Hugues de Calveley

personnalité politique britannique
Gisant de Hugues de Calveley dans l'église de St Boniface à Bunbury dans le comté de Cheshire.

Hugues de Calveley, nommé en anglais Hugh Calveley, naquit dans le comté de Cheshire et mourut en 1394.

BiographieModifier

À la tête des archers anglais, il se distingua à la bataille de Poitiers le . Lors de la guerre de succession du duché de Bretagne, il combattit Charles de Blois dans les rangs de l'armée de Jean de Montfort (futur Jean IV de Bretagne) et se distingua lors du combat des Trente le entre Bretons et Anglais près de Ploërmel, il fut l'un des combattants représentant l'Angleterre. On le retrouve en Castille à la bataille de Nájera où il affronte Bertrand du Guesclin[1]. Cette campagne militaire terminée il revint dans le parti anglais et fut nommé gouverneur de la ville de Brest. Un lien de parenté l'unissait peut-être à Robert Knolles, peut-être était-il son demi-frère.

En 1383, Hugues est l'adjoint de l'évêque de Norwich, Henri le Despenser, lorsque celui-ci est désigné leader de la « croisade » menée en Flandres contre les partisans de l'antipape Clément VII. Hugues va essayer en vain d'infléchir les décisions de l'évêque qui lui paraissent souvent contraires aux lois de la chevalerie ou de la simple loyauté. L'affaire se termine par une défaite anglaise. Hugues, de par son attitude pendant toute l'expédition, ne se verra pas accablé de reproches, ce qui ne fut pas le cas de l'évêque.

Notes et référencesModifier

  1. Georges Minois, La Guerre de Cent ans, Perrin 2008 p. 198

SourcesModifier

  • Georges Bordonove, Les Rois qui ont fait la France - Les Valois - Charles V le Sage, t. 1, Pygmalion, .

Articles connexesModifier