune homme, qu'il n'avait pratiquement aucune chance de devenir empereur et qu'il était libre de se consacrer aux vraies passions de sa vie, les arts et le taoïsme. Mais Zhao Ji hérita du trône contre toute attente, à l'âge de dix-huit ans. Sa vie est un roman, écrit par le romancier et sinologue Patrick Carré[1].

Huizong fut entre autres, sur le plan artistique, un grand peintre de fleurs et d'oiseaux. Mais en 1125 les Jürchen envahirent la Chine du Nord. La capitale Bianjing, aujourd'hui Kaifeng, fut prise - malgré la résistance héroïque des administrateurs qui se sacrifièrent - et l'empereur fut emmené en captivité. Il y est mort, en Mandchourie, en 1135 ou 1137.

ŒuvreModifier

L'orientation artistique de Huizong aurait, semble-t-il, été déterminée par son éducation. Son père, l'empereur Shenzong, était lui-même l'exemple du mécène généreux et élogieux. Il avait choisi pour beau-fils deux peintres, Li Wei et Wang, qui initièrent Huizong à l'art. Sous son mandat de très grands peintres ont marqué leur siècle. En particulier il est probable que Huizong ait pu admirer le peintures relevant de la culture du shanshui[2] et en particulier l'immense "Début de printemps" de Guo Xi [3], datée 1072. Ou bien le "Voyageurs entre monts et torrents" de Fan Kuan [4], tous deux monumentaux et simplement peints à l'encre dans une très grande richesse d'effets de pinceau. Mais il aura donné, sous son règne, plus d'importance à des œuvres plus intimes comme "Double bonheur" de Cui Bo, peint sous le règne précédent et dont il s'inspire pour ses propres compositions[3]. Non seulement les sujets sont, avec lui, plus intimes (oiseaux et fleurs) mais les formats se font aussi plus réduits. Les rouleaux portatifs se couvrent de paysages aux belles couleurs dans des nuances de bleu, remettant au goût du jour une tradition oubliée depuis les Tang : Wang Ximen "Mille lis de rivières et montagnes". Huizong se plait a recopier, quasiment à l'identique comme c'est la tradition en Chine, des peintures Tang qu'il apprécie. C'est le cas de "Apprêts de la soie par les dames de la cour"[4], peint à l'origine par Zhang Xuan et datant du VIIIe siècle.

Jusqu'à Huizong, les peintres nommés à la cour ont constitué une vague académie. L'empereur décida de la structurer et d'élever la peinture au niveau de la calligraphie et de la poésie. Il personnifia cet idéal en tant que peintre, calligraphe et poète accomplis, avec d'autres membres de la famille impériale. Il a exigé des dignitaires des aptitudes de calligraphe et de peintre. le portrait de Huizong est classé comme ‘‘xiang’’[5]. C’est une image représentant un homme dans sa réalité sociale, morale et globale. Ici l'empereur pose dans une tenue de haut fonctionnaire: le chapeau en gaze de soie noire empesée et les ailettes latérales très longues, une robe rouge d'apparat qui ne laisse percevoir que l'extrémité des chaussures. Il a une attitude retenue, simplicité, sérieux attentionné. En effet la bande noire oblique, unique élément du "décor", qui suit et amplifie l'axe des yeux et des oreilles, souligne l'attention du personnage et le relie à tout événement d'ordre sensible dans une atmosphère de simple tranquillité et d'équilibre. Dans ce costume, en quelque sorte, de chef de l'administration, il porte l'image exemplaire de la très haute valeur sociale que les Song ont su donner à l'administration des lettrés, bien mieux que n'avaient pu ou voulu le faire les Han et les Tang[6].

Huizong a exigé trois choses de la peinture chinoise : d'abord le réalisme, notamment dans le rendu des petits oiseaux, des fleurs et des roches ; ensuite sur une connaissance parfaite de la peinture passée. Sa propre collection de peinture et de calligraphie était la plus grande jamais constituée, et son catalogue, le Xuan, est un document important qui retrace pour la première fois l'histoire de la peinture ; enfin l'accomplissement « d'une idée poétique », ou shiyi, dans la peinture.

Ses peintures ont été appréciées pour leurs qualités imaginatives et poétiques, leur raffinement aussi tandis que sa calligraphie est tendue : « de métal émacié à cause de son aspect d'os et de tendon sans chair »[7]. Huizong a apparemment repris des Tang le fait d’associer la peinture figurative, la poésie et la calligraphie selon une composition simple. Cette combinaison, connue sous le nom des trois Perfections, les ‘’sanjue’’[8], connaîtra une longue postérité et sera un canon de la peinture chinoise.

Il a su aussi, dans son admiration pour la céramique chinoise, soutenir le renouveau et l'excellence jamais égalée des céladons jun, finement craquelés sur un grès fin et léger, à glaçure bleu ciel ou lavande, restés célèbres pour les taches violacées qui les distinguent, parfois, d'un pinceau rapide et vif[9].

Notes et référencesModifier

  1. Patrick Carré, Le palais des nuages, Paris, Phébus, , 643 p. (ISBN 2-85940-849-5)
  2. Escande 2005, p. 129.
  3. [1], Boston, museum of fine arts
  4. [2], Boston, museum of fine arts
  5. Elisseeff 2010, p. 101.
  6. Elisseeff 2010, p. 25.
  7. Escande 2001, p. 89.
  8. Yang Xin et al., 2003, p. 83.
  9. Elisseeff 2010, p. 157.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier